Economie

BARNABÉ MUAKADI, le recordman des chiffres !

Nommé en juin 2020 à la tête de la Direction générale des impôts (DGI), le directeur général réalise des chiffres surprenants dans la mobilisation des recettes. Des performances allant au-delà de 150 % des assignations, surclassant ainsi d’autres régies financières.

Published

on

Nommé par le président de la République, Félix Tshisekedi, en juin 2020, le nouveau patron de la DGI, Barnabé Muakadi Muamba, a pris ses fonctions dans un contexte économique morose. Frappée comme le reste du monde par la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, la République démocratique du Congo avait des prévisions économiques sombres. Le taux de croissance nageant à -2,4% contre -1,9% prévu initialement.

Et c’est justement dans ce contexte difficile que le directeur général Barnabé Muakadi Muamba a sorti le grand jeu. Avec ses 27 ans de  carrière au sein de la Direction générale des impôts, celui qui commande l’une des plus importantes régies financières du pays connait le secret des chiffres. La DGI a en effet collecté plus de 1.100 milliards de francs congolais rien que pour le mois d’avril 2021, soit 550 millions de dollars américains sur les 637 millions de francs des assignations attendus. Cette régie a donc réalisé quasiment le double, soit près de 172,6 % des réalisations. Une performance inédite dans l’histoire de la DGI. Un exploit qui marque un record des chiffres. Ce qui a permis à la DGI de surclasser d’autres régies financières du pays.

L’exploit réalisé au mois d’avril 2021 n’est pas le seul indicateur de performance de la gestion de Barnabé Muakadi Muamba. A la clôture du mois de mai 2021, la DGI a de nouveau surclassé toutes les régies financières. Et c’est l’Inspecteur général des finances, chef de service, Jules Alingete Key, qui l’a confirmé, le 10 juin, au terme d’une réunion à laquelle le directeur général Barnabé Muakadi Muamba a pris également part. Toutes les régies se sont bien comportées, a dit le patron de l’IGF, par rapport à leurs assignations du mois de mai. Mais la DGI reste la première d’entre elles en mobilisant environ 670 milliards de francs congolais.

Et cette performance n’a pas commencé qu’à ces deux derniers mois. 


En effet, depuis sa prise de fonctions, le successeur de Sele Yalaghuli enchaine des chiffres astronomiques dans la mobilisation des recettes. Si le mois d’avril 2021 était le summum, les chiffres des recettes vont toujours au-delà du seuil prévu. Au cours des trois premiers mois de cette année, la DGI avait déjà collecté en cumul 941, 2 milliards de francs congolais (455, 345 millions de dollars américains) sur des prévisions de 901,3 milliards de francs, soit un taux de réalisation de 105,3%, d’après les données de la Banque centrale du Congo (BCC.

Cette année 2021, la DGI doit collecter des recettes publiques à hauteur de 4.752,38 milliards de francs (2,299 milliards de dollars US) pour un budget national   2021 chiffré à 6,9 milliards de dollars. Donc, autrement dit, cette régie apporte, à elle seule, le tiers du budget national. Une performance saluée par le ministre des Finances, Nicolas Kazadi, lors d’un conseil des ministres. Ce service rattaché à la Présidence (IGF) de la République avait, dans un communiqué publié début mai, souligné que la DGI se place en tête des réalisations avec un record de 1.060.000.000.000 (CDF) sur 1.360.245.110.507,40 (CDF) pour le seul mois d’avril.

Répondre à la vision de Tshisekedi

Dans sa vision de lutte contre la corruption et le coulage des recettes, le président de la République, Félix Tshisekedi, avait besoin des mandataires qui   répondent à cette politique. A la Direction générale des impôts, l’oiseau rare a déjà été trouvé. Le DG Barnabé Muakadi Muamba s’appuie sur sa rigueur et sa détermination pour contribuer à la maximisation des recettes de l’Etat. Et cela, en agissant dans le sens de la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales. Autre levier sur lequel s’appuie le nouveau DG, c’est le dévouement de ses agents qui contribue fortement à l’atteinte de ces chiffres records.

Alors qu’un média voulait en savoir plus sur le nouveau directeur général de la DGI, l’homme s’était limité à répondre ceci : « Je n’aime pas parler de moi-même. Je veux que le travail parle plus. Je ne fais pas la propagande. Je demande aux sceptiques de consulter les chiffres ». Le recordman a tout dit ! 

 Dido Nsapu  

Trending

Copyright © 2020 Heshima Magazine. Tous droits résérvés

Exit mobile version