Nous rejoindre

Dossier

Ces cardinaux qu’a connus la RDC…

Le cardinal émérite Laurent Monsengwo Pasinya dont le décès est intervenu le 11 juillet 2021 à Versailles, en France, a été fait cardinal en 2010, soit 3 ans après le décès du cardinal Etsou. Retour sur ses deux devanciers mais aussi son successeur.

Published

on

L’Eglise catholique romaine en République démocratique du Congo est à son 4ème cardinal. Le premier, Joseph-Albert Malula, né le 17 décembre 1917 à Léopoldville (Kinshasa), a exercé cardinal et archevêque de Kinshasa, de 1964 à 1989. Il est réputé être l’un des personnages religieux qui   a combattu la dictature de Mobutu.


On lui attribue notamment la remise en question de certains aspects de la politique de l’authenticité prônée par le pouvoir en place qui n’était pas de nature à promouvoir l’entente entre l’Église et l’État. Le cardinal Malula  avait ainsi refusé d’installer au grand séminaire Jean XXIII un comité de la Jeunesse du mouvement populaire de la révolution (JMPR). Un conflit qui a abouti à la confiscation de la résidence du cardinal qui devint le quartier général de la JMPR.

Le 11 février 1972, le cardinal Malula s’exila à Rome. Mais de Rome où il était, il continuait à encourager les chrétiens à demeurer fermes dans la foi. Il décède le 14 juin 1989 à Louvain, en Belgique.


 Etsou lui succède…

 Environ deux ans après le décès du cardinal Malula, le Pape Jean-Paul II crée Frédéric Etsou cardinal lors du consistoire du 28 juin 1991, devenant ainsi le deuxième cardinal du pays après Joseph-Albert Malula. Mais bien avant cette étape, il fut consacré évêque le 7 novembre 1976 puis nommé évêque de Mbandaka le 11 novembre 1977 en remplacement du belge Mgr Pierre Wijnants. Il fut nommé archevêque de Kinshasa le 14 août 1990, charge qu’il a assumé jusqu’à sa mort le 6 janvier 2007.


Le cardinal Etsou a été aussi engagé notamment dans les questions d’éducation civique et électorale. Il a accompagné la campagne d’éducation civique et électorale avec la commission Justice et paix de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) au cours des années 2005- 2006.

Coexistence des cardinaux


 Fait rare dans l’histoire de l’église catholique au Congo. Le pays a connu la coexistence des deux cardinaux, Laurent Monsengwo (créé cardinal en 2010 puis démissionne en 2018) puis devenu cardinal émérite. Il y a eu ensuite le cardinal en fonction, Fridolin Ambongo Besungu créé cardinal par le Pape François, le 5 octobre 2019, à Rome. Une situation inédite en République démocratique du Congo. Ce que le gouverneur de la ville de Kinshasa n’a pas manqué de relever. « Je bénis le Seigneur Dieu ToutPuissant qui, par sa grâce et sa divinité, a permis que je sois gouverneur de Kinshasa en cette période spéciale de l’église catholique avec la création à Rome du Cardinal Fridolin Ambongo. Cette cérémonie à laquelle j’ai participé a fait de moi l’un des rares dirigeants d’une ville africaine qui compte deux cardinaux », a indiqué Gentiny Ngobila. C’était lors de sa prise de parole à la messe organisée, le 18 juillet, en mémoire de Laurent Monsengwo, dans la cathédrale Notre-Dame du Congo, à Lingwala.


 Dido NSAPU

Dossier

De 1960 à aujourd’hui,les événements marquants de l’histoire du Congo-Kinshasa

Le 30 juin 1960, l’heure est à la commémoration de l’indépendance du pays. Ou plutôt à l’éducation. Celle de l’histoire de la colonisation de la Belgique sur le peuple congolais. L’occasion de faire la lumière sur cette période encore largement méconnue et tue. Au travers de cet article, plusieurs portes d’entrée sont proposées pour comprendre les enjeux et les conséquences de cette sombre partie de l’histoire.

Published

on

Le 27 janvier 1960, Grand Kallé & l’African Jazz jouent pour la première fois, à l’hôtel Plaza de Bruxelles, « Indépendance Cha Cha ». Le morceau de rumba, qui honore les leaders congolais de l’époque en plusieurs langues – lingala, kikongo –, célèbre l’indépendance à venir de ce qui est encore le Congo belge. Quelques heures plus tôt, en effet, ce jour là, les leaders politiques congolais et les délégués belges réunis au sein de la table ronde ont décidé de la date qui libérera le pays de plus de soixante-quinze ans de colonisation belge. Ce sera le 30 juin.

La réunion, qui, pour les autorités belges, ne devait être que consultative, dépasse au final toutes les attentes des dirigeants politiques congolais qui ont fait le déplacement. Pendant les plusieurs semaines qu’a duré la table ronde, Joseph Kasa-Vubu, de l’ABAKO, Patrice Lumumba – leader du Mouvement national congolais tout juste libéré de prison – et le Katangais Moïse Tshombé ont fait pression, via le Front commun. La Belgique, qui pensait conserver quelques piliers institutionnels de sa colonie, comme la Défense, les Affaires étrangères et le contrôle de la monnaie, lâche. En ce début d’année 1960, les représentants congolais exultent : l’indépendance n’a pas été octroyée par la Belgique mais bel et bien conquise par les Congolais eux-mêmes.

Le 30 juin 1960, le Congo belge accède à l’indépendance. Le pouvoir est partagé entre Joseph Kasa-Vubu, président, et Patrice Lumumba, Premier ministre. Rapidement, le pays sombre dans le chaos. Le 5 juillet, une mutinerie éclate au sein des troupes congolaises de la Force publique à encadrement belge.

Le 11, la riche province minière du Katanga (sud-est) fait sécession, entraînée par Moïse Tschombé, avec l’appui de puissances coloniales et des Etats-Unis. La période troublée qui suit est marquée par l’envoi de Casques bleus et l’assassinat de Lumumba en 1961. Le Katanga retourne sous l’autorité du gouvernement en 1963.

Mobutu prend le pouvoir et promeut l’authenticité

De 1964-1965, une vaste rébellion d’inspiration communiste embrase le pays. Le 24 novembre 1965, Joseph-Désiré Mobutu, commandant de l’armée, renverse le président Kasa-Vubu. L’évènement signe pour tous les Congolais le début d’une nouvelle ère, qui durera trente-deux ans. En 1971, l’ancien journaliste devenu militaire change de nom. Désormais, il faut l’appeler Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Wa Za Banga, une initiative personnelle qu’il s’appliquera finalement à mettre en place dans tout le pays autour du concept dit de l’authenticité. Il s’appuie sur son parti-Etat du Mouvement populaire de la Révolution (MPR).

Le Congo devient le Zaïre, Léopoldville devient Kinshasa et Élisabethville s’appelle désormais Lubumbashi. Les Congolais aux noms francophones sont invités à choisir de nouveaux prénoms et l’abacost (A bas le costume) est imposé comme tenue vestimentaire aux hommes en lieu et place du costume-cravate. Les Zaïrois doivent être tels qu’ils sont, mais pas comme on voudrait qu’ils soient.

En 1973, Mobutu instaure la «zaïrianisation», une politique de préférence nationale consistant à chasser les opérateurs économiques étrangers et nommer à leur place des Zaïrois. En 1976, le virus Ebola, qui peut provoquer une fièvre hémorragique, est identifié pour la première fois au Zaïre. Depuis, le pays a connu dix épidémies d’Ebola, dont la dernière, en cours, a déjà fait près de 300 morts.

De 1977-1978, Mobutu parvient à contenir, avec une aide étrangère, des tentatives de sécession du Katanga, rebaptisé Shaba. A Kolwezi des parachutistes français et belges évacuent les ressortissants étrangers. La longue dictature du «roi Léopard» maintient l’intégrité territoriale de l’exZaïre mais mate toute opposition et ruine l’économie.

La RDC et les Kabila père puis fils

Au Zaïre comme hors de ses frontières, la rébellion s’organise. Un mouvement hétéroclite armé, soutenu par les États-Unis de Bill Clinton, l’Angola de Dos Santos et les armées rwandaises et ougandaises, se forme : l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL). À sa tête, un ancien marxiste congolais, Laurent-Désiré Kabila.

Le 17 mai 1997, Laurent-Désiré Kabila prend le pouvoir à Kinshasa. Il se proclame chef de l’Etat, après huit mois d’une rébellion partie de l’Est, soutenue notamment par le Rwanda, qui chasse le maréchal Mobutu. Il rebaptise le pays République démocratique du Congo. Affaibli par la crise économique et discrédité auprès des Occidentaux, le régime de Mobutu tombe. Le président déchu s’enfuit dans sa ville natale de Gbadolite, puis s’envole d’abord au Togo, puis au Maroc. Quelques mois plus tard, il meurt d’un cancer de la prostate alors que le Zaïre devient la République démocratique du Congo (RDC).

Le vent d’espoir qui avait soufflé lors des dernières années de l’ère Mobutu a vite tourné. Le multipartisme est supprimé et une nouvelle Constitution met le président à la tête des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Laurent-Désiré Kabila est aussi chef de l’armée, de l’administration et de la diplomatie.

Laurent-Désiré Kabila, d’une rébellion à l’autre

Le pays s’engage rapidement dans un conflit meurtrier. Car le nouveau chef d’État fait volte-face en 1998 et rompt avec ses anciens alliés rwandais et ougandais. En août, des révoltes éclatent dans le Kivu, à l’est. Elles dégénèrent vite en conflit régional : les forces gouvernementales, soutenues par l’Angola, la Namibie et le Zimbabwe, s’opposent à des rébellions appuyées par le Rwanda et l’Ouganda. La « Première Guerre mondiale africaine » fera 4 à 4,5 millions de personnes, selon l’International Rescue Committee. Elle durera jusqu’en 2003. Entretemps, Laurent-Désiré Kabila est assassiné, le 16 janvier 2001, et remplacé par son fils, Joseph, 28 ans, pour une période de transition.

En août 1998, une nouvelle rébellion éclate au Kivu (Est) avant de dégénérer en conflit régional, opposant forces gouvernementales, soutenues par l’Angola, la Namibie et le Zimbabwe, à des rébellions appuyées par le Rwanda et l’Ouganda.

 Joseph Kabila : crise politique et rébellions

Le 26 janvier 2001, Joseph Kabila succède à son père assassiné. Il est élu président en 2006 lors des premières élections libres depuis l’indépendance, puis réélu en 2011 lors d’élections marquées par des violences et des fraudes.

 En mai 2012 débute dans le Kivu la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23), surtout composé d’ex-rebelles congolais tutsi. Cette rébellion est vaincue fin 2013.

La guerre se prolongera jusqu’en 2003.

En 2015, la perspective d’un maintien au pouvoir de Kabila au-delà de son dernier mandat, qui s’achève en décembre 2016, déclenche de violentes manifestations avec des dizaines de morts.

 Les années de « glissement »

En décembre 2006, il est élu président au second tour devant Jean-Pierre Bemba avec 58 % des voix, lors des premières élections libres de la RDC depuis l’indépendance. Cinq ans plus tard, Joseph Kabila réitère. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) le proclame président, avec 48,95 % des voix. Malgré la contestation du chef de file de l’opposition Étienne Tshisekedi de l’UDPS, Joseph Kabila conserve le fauteuil présidentiel, au Palais de la nation.

  Une place qu’il s’évertuera à conserver à partir du 19 décembre 2016, date qui signe pourtant la fin de son mandat présidentiel. Des manifestations réclamant son départ sont sévèrement réprimées. Mais les autorités le martèlent : le pays est dans l’incapacité logistique d’organiser des élections. Une justification qui arrange bien Joseph Kabila, qui, pendant ce temps-là, peut conserver le pouvoir.

En septembre 2016, le Kasaï (centre) bascule dans la violence après la mort d’un chef coutumier tué par les forces de sécurité. Fin 2016, un accord politique permet à Kabila de rester jusqu’à des élections prévues fin 2017, mais le scrutin sera repoussé fin 2018. Plusieurs manifestations réclamant son départ sont sévèrement réprimées.

2019, arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi

Le 5 novembre 2017, après deux reports, la Ceni annonce une date pour des élections. Ce sera le 23 décembre 2018. Joseph Kabila, sous pression de la Communauté internationale, et interdit par la Constitution de se présenter à un troisième mandat, annonce ne pas être candidat. Il désigne à sa place un dauphin, Emmanuel Ramazani Shadary. L’opposition, qui fait bloc au début, se divise. Félix Tshisekedi, avec l’appui de Vital Kamerhe, se désolidarise de Martin Fayulu, soutenu notamment par Jean-Pierre Bemba et le Katangais Moïse Katumbi, dont les candidatures n’ont pas été acceptées par le pouvoir. C’est finalement la coalition du fils d’Étienne Tshisekedi – décédé le 1er février 2017 –, Cap pour le changement (Cach), qui l’emporte, après des semaines de controverses.

Après des élections de décembre 2018, Félix Tsishekedi remplace Joseph Kabila à la tête de la RDC. «Certains estiment que cette date marque le début d’une nouvelle ère pour la RDC. Par contre, pour d’autres, l’arrivée de Félix Tshisekedi signe des changements de gouvernance et sociétaux.

2020-2021, entre espoirs et difficultés

Comme l’ensemble de la planète, la République Démocratique du Congo n’a pas été épargnée par l’épidémie du coronavirus. Touché dans un deuxième temps, le continent africain continue d’ailleurs de dénombrer contaminations et décès.

 En 2020, la RDC vit encore et toujours des temps compliqués. À l’est du pays, l’épidémie d’Ebola frappe les habitants. Dans le reste du pays, les groupes armés congolais et étrangers continuent de sévir. «Les conditions de vie restent difficiles, la monnaie est dépréciée, le peuple a du mal à joindre les deux bouts.

 Raymond Befonda

Continue Reading

Dossier

MONSENGWO : ce combattant en soutane

L’influent archevêque émérite de Kinshasa a tiré sa révérence, le 11 juillet 2021 à Versailles, en France. Malgré son rang de clergé, ce natif d’Inongo a “ combattu “ différentes dictatures en RDC. Retour sur les grands moments politiques au cours desquels il s’est illustré.

Published

on

Le cardinal émérite Laurent Monsengwo Pasinya est mort à 81 ans. Son décès depuis Versailles, près de Paris, où il a été amené pour des soins médicaux a suscité une vague d’hommages unanime dans la classe politique congolaise. Même l’ex-président, Joseph Kabila, contre qui le prélat a dirigé ses piques les plus musclées, s’est dit « attristé » par cette disparition.


Originaire d’une famille de chef coutumier Sakata, dans la province du Mai-Ndombe, Laurent Monsengwo est né en 1939, à Inongo. Paradoxalement à sa lignée coutumière, il choisit très tôt la voie ecclésiastique. Ce qui va le conduire à côtoyer le monde politique et ainsi pérenniser, de manière ostentatoire, le combat de son mentor, le cardinal Joseph Albert Malula. Ordonné prêtre en 1963, puis évêque à Kinshasa en mai 1980, Monsengwo gravit les échelons d’une Église déjà érigée en contrepouvoir face au règne du “tout-puissant” Mobutu Sese Seko.


Mémorandum à Mobutu


Monsengwo a été  l’initiateur, en 1990, d’un mémorandum demandant plus de libertés au Maréchal Mobutu, alors que ce dernier venait de dépasser un quart de siècle au pouvoir. Un mémorandum qui lui avait donné une autre dimension. Il était alors considéré comme «un personnage incontournable, le cerveau moteur de la poussée vers la démocratie», selon les écrivains Roger Gaise et Isidore Ndaywel ont dit dans un livre consacré aux 25 ans de l’épiscopat de ce prélat. Pour Isidore Ndaywel, c’est Laurent Monsengwo, alors président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), qui a introduit la notion de « démocratisation » dans les discours de l’Eglise catholique. Plus d’une année après son mémorandum, Monsengwo occupera la tête de la Conférence nationale souveraine (CNS). Celleci sera fermée par Mobutu puis rouverte après la marche des chrétiens catholiques réprimée dans le sang par le régime Mobutu. Monsengwo sera le président du Haut conseil de la République Parlement de transition (HCRPT) jusqu’à son éviction en 1996.


Critique contre M’zee


 Alors que la première guerre du Congo éclate à Kisangani en 1996, Laurent Monsengwo est évacué de son diocèse – déguisé en vieillard – pour ne pas être repéré par des rebelles. Une guerre qui verra Mobutu, abandonné par ses soutiens politiques, chassé l’année suivante par les rebelles de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération (AFDL) de Laurent-Désiré Kabila avec l’appui du Rwanda. Et le prélat ne va pas tarder à se montrer critique vis-à-vis du nouveau pouvoir. Une attitude qu’il conservera après l’accession à la tête du pays de Joseph Kabila, à la suite de l’assassinat de son père, en 2001, en pleine deuxième guerre du Congo (1998-2003).


Pendant ce conflit, Monsengwo dénonce les crimes commis par les belligérants dans sa ville, et doit, pour sa sécurité, vivre un temps hors de Kisangani, pour le contrôle de laquelle l’Ouganda et le Rwanda se livreront des combats sans merci, directement ou par milices congolaises interposées. À la fin de la guerre, il ne participe pas à la transition politique mais reprend vite son rôle de combattant, en soutane… 

Réélection boudée !


En décembre 2007, Mgr Monsengwo succède à la tête de l’archevêché de Kinshasa au cardinal Frédéric Etsou, décédé en janvier de la même année. Laurent Monsengwo est fait cardinal par Benoît XVI en 2010. Et pendant son ministère comme cardinal, il n’enlèvera pas son étoffe de critique à l’égard du pouvoir. La CENCO va régulièrement lancer des mises en garde au régime Kabila.
Et en 2011, le cardinal conteste la réélection de Joseph Kabila, en estimant que les résultats de la présidentielle de novembre n’étaient « conformes ni à la Vérité, ni à la Justice ». Ses détracteurs l’accusent d’être proche de l’opposition, d’Etienne Tshisekedi, principal challenger de Joseph Kabila à ces scrutins controversés.


Réputé déjà très critique à l’égard du pouvoir de Joseph Kabila, Laurent Monsengwo va pousser le bouchon plus loin qu’il ne l’a fait sous Mobutu. Après la répression des marches du 31 décembre 2017, réclamant l’application de l’accord de la Saint Sylvestre, les paroissiens ont été tués et des gaz lacrymogènes lancés dans les Eglises. Il va, dans un message, appeler que « les médiocres dégagent ! » C’était lors de sa conférence de presse du 2 janvier 2017, après ces répressions des marches. Face aux voix de la majorité, de l’époque, qui protestaient contre cette qualification, l’accusant d’être devenu « l’opposant numéro 1 », le secrétaire général de la Conférence épiscopale, l’abbé Nshole justifie : « Médiocre, ce n’est pas une insulte, c’est une évaluation ».

La République aura donc vécu un cardinal « combatif » à chaque fois que sa « démocratie » qu’il avait appris à défendre depuis Mobutu était menacée par un régime politique. Ayant hérité d’une Église traditionnellement engagée sur le plan politique et sociétal avec des figures marquantes comme Joseph Albert Malula, Laurent Monsengwo a, en novembre 2018, cédé son fauteuil à la tête de l’archidiocèse de Kinshasa à Mgr Fridolin Ambongo Besungu. Ce dernier, lui aussi, ménage difficilement la classe politique qu’il accuse parfois d’être à la base de la misère du peuple.


Dido Nsapu  

Continue Reading

Dossier

30 JUIN 2021 LUMUMBA : un hommage repoussé !

Ce 30 juin 2021, la République démocratique du Congo célèbre ses 61 ans d’indépendance. Cette fête allait comporter une particularité, celle du rapatriement des reliques du premier héros national du pays. La survenue d’une troisième vague de covid-19 a eu raison de cet agenda.

Published

on

Depuis le mois de décembre 2020, le président de la République, Félix Tshisekedi, avait annoncé son intention d’organiser un hommage national, le 30 juin 2021, en l’honneur de Patrice Emery Lumumba. Une solennité qui devrait être précédée du rapatriement de ses reliques. L’idée est d’offrir enfin une sépulture à celui qui fut le premier Premier ministre de l’histoire de la République démocratique du Congo dans les années 1960. Mais aussi et surtout, un acteur majeur de l’indépendance du pays. Pour ce faire, le pays s’apprêtait à cet événement pour ce mois de juin finissant. Quatre lieux étaient choisis pour cet hommage national : Lumumba-ville, une entité créée par Félix Tshisekedi en mémoire de Patrice Emery Lumumba, dans la province du Sankuru, la ville de Kisangani, dans l’actuelle Tshopo, qui fut son bastion politique. Ces reliques allaient aussi passer à Shilatembo, le lieu de son assassinat, dans le Haut-Katanga. Puis, enfin, la ville de Kinshasa où une sépulture est en cours de construction au pied de l’Echangeur de Limete, dans l’Est de la ville.

Mais la survenue d’une troisième vague de la pandémie de covid-19 en République démocratique du Congo a eu raison de cet agenda des hommages. La Présidence de la République a renvoyé cet événement au 17 janvier 2022, le jour de la commémoration de l’assassinat de Lumumba. Sa famille biologique, ses enfants en particulier, attendent ce moment pour enfin faire le deuil de leur père. « Pendant plus de dix ans, on a fait tout le nécessaire pour arriver à ce résultat, celui de la restitution par le gouvernement belge à la famille des restes de la dépouille de notre père […] », a déclaré Roland Lumumba.

Ces restes infinitésimaux dont il est question sont constitués jusqu’à preuve du contraire d’une dent. Et d’ailleurs, en septembre 2020, la justice belge avait répondu favorablement à la demande de la famille de Patrice Lumumba de lui restituer cette dent attribuée au héros de l’indépendance congolais assassiné. Cette dent avait été saisie chez un policier belge ayant contribué à faire disparaître le corps de Patrice Lumumba.

30 juin 1960

Comment ce 30 juin 1960, jour de fête, était-il devenu le canal par lequel la déchéance du tout jeune Etat indépendant est passée ? D’après des témoignages recoupés, ce jeudi-là, au doux soleil, tout allait mieux se passer si le désaccord entre le nouveau chef de l’Etat, Joseph Kasa-Vubu et son puissant Premier ministre n’avait pas existé.

 Selon Thomas Kanza, ministre et proche de Lumumba, qui livre ce témoignage à RTBF, en 2000, Patrice n’avait pas apprécié l’attitude de Kasa-Vubu qui a refusé de lui faire lire son discours, préférant le montrer au gouvernement belge. « À 8h30, le Premier ministre me fait venir chez lui, à sa résidence privée. Il y avait là quelques amis. J’avais l’impression qu’ils avaient déjà discuté entre eux. Le Premier ministre me donne son discours. Il était déjà écrit, dactylographié.», explique cet ancien ministre de Lumumba. Patrice Lumumba lui annonce qu’il va prendre la parole au Parlement et lui demande de relire et de corriger le texte. Thomas Kanza répond à Lumumba que c’est un excellent discours, à prononcer au stade devant la population, mais que « le Parlement n’est ni l’endroit ni l’occasion de prononcer ce discours». Au départ, ce discours devait effectivement être prononcé au stade l’après-midi même, rapporte ce média.

«C’est alors que j’apprends de la bouche de Lumumba : ‘Thomas, je veux parler, parce que le président Kasa-Vubu nous a humilié. Il va prononcer un discours qu’il a montré au gouvernement belge, mais qu’il ne nous a pas montré. Thomas, je vais parler.», relate Thomas Kanza. Puisque Lumumba devait contresigner le discours de Kasa-Vubu, ce que ce dernier ne lui a pas donné l’occasion de faire. Cela provoqua l’intervention virulente de Lumumba au Palais de la Nation, ce jeudi-là. Une diatribe qui va gâter la journée du roi Baudouin Ier. Et depuis, Patrice Lumumba était dans le collimateur du colonisateur, y compris la stabilité du pays. Ce qui provoqua une mutinerie au sein de la Force publique seulement 5 jours après l’indépendance. Avant de voir une sécession katangaise 11 jours après la proclamation de l’indépendance.

 Dido Nsapu 

Continue Reading

NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

Trending

WeCreativez WhatsApp Support
Notre rédaction est là pour répondre à toutes vos préoccupations. N'hésitez pas !
👋Bonjour, comment puis-je vous aider ?
error: Attention: Le contenu est protégé !