Nous rejoindre

Nation

Autopsie des processus électoraux en RDC: La lourde responsabilité de la classe politique et des confessions religieuses dans l’échec.

En jaugeant les différents processus électoraux de la RD Congo, on arrive à la conclusion que les difficultés rencontrées résultent de la volonté des acteurs politiques de caporaliser la CENI. Les confessions religieuses y contribuent malheureusement significativement.

Published

on

Il y a fort à craindre que le souci de garantir l’indépendance, la neutralité et l’impartialité de la CENI, de façon à rassurer tous les compétiteurs électoraux de la crédibilité des élections de 2023 ne soit qu’un vœu pieu. Les faits prouvent que la responsabilité de l’échec des processus électoraux est partagée entre les acteurs politiques dont les parlementaires qui n’arrivent pas toujours à voter des lois garantissant l’impartialité, et les chefs religieux. Pourtant, c’est sur le président de la commission électorale que l’on rejette toute la responsabilité après les élections.

L’histoire s’est répétée lors des précédents cycles électoraux et il y a fort à parier qu’elle se répète avec le processus électoral en cours. Depuis la désignation de l’abbé Apollinaire  Malumalu, précurseur et concepteur de l’architecture électorale de la RDC, les choses se déroulent toujours de la même manière. Ce qui arriva au moment de sa désignation, de celle de ses successeurs Daniel Ngoyi Mulunda et Corneille Nangaa ou de  Ronsard Malonda, est en train d’arriver aujourd’hui.  Les mêmes causes produisant les mêmes effets, si en 2006, 2011 et 2018 les élections ont été qualifiées de chaotiques, on se demande si ce ne sera pas pareil en 2023. Entretemps, avec du temps perdu, l’impératif du respect du délai constitutionnel des scrutins devient illusoire.

Plusieurs réformes pour rien

C’est après chaque processus électoral que la question de la réforme refait surface, même si les mêmes tares subsistent. Présentant devant les élus du peuple le 9 avril 2021 le rapport général du processus électoral, Corneille Nangaa avait déclaré ce qui suit au sujet de la réforme électorale : « Tout le monde parle aujourd’hui de réformes électorales. Mais il n’est pas évident que tous ceux qui en parlent en aient la même compréhension ». Le président sortant de la CENI a évidemment raison.

On a beauprocéder au changement de président de la centrale-électorale ou  réviser la loi sur la CENI et la loi électorale,  on est encore loin de sortir de l’ornière. Les velléités de la caporalisation de la CENI subsistent toujours. Du coup, les faiblesses relevées lors des cycles électoraux passés reviennent toujours.

La problématique de la caporalisation de la CENI

Corneille Nangaa et d’autres acteurs politiques ont recommandé la désignation des personnalités indépendantes, mais la démarche reste une équation difficile à résoudre tant les « désignateurs » sont eux-mêmes divisés.   Pour sa part, le Groupe d’étude sur le Congo (GEC) pense qu’au-delà de la désignation des personnalités indépendantes,  le président de la République devrait insuffler la dynamique de réforme du processus électoral ou avoir la volonté d’agir en ce sens. En tant que garant du bon fonctionnement des institutions, le président Félix Antoine Tshisekedi n’a pas à faire litière de la question.

Même, comme l’a suggéré la plateforme Lamuka dans sa proposition de loi, constituer le  bureau de la centrale électorale uniquement avec des membres de la société civile ne résoudra pas le problème. Aussi longtemps que la société civile elle-même sera politisée, la CENI sera toujours caporalisée. Il est ainsi difficile de ne pas transformer la désignation des membres de la CENI  et de son président en un lieu de conquête ou de conservation du pouvoir.

L’impossible dépolitisation de la CENI

Au début de chaque processus électoral, il y a toujours une controverse autour de la dépolitisation de la CENI. Cependant, une fois le projet de loi sur la CENI analysé et adopté par les  députés nationaux, on ne  voit finalement pas le travail de dépolitisation abattu. Encore que certains scientifiques-politiques ne croient même pas que ce soit possible. Tel est le cas du professeur André Mbata, député national de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et président de la commission PAJ de la chambre basse du Parlement, qui estime impossible  la dépolitisation de la CENI.

Le Groupe d’Etudes sur le Congo, lui aussi, pense que la dépolitisation totale de la CENI est pratiquement impossible dans un climat de méfiance entre les acteurs politiques  qui tiennent à avoir leurs délégués à la CENI considérés comme leurs yeux dans l’organe de gestion des élections. L’Accord de Sun City, adopté en 2003, préconisait la mise en place d’une CENI indépendante…Selon le GEC, le compromis politique trouvé portait les germes d’instrumentalisation politique de la commission électorale. Or, tant que la commission électorale ne sera pas réellement indépendante, parler des élections libres et démocratiques sera toujours utopique.   Bien plus, étant donné ce qui s’est passé lors des élections précédentes, il est difficile de dissiper le climat de suspicion, de manque de confiance entre les chefs religieux et de méfiance entre les acteurs politiques.

Les confessions religieuses ont déçu

Le processus ayant conduit à la désignation de Ronsard Malonda et celui qui est en cours, démontrent que les chefs religieux en général sont hypocrites, certains sont cupides et corruptibles.  Les agendas des uns et   des autres se sont finalement étalés au grand jour. Aussi, leur  charte n’encourage que des querelles d’Allemands, car élaborée comme pour ne pas permettre le consensus, ce qui,  inexorablement, renvoie au vote. Et lorsqu’il faut parler vote, chacun connait la suite.

Cette fois-ci encore, les représentants de la plateforme des 8 confessions religieuses (Eglise Catholique, Armée du Salut, Eglise Kimbanguiste, Eglise Indépendante, Eglise Orthodoxe, l’Eglise du Christ au Congo, Eglise du Réveil, musulmane) auxquelles revient la tâche de désignation du président de la CENI ont déçu.

L’indépendance et neutralité du candidat censé les représenter pose toujours problème et l’église catholique évoque un problème d’intégrité. Après plusieurs rounds improductifs, les 6 confessions religieuses ont dare-dare déposé leur PV de désignation du candidat président de la CENI au Bureau de l’Assemblée nationale.  Mais, les représentants de la CENCO et de l’ECC s’en moquent comme de leur première « soutane », estimant comme l’a dit Eric Senga, porte-parole de l’ECC, qu’il n’existe pas juridiquement une plateforme de 6 confessions religieuses.

Pour Donatien Nshole, secrétaire général de CENCO, le candidat qu’il appelle X, présenté par ces 6 confessions religieuses, pèche par rapport à l’intégrité et l’indépendance. En effet, la proposition de loi que Christophe Lutundula a soumise au parlement stipule que les membres de la CENI sont choisis parmi les personnalités indépendantes reconnues pour leur compétence, intégrité morale, probité, honnêteté…

D’aucuns se rappellent  qu’à chaque occurrence la CENCO vient avec son candidat et aucun jusqu’à présent n’a eu la chance de passer. Ses membres ont eu parfois à être en contradiction entre eux, le cas de la désignation de Malu Malu qui avait divisé les évêques en 2013. Contre l’avis de la CENCO, Malu Malu avait accepté de présider la CENI. Il avait le soutien de son évêque, Mgr Sikuli Paluku Melchisédech,  alors que la CENCO s’était opposée à la présence d’un ecclésiastique à ce poste, préférant comme candidat le laïc Botolo Magoza. Les évêques  avaient demandé des sanctions canoniques contre l’abbé Apollinaire Malu Malu et ce dernier avait perdu son poste de directeur général de l’Institut panafricain Cardinal Martino. Aujourd’hui, le candidat Cyrille Ebotoko qui jouit de son soutien, comme en 2020 face à Malonda, Denis Kadima et Sylvain Lumu, continue d’être à l’écart.   

Au terme du tamisage en 2020, les catholiques et les protestants n’avaient été pour le choix de Ronsard Malonda dont le président Tshisekedi avait refusé la validation de mandat après  l’entérinement de l’assemblée nationale.

En définitive, les confessions religieuses passent pour une plateforme fantoche, facilement manipulable par la classe politique. L’abbé Donatien Nshole, sur les ondes d’une radio locale, a eu à exprimer ses regrets par rapport à l’image qu’ils véhiculent tous dans l’opinion. Certainement, cela pousse d’aucuns à dire que, si l’on y prend garde, elles (les confessions religieuses) finiront par se voir déposséder de ce privilège leur reconnu dans l’Accord global et inclusif de Sun City. « Les hommes restent ce qu’ils sont. Qu’ils soient en soutanes, ils ont un cœur humain », conclut Jacques Djoli.

Le choix cornélien de Félix Tshisekedi

Monseigneur Marcel Utembi et le docteur André Bokundoa ne sont pas de ceux qui reculent. Malgré le jusqu’auboutisme de leurs pairs, ils tiennent à épuiser toutes voies nécessaires. Devant la décision implacable du groupe de l’évêque général Dodo Kamba, ils sollicitent l’arbitrage du président Tshisekedi, sous prétexte qu’il s’était adressé à Jeannine Mabunda lorsqu’il y avait mésentente  au tour de la désignation de Ronsard Malonda.  Le 17 juillet 2020, le président Tshisekedi avait effectivement  refusé d’investir Ronsard Malonda, dans un courrier adressé à la présidente de l’assemblée nationale, Jeannine Mabunda, soulignant que ladite désignation était fortement contestée par plusieurs des représentants des confessions religieuses, à savoir l’Eglise catholique, l’Eglise du Christ au Congo et l’Eglise Kimbanguiste.

La « jurisprudence Mabunda » existant, le président Félix Tshisekedi a tout intérêt à trancher pour éviter les manifestations qu’avaient initiées le Comité laïc de coordination (CLC) et Lamuka, lorsque Ronsard Malonda était désigné en 2020, lesquelles manifestations avaient occasionné la mort de plusieurs personnes. Si autre fois Lamuka, le CLC et l’UDPS étaient contre la désignation de Ronsard Malonda, actuellement Lamuka, FCC (PPRD) et les mouvements citoyens comme La Lucha  font un lever de boucliers. 

Des processus électoraux ayant les mêmes caractéristiques.

Ric à ric, tous les processus électoraux suivent ou presque le même schéma. Ainsi, après l’étape de la désignation des animateurs de la CENI, comme lors des autres processus, la classe politique va passer à une autre, celle des tiraillements portant sur la loi électorale dont le manque de compromis sur pas mal de points : mode de scrutin, seuil, machine à voter, enrôlement, fichier électoral, caution non remboursable…

Pour le processus électoral en cours, on peut dire que « les allemands arrivent » : il n’y a plus rien à faire. Autant en emporte le vent. Sinon, les questions demeurent. Devrait-on continuer à parler des élections chaotiques, fraudes massives, bras de fer ou résultat entaché d’irrégularités ? En réalité, les prémisses posées actuellement sont inévitablement celles qui produisent le cafouillage ou le tripatouillage. Comment dans ce cas précis ne pas s’attendre à la violence postélectorale ?

Hubert MWIPATAYI

Nation

Primé par Forbes Africa : Jules ALINGETE KEY, le remède de TSHISEKEDI contre le détournement des fonds et biens publics

Au cœur du dispositif anti-détournement de Félix Tshisekedi, le patron de l’Inspection générale des finances (IGF), 59 ans, ramène des Etats-Unis un prix et non des moindres. L’homme de la patrouille financière s’est fait honorer par le prestigieux Forbes Africa pour la lutte qu’il mène contre la mauvaise gestion des finances publiques. Portrait !

Published

on

Depuis le 30 juin 2020, date de sa nomination, Jules Alingete Key, Inspecteur général des finances, chef de service, a redynamisé ce service d’audit supérieur de l’Etat. Ses traits devisage traduisent même la rigueur qu’il met dans son combat contre le détournement des deniers publics en République démocratique du Congo. 

Cet originaire du Maï-Ndombe, né à Kinshasa, est un économiste et expert-comptable agréé, spécialiste en fiscalité et expert en matière du climat des affaires. Son élévation en qualité d’Inspecteur général chef de service de l’Inspection générale des finances a fait bouger les lignes dans le domaine de lutte contre la prédation des finances publiques.   

Dans sa volonté de matérialiser la vision du chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, Jules Alingete a multiplié des stratégies pour barrer la route aux coulages des recettes ainsi qu’audétournement des fonds publics. L’homme avait constaté que le contrôle a posteriori exercé par son service ne permettait pas à l’Etat de récupérer les fonds détournés. Pour lui, les inspecteurs ne venaient que constater les dégâts. Il a, depuis, changé son fusil d’épaule en optant pour le redoutable « contrôle a priori ». Ceci revient à dire qu’avant que des mandataires et autres manipulateurs des deniers publics n’engagent des dépenses, l’IGF vérifie en amont la procédure et la légalité de ces dépenses.  Les inspecteurs des finances sont affectés à la Banque Centrale du Congo où ils contrôlent toute sortie de fonds et peuvent ainsi suivre celles qui leur paraissent suspectes, renseigne le Chef de Service de l’IGF.      

Depuis l’instauration de ce contrôle appelé autrement « patrouille financière », l’IGF est non seulement respectée mais aussi redoutée par les gestionnaires des fonds et bienspublics. Son patron est devenu l’ennemi de nombreux gestionnaires d’entreprises et d’institutions qu’il contrôle. Aussi longtemps qu’il est couvert de la bénédiction du chef de l’Etat qui apprécie sa rigueur, l’homme reste droit dans ses bottes.  

Depuis 2021, ses inspecteurs, chargés de mener le contrôle concomitant dans les entreprises et les établissements publics ainsi que dans les provinces, approuvent chaque semaine les plans de trésorerie et les plans de dépenses des mandataires publics. Une surveillance qui n’est pas du goût de ceux qui cherchent une brèche pour faire saigner les caisses de l’Etat.

Aujourd’hui, ce travail de gendarme financier, voulu par le Président Félix Tshisekedi, a été encore une fois récompensé au niveau international. Forbes Africa a récompensé à New-York, le 20 septembre 2022, Jules Alingete. « Nous, en tant que service qu’il a choisi pour faire ce travail, nous devions l’accompagner en allant à l’extérieur pour communiquer aux organismes et à d’autres pays le travail qui est en train d’être fait dans notre pays, la République démocratique du Congo, dans le cadre de la lutte contre la corruption», a déclaré le chef de service de l’IGF à Heshima Magazine, peu avant de s’envoler pour les Etats-Unis afin de recevoir ce prix Forbes Africa.  

Le patron de l’IGF s’est déjà rendu plusieurs fois à l’extérieur du pays pour communiquer et rassurer les partenaires afin qu’ils se rendent compte du « travail important que le chef de l’Etat est en train de faire dans notre pays » dans le cadre de la lutte contre la corruption afin de réhabiliter le prestige international de la RDC qui était entamé. A l’occasion de cette soirée de récompense, plusieurs personnes qui font bouger positivement l’Afrique ont été primées dont Jules Alingete de la RDC. Forbes Africa récompense le meilleur de l’Afrique en mouvement. Ce prix reçu par la RDC met en lumière les efforts du pays dans la lutte contre la mauvaise gouvernance.  

En plein cœur de la célébration des 35 ans d’existence de l’IGF, Jules Alingete Key devient le visage le plus marquant de ce corps de contrôle et d’audit. Son visage est associé à un combat : celui de la lutte contre la prédation des finances de l’Etat décrétée par le Président Félix Tshisekedi au lendemain de sa prise de pouvoir. Une lutte qui a permis au pays de redresser ses finances en termes des recettes publiques. Cela, au point que le gouvernement a proposé un budget 2023 de près de 15 milliards de dollars en examen au parlement. Une première en République démocratique du Congo !      

Heshima

Continue Reading

Nation

SONAS : Lucien BONYEME fait bénéficier à ses cadres une formation sur la passation des marchés publics

Le Directeur général de la Société Nationale d’Assurances(SONAS), Lucien Bonyeme Ekofo, est déterminé à apporter un vent de transparence dans la gestion de cette société. Pour ce faire, un séminaire de renforcement des capacités relatif aux procédures nationales de passation des marchés publics a été organisé dans son entreprise.

Published

on

Ayant toujours placé l’homme au centre de son programme d’action, l’équipe dirigeante de la SONAS SA n’a ménagéaucun effort pour assurer continuellement la formation de son personnel. Lucien Bonyeme Ekofo considère la formation – depuis sa prise de fonction – comme un levier d’optimisation des résultats auxquels l’entreprise aspire sous sa gouvernance.Ainsi, ce séminaire organisé en ce mois de septembre 2022 portait-il sur les procédures nationales de passation des marchés publics édictées par la loi n° 10/010 du 27 avril 2010 relative aux marchés publics ainsi que ses textes d’application.

M. Dominique Bushebu, chef de Division de la formation à l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP), représentant du Directeur général empêché, a fait savoir dans son mot de clôture que c’est dans cette perspective qu’après la mise en place de la Cellule de Gestion des Projets et des Marchés Publics, la Direction générale de la SONAS a fait appel à l’expertise de l’ARMP pour mieux préparer les cadres et agents à maitriser les procédures nationales de passation des marchés publics.

Lors de cette session de formation, les formateurs de l’ARMPont rempli fidèlement leur mission. La Direction générale n’a émis aucun doute quant aux retombées de cette formation. Notamment sur les capacités renforcées au bénéfice des membres de cette structure technique appelés à réaliser les opérations relevant des dispositions de la loi qui organise la passation des marchés en République démocratique du Congo.

Par ailleurs, le chef de Division de la Formation à l’ARMP a exprimé sa gratitude à l’endroit du Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, qui est l’autorité de tutelle de l’ARMP, pour l’attention et le suivi qu’il apporte au secteur de la commande publique au travers du Programme global du gouvernement.

« A cette date d’aujourd’hui », précise Dominique Bushebu, « vous voici arrivés, chers membres de la Cellule, au terme du séminaire de renforcement des capacités ayant porté sur les procédures nationales de passation des marchés publicsédictées par la loi n° 10/010 du 27 avril 2010 relative aux marchés publics ainsi que ses textes d’application ».

Et de renchérir : « pendant 10 jours sans trêve, vous vous êtes attelés, avec grand intérêt et une assiduité remarquable, à découvrir, pour la première fois, les méandres que comprennent les procédures de passation des marchés publics. L’évaluation faite par nos experts formateurs ainsi que les divers commentaires issus de vos panels de travail, témoignent de tout le sérieux qui a caractérisé le déroulement de ce séminaire ». 

Pour Dominique Bushebu, la Direction générale de la SONAS SA croit certainement qu’à ce jour, les séminaristes ont eu une vue, non pas panoramique mais suffisamment profonde de ce que représente le secteur des marchés publics aujourd’hui pour le développement du pays. Les connaissances acquises tout au long de cette session leur ouvriront de nouvelles perspectives dans la prise en charge quotidienne de leurs tâches et responsabilités en tant qu’animateurs d’un organe aussi technique qu’est la Cellule de Gestion des Projets et des Marchés Publics au sein de la SONAS SA.

Il a rappelé en outre que la commande publique occupe près de 60 % de la dépense du budget de l’Etat. Son affectation ne peut pas se faire selon les humeurs ou les sentiments des décideurs. Il faut, pour ce faire, observer les règles spécifiquespour une utilisation efficace et efficiente de fonds alloués à l’entité. Bref, il est question de cultiver les valeurs éthiques pour une gestion orthodoxe des deniers publics basée sur le respect des procédures en la matière.

Il s’est dit convaincu qu’au terme de cette formation, eu égard aux connaissances approfondies acquises sur les marchés publics et à la maîtrise des points névralgiques des procédures de préparation de passation des marchés et d’évacuation des marchés, les participants à cette cession étaient désormais mieux outillés pour accomplir sans faille leur mission fondamentale, celle de conduire l’ensemble de la procédure de passation des marchés publics au sein de la SONAS SA.

Avec l’apprentissage de ce nouveau dispositif légal et règlementaire de la RDC qui régente désormais les marchés publics, les séminaristes n’ont plus droit à l’erreur, sous peine de tomber dans des irrégularités d’omission ou de mauvaise intension. Ce qui, du reste, demeurent répréhensibles. Dans ce cadre, il les a invités au sens élevé de responsabilité en mettant rigoureusement en pratique la théorie apprise, par une stricte observance des exigences de la règlementation dans ce secteur.

Pour sa part, le Directeur de Région Kinshasa Ouest-Equateur (DRKOE), Louis Minzeni Alamba, représentant du Directeur Général de la SONAS SA, a procédé à la clôture officielle du séminaire de formation au bénéfice des membres de la Cellule de Gestion des Projets et des Marchés Publics (CGPMP) de la SONAS SA. 

Ce dernier a d’abord présenté ses hommages au chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui, par sa vision globale, poursuit, nuit et jour, cette dynamique qui privilégie la culture du respect des textes légaux et réglementaires qui soutient l’Etat de droit. Parmi ces textes, les deux leviers de la commande publique que sont la loi n°10/010 du 27 avril 2010 relative aux marchés publics et la loi n°18/016 du 9 juillet 2018 relative aux contrats de Partenariat Public-Privé, lesquelles constituent un socle de développement d’un nouveau Congo.

Raymond OKESELEKE

Continue Reading

Nation

IGF : Jules Alingete évoque les avantages de la patrouille financière

Au cours d’une émission en direct organisée, lundi 29 août, par Télé 50, l’Inspecteur général des finances et chef de service de l’IGF s’est étendu sur le bien-fondé de la patrouille financière qui produit des résultats positifs. Une patrouille qui, en même temps, est combattue par certains détracteurs de la bonne gouvernance.

Published

on

Tout au long de cet entretien, Jules Alingete Key a défendu l’existence légale de la patrouille financière et démontré son bien-fondé dans le contrôle des actes de gestion en République démocratique du Congo. « La patrouille financière est une opération de surveillance des dépenses de l’Etat ainsi que des recettes. C’est un contrôle préventif des finances publiques, un contrôle a priori de la dépense », a-t-il expliqué avec des termes simples. 

Son existence légale est fondée sur l’article 140 du règlement général sur la comptabilité publique qui stipule que le contrôle de l’Inspection générale des fiances (IGF) peut être a priori, concomitant ou a posteriori. « Donc nous avons trois types de contrôle que l’Inspection générale des finances peut faire » Pour lui, le contrôle a posteriori est celui qui porte sur les actes de gestion d’une période déjà passée. C’est ce à quoi beaucoup de mandataires publics sont habitués, a-t-il rappelé. Le contrôle concomitant est celui qui se fait au même moment que les actes de gestion sont en train d’être posés et le contrôle a priori est celui qui se fait avant que les actes de gestion ne puisse être matérialisés. « C’est au fait un contrôle préventif », a-t-il fait savoir. Ce contrôle se fait sur la programmation des dépenses. Ce n’est pas une invention de la République démocratique du Congo, prévient Jules Alingete. Il a souligné que cette mission a donc été confiée à l’IGF par l’article 121 de la loi des finances publiques. 

Pour lui, c’est un contrôle qui se fait partout, dans toutes les nations civilisées qui ont atteint la bonne gouvernance. Le contrôle permanent ou concomitant permet d’empêcher la commission des mauvais actes de gestion parce que le contrôle a posteriori est un contrôle qui vient constater les dégâts et tirer les conclusions, a-t-il différencié. 

Tshisekedi, l’acteur principal…  

Le patron de l’IGF note que ce qui est en train d’être fait dans le cadre de la bonne gouvernance est l’œuvre du Président de la République, Félix Tshisekedi, dans sa vison de lutter contre la corruption. « Vous devez savoir que ce qui est en train d’être fait dans le cadre de la bonne gouvernance n’est pas un travail de Jules Alingete. En réalité, c’est le travail du chef de l’Etat. C’est lui au fait qui est l’acteur principal de l’implémentation de la bonne gouvernance, l’Inspection générale des finances n’est qu’un service à sa disposition, un instrument qu’il a choisi pour matérialiser sa vision de la bonne gouvernance », a précisé le chef de service de l’IGF.        

Jules Alingete a aussi expliqué comment l’IGF est passée du contrôle a posteriori au contrôle concomitant ou la patrouille financière. Le contrôle a posteriori a beaucoup de limites en ce qui concerne la récupération des fonds détournés, a-t-il révélé. « Depuis que nous sommes là, nous n’avons pas encore obtenu la récupération des biens volés et même pour obtenir la sanction administrative de quelqu’un qui a détourné, c’est un parcours de combattant. Et pour obtenir sa condamnation, c’est tout un problème. Et parfois ces gens sont condamnés et par la suite ils ne le sont plus. Donc, pour pallier ces insuffisances du contrôle a posteriori…, nous avons fait des propositions à la hiérarchie pour passer au contrôle a priori prévu dans les textes de l’IGF parce que ce contrôle a l’avantage d’empêcher les actes de détournement des deniers publics », a-t-il relaté. 

Et ce contrôle se place avant la programmation des actes de dépense. « Et on se place à ce niveau là pour déceler les irrégularités, la surfacturation, les faits de corruption et empêcher ces antivaleurs de se réaliser. C’est avec ça que de moins en moins on parle de quelqu’un qui a détourné et qui a disparu, c’est avec la patrouille financière. », a-t-il fait remarquer. 

Des résultats positifs…  

Ce contrôle concomitant a produit des résultats positifs au niveau des entreprises de l’Etat et même dans des provinces. Jules Alingete a cité, entre autres, le cas de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) dont la trésorerie est passée de 108 à 450 millions de dollars suite à la patrouille financière. Il y a aussi le CEEC qui a amélioré sa trésorerie. « Il n’y a pas d’arriéré de salaire », a tranché le patron de l’IGF. Il en est de même à l’Office congolais de Contrôle (OCC) où il n’y a plus d’arriéré de salaire. La Société nationale d’assurance (SONAS) a aussi amélioré sa trésorerie. Il n’y a pas d’arriéré de salaire au niveau de l’administration centrale. « Le FPI nous réclame pour que les inspecteurs les accompagne » dans l’encadrement des dépenses, a-t-il révélé pour prouver le bien-fondé de ce contrôle. 

A la REGIDESO, il y a soit un retard d’un mois soit zéromois. Ce qui prouve que les trésoreries de ces entreprises se sont améliorées avec ce contrôle permanent. La province du Lualaba est arrivée au point d’apurer toutes ses dettes. La dette liée à la construction des infrastructures aéroportuaire et routière a été aussi payée grâce à l’accompagnement de l’IGF dans sa patrouille financière. Jules Alingete annonce placer désormais son curseur dans les trois Kasaï pour contrôler les actes de gestion dans ces provinces.       

Pourquoi combat-on l’IGF ?     

Face à ces résultats positifs, d’aucuns se demandent pourquoi l’IGF est au tant combattu avec sa patrouille financière ? Mais Jules Alingete semble avoir compris le pourquoi : « Si vous voyez le policier être applaudi par le Kuluna alors c’est le monde à l’envers ». Selon le patron de l’IGF, son institution est combattue parce qu’elle empêche aux inciviques de faire les affaires avec l’Etat. « Nous les obligeons de se mettre en règle, voilà pourquoi on combat l’IGF », a-t-il lâché.     

A ceux qui le prêtent des ambitions politiques, Jules Alingete, qui a « horreur » des pratiques politiques, n’entend pas rejoindre cette classe politique. Son vœu est de terminer sa carrière en tant que haut fonctionnaire de l’Etat, lui qui est entré à l’IGF par le plus bas des échelons il y a de cela 34 ans. 

Heshima

Continue Reading

NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

Trending

You cannot copy content of this page
WeCreativez WhatsApp Support
Notre rédaction est là pour répondre à toutes vos préoccupations. N'hésitez pas !
👋Bonjour, comment puis-je vous aider ?