Economie

Mobilisation des recettes: La DGI au diapason du nouveau contrat de performance

Avec un effort de collecte des recettes qui y va crescendo, la Direction Générale des Impôts (DGI) veut le décupler ! Après l’obligation d’atteinte des assignations faite par le ministère de tutelle, les directeurs des impôts de cette régie, via un séminaire, se mettent déjà aux pas.

Published

on

Après l’enchainement des bons chiffres dans la mobilisation des recettes depuis avril dernier, la Direction Générale des Impôts et son équipe, conduite par le Directeur général Barnabé Muakadi Muamba, n’entendent pas baisser les bras un seul instant. Après avoir signé un contrat de performance avec le ministère des Finances, le 22 juillet dernier, la DGI a amené ses directeurs des impôts à peaufiner des stratégies et actions pour mieux mettre en œuvre ce contrat lié à l’atteinte, voire au dépassement des assignations de cette régie financière pour cette année 2021.

A cet effet, un séminaire a été organisé, le 1er septembre dernier, pour mieux outiller les directeurs des impôts. Ce séminaire a eu pour thème : « Définition des stratégies et actions en vue de la mise en œuvre du contrat de performance signé entre le ministère des Finances et la Direction Générale des Impôts pour l’exercice budgétaire 2021 ». Lancé par le ministre des Finances, Nicolas Kazadi, ce séminaire permet aux directeurs d’affuter leurs armes pour davantage mieux collecter les recettes d’impôt. « En dépit du fait que la situation globale des recettes de l’Etat, notamment celles mobilisées par la Direction Générale des Impôts, particulièrement depuis la formation du Gouvernement mis en place sous l’impulsion du président de la République, Félix Tshisekedi, cette performance reste encore mitigée et mérite d’être améliorée davantage en vue du dépassement des prévisions budgétaires de la même période », a déclaré Nicolas Kazadi lors du lancement de ce séminaire.

En évoquant une performance « mitigée », cette forme d’euphémisme cache bien les efforts louables consentis par la DGI depuis le mois d’avril dernier. Et le ministre de tutelle – voulant plus d’efforts – a donc appelé à l’amélioration de cette performance que cette régie financière enregistre, sans discontinuité, depuis l’arrivée du nouveau Gouvernement dit de l’Union sacrée de la Nation.

 Ainsi, en contrepartie de ces efforts exigés à la DGI, le ministre des Finances s’est aussi engagé à libérer à temps les rétrocessions de cette régie financière selon ses performances dans la mobilisation des recettes. Mais, également, une prime spéciale pour la motivation du personnel. « Pour ma part, je reste engagé à payer les rétrocessions au plus tard la fin du mois suivant celui de la réalisation des recettes, à finaliser le déploiement du logiciel Isys-Régies dans les provinces restantes au plus tard le 31 décembre 2021 pour optimiser le suivi en temps réel des recettes glanées et, enfin, à accorder et payer, pour la première fois dans l’histoire des régies financières, une prime spéciale pour la motivation du personnel en cas d’atteinte, voire du dépassement des assignations, telles que réévaluées dans ledit contrat de performance », a promis le ministre des Finances.

Ainsi, en contrepartie de ces efforts exigés à la DGI, le ministre des Finances s’est aussi engagé à libérer à temps les rétrocessions de cette régie financière selon ses performances dans la mobilisation des recettes. Mais, également, une prime spéciale pour la motivation du personnel. « Pour ma part, je reste engagé à payer les rétrocessions au plus tard la fin du mois suivant celui de la réalisation des recettes, à finaliser le déploiement du logiciel Isys-Régies dans les provinces restantes au plus tard le 31 décembre 2021 pour optimiser le suivi en temps réel des recettes glanées et, enfin, à accorder et payer, pour la première fois dans l’histoire des régies financières, une prime spéciale pour la motivation du personnel en cas d’atteinte, voire du dépassement des assignations, telles que réévaluées dans ledit contrat de performance », a promis le ministre des Finances.

 Nicolas Kazadi a aussi félicité les autorités de la DGI pour l’organisation de ce séminaire au début du mois de septembre qui coïncide avec le commencement du dernier quadrimestre de l’exercice budgétaire 2021. Exercice pour lequel les prévisions des recettes des impôts sont fixées par la loi des finances du 28 décembre 2020, à plus au moins quatre mille neuf cent milliards huit cent quatre-vingt-treize millions de Francs congolais, soit près de 5.000 milliards de Francs.

Par ailleurs, l’argentier national a porté à la connaissance des cadres et agents de la DGI la modification imminente de ce contrat de performance pour tenir compte de nouvelles prévisions des recettes dès que le projet de Loi des finances rectificatif pour l’exercice 2021 en cours d’élaboration au niveau du Gouvernement sera voté par le Parlement et promulgué par le président de la République, Félix Tshisekedi.

Un séminaire de « construction »

 Présent lors du lancement de ce séminaire, le Directeur général de la DGI, Barnabé Muakadi, perçoit ces assises comme un séminaire de « construction et de renforcement des capacités » des directeurs. Cette sorte de formation permettra, selon lui, de répondre aux exigences du ministère des Finances qui exhorte les directeurs des impôts à atteindre les assignations, le cas échéant, les dépasser dans le cadre de la mobilisation accrue des recettes. Au-delà des directeurs des impôts, le DG Barnabé Muakadi compte étendre cette formation au niveau de tous les agents commis à la collecte des impôts. Cela, aussi bien au niveau de grandes que de petites entreprises en vue d’atteindre les objectifs. Ce qui ouvre la porte à d’autres séminaires dans les tout prochains jours pour ratisser large.

Un août « exceptionnel » !

 Selon les données de la trésorerie commentées par le ministre des Finances lors de la 18ème réunion du conseil des ministres tenue le 3 septembre dernier, Nicolas Kazadi a présenté un chiffre de 891,6 milliards de Francs congolais en termes des recettes collectées pour le mois d’août, soit 445 millions de dollars. «Ce qui est exceptionnel pour ce mois d’août, un mois qui a toujours enregistré les résultats les plus faibles dans les années antérieures», a indiqué Nicolas Kazadi.

Par rapport aux assignations budgétaires du mois d’août 2021, il s’est dégagé un taux de réalisation de 129%. La Direction Général des Impôts, de son côté, a réalisé 115% sur ses assignations budgétaires évaluées à 336,8 milliards de dollars. Avec cet élan et un peu plus d’effort, la DGI pourrait atteindre ses assignations de l’année 2021. On croise les doigts ! 

HESHIMA

Trending

Copyright © 2020 Heshima Magazine. Tous droits résérvés

Quitter la version mobile