Nous rejoindre

Economie

Willy Kitobo désormais membre de Cobalt Action Partnership

Le professeur Kitobo Samsoni, ministre congolais des Mines fait désormais partie du Comité directeur du Cobalt Action Partnership (CAP). Avec ses membres, il va cheminer dans le cadre d’assainissement des chaînes d’approvisionnement responsables du cobalt, ce qui est une bonne nouvelle pour la République démocratique du Congo.

Published

on

La nouvelle est tombée le 23 décembre 2020 à Alexandrie. L’Initiative des Minerais Responsables (Responsible Minerals Initiative RMI), Chef de projet du « Cobalt Action Partnership » (CAP) a annoncé à ses partenaires de mise en œuvre que le professeur Willy Kitobo Samsoni, s’est joint au Comité directeur du CAP. La RDC s’est toujours battue pour l’amélioration des conditions de travail des activités minières artisanales. En effet, les missions de Willy Kitobo Samsoni dans le monde et en provinces, avec l’objectif de convaincre les grands consommateurs mondiaux du cobalt congolais de travailler avec le  gouvernement de son pays pour rendre la production artisanale du cobalt responsable, ont fini par payer.

Lors de la dernière conférence de Davos, en Suisse, Willy Kitobo était reçu par les membres de la Global Battery Alliance (GBA) et du 23 au 24 novembre 2020, à Kolwezi, au Lualaba, il a eu des réunions avec les partenaires techniques et financiers. Il a, avec eux, eu des échanges portant sur la politique du gouvernement menée dans le but de renforcer la réglementation des activités minières artisanales des substances minérales stratégiques comme le cobalt et le coltan. Aussi, ont-ils parlé de la décision de créer l’Autorité de régulation et de contrôle des marchés des substances minérales stratégiques (ARECOMS), une structure du ministère des Mines chargée d’assainir l’artisanat minier des substances déclarées stratégiques et de délivrer des certificats de conformité des produits miniers extraits pour une bonne traçabilité. GBA/CAP a apprécié ces initiatives vu qu’elles vont dans le sens de leurs objectifs de rendre la production mondiale du cobalt responsable.

Le professeur Kitobo Samsoni rejoint ainsi le Comité directeur du CAP qui comprend des représentants des secteurs publics, privés et à but non lucratif, notamment Gillian Davidson, conseillère en matière de durabilité, Eurasian Resources Group (ERG) ; Bryce Lee, directeur de la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE), Zhejiang Huayou Cobalt ; Karen Hayes, vice-présidente, environnement, énergie et industries extractives, Pact ; et Cristina Duranti, directrice de la Fondation internationale Good Shepherd. Cet engagement du Gouvernement de la RDC est une étape essentielle de l’initiative mondiale d’assainir les chaînes d’approvisionnement responsables en cobalt.

Quid du CAP ?

Le CAP, une initiative en collaboration avec la Global Battery Alliance (GBA), a été officialisé en mai 2020 sous la forme d’une coalition multisectorielle qui comprend de nombreuses organisations publiques-privées. Il encourage l’engagement des entreprises dans des chaînes de valeur du cobalt durables et inclusives, et vise à favoriser des chaînes d’approvisionnements du cobalt transparentes et responsables, fondées sur des approches factuelles. Il s’agit d’une initiative visant également l’amélioration de la sécurité et des conditions de travail, la promotion de l’égalité des sexes, la lutte contre la corruption et les violations des droits de l’homme telles que le travail des enfants et le travail forcé. Par ailleurs, le CAP vise l’atténuation d’impacts environnementaux négatifs et l’atteinte des objectifs de durabilité ambitieux, conformément aux réglementations nationales et aux normes internationales pertinentes.

Willy Kitobo désormais membre de Cobalt Action Partnership

L’engagement en faveur de la RDC

Le cobalt est important pour les économies locales et nationale de la RDC, néanmoins, le secteur est confronté à des défis importants pour traduire cette richesse minérale en résultats de développement durable et en distribution équitable des gains de productivité. Étant donné la nature des risques et la complexité des chaînes d’approvisionnement, la diligence raisonnable est impérative, mais souvent difficile. Les partenaires de mise en œuvre du CAP et ses parties prenantes se sont engagés à identifier des solutions et des actions dans les secteurs privés et publics, et à but non lucratif, pour légitimer l’Exploitation Minière Artisanale et à petite échelle (ASM) du cobalt produit en RDC, promouvoir l’accès au marché mondial pour les producteurs de cobalt ASM, formaliser les opérations ASM, éradiquer le travail des enfants et les violations des droits de l’homme dans les communautés minières de cobalt et harmoniser les initiatives existantes qui travaillent sur ces questions pour assurer une coordination des efforts collectifs. « En tant qu’initiative publique-privée impartiale soutenue par le Gouvernement de la RDC, le Cobalt Action Partnership est en me – sure de devenir un moteur puissant d’un marché des batteries responsable et durable au cours de cette décennie critique pour l’action climatique. Il s’agit d’une étape importante pour la Global Battery Alliance, qui a établi le CAP en 2020 avec le soutien du Forum Economique Mondial », a déclaré Antonia Gawel, directrice adjointe de la Plateforme pour les Biens Publics Mondiaux; responsable de l’Economie Circulaire et de l’Innovation; membre du Comité exécutif du Forum Economique Mondial.

Creuseurs miniers artisanaux


« Je me réjouis de représenter le gouvernement de la République Démocratique du Congo à la tête du CAP et dans le cadre de nos efforts permanents pour soutenir une production responsable de cobalt en RDC », a indiqué Willy Kitobo. « Nous souhaitons la bienvenue au ministre Samsoni au sein du Comité directeur du CAP et nous nous réjouissons de travailler avec le gouvernement de la RDC dans le cadre de cet important partenariat multisectoriel qui vise à promouvoir des normes favorisant une production et un commerce responsable du cobalt à l’échelle mondiale », s’est réjoui Leah Butler, vice-présidente de la Responsible Business Alliance (RBA),responsable du CAP. Les partenaires de mise en œuvre du CAP incluent notamment CSR Europe (Corporate Social Responsibility), IIED (International Institute for Environment and Development), FCA (Fair Cobalt Alliance), RMI (Responsible Minerals Initiative), l’UNICEF, l’Université de Genève/NYU Stern…

Global Battery Alliance

La Global Battery Alliance (GBA) est une plateforme de collaboration public-privé fondée en 2017 lors du Forum Economique Mondial pour aider à établir une chaîne de valeur durable pour les batteries d’ici 2030. Elle rassemble les principales entreprises de toute la chaîne de valeur des batteries, les organisations internationales, les ONG, les universitaires et de nombreux gouvernements pour s’aligner collectivement de manière pré concurrentielle et multipartite afin d’établir un changement systémique. Toutes ses activités, fait-on remarquer, suivent dix principes directeurs pour réaliser la vision 2030 de la GBA basée sur 3 piliers :

  •   Établir une chaîne de valeur de batterie circulaire qui est un moteur majeur pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris;
  • Sauvegarder les droits de l’homme et le développement socioéconomique conformément aux principes directeurs des Nations Unies.

 Olyncia MUHONG

Economie

Go-pass : escroquerie aéroportuaire ?

Créée en 2009 dans le but de permettre à la Régie de voies aériennes (RVA) de disposer des fonds pour le développement des infrastructures aéroportuaires, la redevance qu’est le Go-pass a été gérée dans la plus grande opacité. Environ 225 millions de dollars détournés des objectifs initiaux.

Published

on

Depuis son instauration, la taxe Go-pass a été un moyen de détournement de deniers publics mis en place, malgré les multiples dénonciations et appels à sa suppression.

C’est ce que démontre, chiffres à l’appui, le Groupe d’étude pour le Congo (GEC) dans son rapport rendu public le 5 mai 2021. D’après cette structure, sur les 225 millions de dollars générés, 37 millions ont été affectés à la construction du pavillon présidentiel à l’aéroport international de N’Djili et 6 millions investis dans la société Congo Airways à titre de participation au capital. En outre, une partie de la somme a été utilisée pour le paiement du personnel de la RVA. Cependant, la réalité de l’argent alloué aux infrastructures aéroportuaires est toute autre.

Une taxe dénoncée dès le départ mais…

Sans le Go-pass, pas d’embarquement ; 10 dollars pour toute personne prenant un vol national, 50 dollars pour tout vol international. Telle est l’exigence que tout voyageur doit remplir, observée depuis 12 ans. Pourtant, pendant toutes ces années, de personnalités et associations ont dénoncé la mauvaise gestion et le détournement de cet argent perçu, mais sans succès. D’après Clément Kanku, député national honoraire, une mission parlementaire avait été initiée au début de la législature 2011, malheureusement celle-ci n’avait jamais amené un rapport.

Le rapporteur de la chambre basse de l’époque, Ezadri Eguma, avait reconnu l’existence de ladite commission, laquelle aurait produit son rapport d’enquête, mais que lui n’avait jamais vu. La même année, le ministre congolais de la Justice et droits humains, Luzolo Bambi avait instruit le procureur général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete d’ouvrir une information judiciaire sur la gestion de l’argent perçu.

Pour sa part, l’Association africaine de défense des droits de l’homme (Asadho) avait en 2014 dénoncé l’opacité avec laquelle les fonds générés étaient gérés, mais rien n’avait changé. Une année après, soit en 2015, le Journal Le Potentiel titrera : « Gestion de la taxe IDEF : escroquerie institutionnalisée ». À son tour, le député national Claudel Lubaya qualifiera ladite taxe d’escroquerie à grande échelle. « La taxe de fonds de développement pour les infrastructures aéroportuaires appelé « Go-pass » est une escroquerie à grande échelle », avait-il indiqué en demandant sa suppression, en plus d’un audit de la RVA.

Financement de la BAD

Alors que la taxe Go-pass était régulièrement perçue, les travaux de l’aérogare de l’aéroport de N’Djili avaient été financés grâce à un prêt de la Banque africaine de développement (BAD). Selon Ernest Mpararo, Secrétaire exécutif de la Ligue congolaise de lutte contre la corruption (LICOCO) et point focal en RDC de l’ONG Transparency international, même là les travaux de construction du pavillon avaient été surfacturés. Albert Malukisa, professeur à l’Université catholique du Congo et chercheur au Groupe d’étude sur le Congo (GEC), estime que le DG n’est pas seul dans ce détournements, c’est toute une chaine de personnalités…

Or, une enquête réalisée en 2015 révèle que la cause de plusieurs crashs d’avions enregistrés en ce moment-là, était l’état des pistes d’atterrissage. Aucun aéroport de la RDC ne disposait de radar pour la surveillance du trafic, seuls quelques émetteurs permettant d’établir le contact entre les pilotes et les tours de contrôle au sol.

 En outre, les camions antiincendie de la RVA n’étaient visibles qu’à N’djili et à Lubumbashi, les quelques extincteurs qu’on trouve dans des aérogares étant inadaptés pour maitriser le feu des accidents d’avions.

Abdallah Bilenge derrière les barreaux

 La mauvaise gouvernance à la RVA ne concerne pas que le Go-pass. Abdallah Bilenge, son directeur général croupit depuis le 10 novembre 2020 à la prison centrale de Makala. Il est accusé de détournement de plus de 15 millions de dollars, fonds destinés à la paie des retraités de la RVA (Cotisations sociales des agents) .

 Hubert MWIPATAYI

Continue Reading

Economie

Les richesses de la RDC ne profitent pas aux congolais. Interview Albert YUMA Milimbi PCA GECAMINES sur FRANCE24.

Published

on

Dans une interview accordée à Alain Foka, journaliste de RFI, le Président de la Fédération des Entreprises du Congo explique le paradoxe de la RD Congo , pays au sol et sous-sol riche, mais ayant une population la plus pauvre de la planète qui vit en deçà de 1$ le jour.

A en croire , le Président du Conseil d’Administration de la Générale des Mines et Carrières ( Gécamines), les richesses minières de la RDC appartiennent majoritairement aux firmes étrangères.

Continue Reading

Economie

Budget 2021 : moins ambitieux, plus réaliste

La loi de finances 2021 de la RDC est évaluée à 6,9 milliards de dollars à cause du réalisme conseillé au gouvernement congolais par le Fonds monétaire international (FMI). Si ce pragmatisme ne l’avait emporté sur l’ambition, ce serait encore de la routine.

Published

on

P our l’exercice 2021, le budget voté au p a r l e m e n t et promulgué le 31 décembre par le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, est de 6,9 milliards de dollars, équilibré en recettes et en dépenses à plus de 14 000 milliards de francs congolais. Connaissant une régression de 23,2 %, par rapport au budget rectificatif voté pour 2020 s’élevant à 5,7 milliards, la loi de finances de l’exercice 2021 est en hausse de 20 %. L’Assemblée nationale l’avait revu à la hausse à 7,1 milliards de dollars, mais au finish ce sont les 6,9 milliards de dollars proposés par le gouvernement qui ont été retenus.

Un budget aux caractéristiques particulières

La particularité du budget de l’exercice en cours réside dans le fait qu’il a été élaboré dans un contexte international dominé par la pandémie à Covid-19, avec la collaboration du Fonds monétaire international (FMI), qui a exigé un budget permettant à la RDC d’être en programme avec lui. Ce réalisme, voulu par cette institution de Bretton-Woods, est dû à la situation de fragilité économique causé par le coronavirus et à la mobilisation des recettes internes qui doit être boostée.

« Pour l’exercice 2021, le gouvernement entend accélérer la lutte contre la corruption, les détournements des deniers publics tout en promouvant la culture fiscale en vue de renflouer les caisses de l’Etat et financer les politiques publiques » 

D’ailleurs, l’autre spécificité du budget 2021 est qu’il est placé sous le signe de la lutte contre la corruption. « Pour l’exercice 2021, le gouvernement entend accélérer la lutte contre la corruption, les détournements des deniers publics tout en promouvant la culture fiscale en vue de renflouer les caisses de l’Etat et financer les politiques publiques », avait déclaré le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba au sujet de ladite loi de finances.

Des appuis budgétaires extérieurs

Dans le cadre du même budget, le gouvernement attend de ses partenaires extérieurs des financements de l’ordre de 1,9 milliard de dollars dont 615, 238 millions de dollars d’appuis budgétaires et 1,285 milliard de dollars de financement, ce qui fait 27 % du budget national chiffré à 6,9 milliards de dollars. Concernant les appuis budgétaires attendus, ceux-ci viennent particulièrement de la Banque mondiale (157,5 millions de dollars) au titre d’emprunt programme, ainsi que 357, 6 millions de dollars de dons budgétaires. Quant à la Banque africaine de développement, elle y contribue à hauteur de 100 millions de dollars, comme dons budgétaires.

Parmi les secteurs sur lesquels l’accent est mis cette fois-ci dans l’application du budget, figurent le social, les investissements et la sécurité. Pour la société civile congolaise, il s’agit d’un budget essentiellement de consommation au regard de l’importante part allouée à la rémunération qui est de 42 % du budget général. Toutefois, on y retrouve une rubrique de 45 millions de dollars réservés à l’organisation des élections de 2023.

 HM

Continue Reading

NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

Trending

WeCreativez WhatsApp Support
Notre rédaction est là pour répondre à toutes vos préoccupations. N'hésitez pas !
👋Bonjour, comment puis-je vous aider ?
error: Attention: Le contenu est protégé !