Nous rejoindre

Economie

Eustache MUHANZI MUBEMBE: relève le défi de la libéralisation du secteur de l’électricité.

La vocation de la République Démocratique du Congo est d’être une puissance énergétique mondiale. Le chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi pour qui l’exercice du mandat de président de l’Union africaine a commencé le 6 février 2021 et dont la construction du barrage d’Inga est considérée comme un vecteur d’intégration régionale, d’industrialisation et de renaissance africaine, connait très bien l’importance du secteur des Ressources hydrauliques et Electricité. Eustache Muhanzi Mubembe à qui ce portefeuille a été confié au sein du gouvernement Ilunkamba se voit confier la direction du secteur vital de l’eau et de l’électricité de ce grand pays, domaine considéré comme prioritaire en République Démocratique du Congo.

Published

on

Des actions concrètes !

Quand il accède au ministère des Ressources Hydrauliques et Électricité, deux textes de lois le frappe tout de suite, à savoir la Loi n° 14/011 du 17 juin 2014 relative au secteur de l’électricité, ainsi que la loi n° 15/026 du 31 décembre 2015 relative au secteur de l’eau.

En juriste averti Monsieur Muhanzi se dit qu’il y a là un levier pour changer profondément et définitivement le paysage de la desserte en eau et en électricité en berne depuis que l’État ne s’est plus doté de nouvelles usines de production d’eau et d’électricité faute de volonté politique certes, mais aussi faute de moyens financiers suffisants. En mettant en œuvre ces deux lois, l’État créera une saine concurrence entre investisseurs, car plutôt que de continuer à consolider des monopoles qui ont clairement démontré leurs limites, ces lois ouvrent, par la libéralisation des deux secteurs, les portes à la concurrence et à l’arbitrage conséquent.

Une vision vient de naitre : il faudra redonner vie à ces lois vitales qui croupissent dans les tiroirs depuis respectivement sept et six ans bientôt. Mais il faudra également tenir par l’autre main, le volet de la maintenance de l’existant sans quoi les réformes portées par ces deux lois précitées risquent de ne devenir que des espérances sans soubassement.

Cap sur la libéralisation

Aussitôt en fonction, le ministre d’État attaque le chantier des mesures de libéralisation du secteur de l’électricité, ces réformes étant devenues l’aune à laquelle les partenaires et les opérateurs internationaux et locaux évaluent désormais la volonté politique nationale. Le 17 juillet 2020, le Président de la République nommera les membres du Conseil d’Administration et de la Direction Générale de l’Autorité de Régulation du secteur de l’Électricité et de l’Agence Nationale de l’Électricité et des Services Énergétiques en milieux Rural et Péri-urbains, ANSER. L’ANSER est chargée de la promotion, du financement et de la mise en œuvre de la politique générale gouvernementale pour   l’électrification des milieux rural et périurbain. Quant à l’ARE, elle a pour mission d’organiser et de promouvoir la compétitivité et la participation du secteur privé en matière de production, de transport, de distribution, d’importation, d’exportation et de commercialisation de l’énergie électrique.

Pour une première dans notre histoire nationale un service allait se charger enfin de l’électrification des environs de nos villes, mais surtout de nos villages qui ont été les parents pauvres de notre réseau national d’électrification.

Fonds Mwinda

 Au-delà de l’installation des mandataires, dans la continuité de réussir le pari de sa vision, le ministre Muhanzi s’est montré très inventif et imaginatif, en mettant en place un mécanisme de collecte des moyens financiers en vue de permettre à l’ANSER de faire accéder à plusieurs millions de Congolais à une énergie électrique à un prix abordable. D’où la création du Fonds Mwinda, lancé le 29 janvier 2021, en présence du chef de l’Etat qui a contribué au basket fund, pour le compte de la République à hauteur de 10 milliards de franc congolais.

11 Août 2020, Hôtel Rotana, cérémonie de prise
de fonction mandataires ARE et ANSER


Ainsi le signal aura été donné à tous les bailleurs encore timorés que les choses sérieuses ont enfin commencé. Prévu pour atteindre 500 millions de dollars américains, ce fonds permettra de fournir de l’énergie électrique propre à 15 millions de Congolais d’ici 2025. Afin de bien gérer le fonds Mwinda, l’option est de procéder au recrutement d’un véritable « Found Manager » selon les standards internationaux les plus élevés. « Bien plus, pour éviter tout dérapage, il nous faudra séparer radicalement l’entité de gestion technique de ce fonds de l’entité politique de manière que seule la raison droite et la priorité véridique aient le dernier mot en toute décision d’affectation », suggère le ministre d’Etat.

29 janv. 2021, Hôtel Béatrice, lancement du Fonds Mwinda
par S.E.M le Président de la République 

Désormais les investisseurs se bousculent au portillon et vont nous aider à transformer concrètement en énergie les milliers de chutes que compte notre pays, ses potentiels gaziers, solaires, éoliens, … La Province du Nord Kivu vit déjà positivement cette concurrence avec les 4 sociétés d’électrification qui y opèrent. Il en est de même de certaines provinces du sud-est de notre pays. L’expérience s’étendra sans nul doute à en juger les sollicitations.

Qu’en est-il du secteur de l’eau? Là également les mesures d’application sont passées par les Commissions gouvernementales qui les ont avalisées et ensuite au conseil des ministres. Les trois décrets créant les services spécialisés du secteur sont sur la table du Premier Ministre tant et si bien qu’on peut être sûr que leur signature interviendra très bientôt. Voilà pour la grande vision de libéralisation dont les contours se dessinent plutôt clairement.

Défi relevé…

Eustache Muhanzi a su démontrer qu’il est la personne indiquée avec laquelle la RDC peut relever le défi de l’amélioration de la desserte en électricité, en phase avec les Objectifs de Développement Durable (ODD) à l’horizon 2030.

Il a notamment œuvré pour la diversification des sources d’énergie avec l’exploitation des centrales solaires et thermiques aux côtés des centrales hydrauliques ; la cohabitation de plusieurs opérateurs, public et privé, engagés tant dans la production, le transport, la distribution et la commercialisation.

La RDC est membre de l’Agence Solaire Internationale (ASI), une organisation visant la promotion des énergies renouvelables, particulièrement en Afrique et en Asie.

Hormis la centrale photovoltaïque ayant été construite à Manono, il est prévu dans les jours à venir l’érection de six autres centrales solaires dans différents coins de la République : Mbandaka, Karawa, Lusambo, Kananga, Kolwezi et Tshilenge.

03 Sept. 2020, Busanga (Lualaba), visite de la centrale hydroélectrique de Busanga avec le Gouverneur de Lualaba et le Directeur Général SNEL


Le ministre d’Etat dans son cabinet et ses collaborateurs 15 eme étage Regideso
10 mars 2020, Hôtel Fleuve Congo,
clôture de l’atelier avec la BAD sur développement d’INGA3
30 sept. 2020, Hôtel Fleuve Congo, cérémonie de présentation Logo ANSER

Hubert MWIPATAYI

Economie

Go-pass : escroquerie aéroportuaire ?

Créée en 2009 dans le but de permettre à la Régie de voies aériennes (RVA) de disposer des fonds pour le développement des infrastructures aéroportuaires, la redevance qu’est le Go-pass a été gérée dans la plus grande opacité. Environ 225 millions de dollars détournés des objectifs initiaux.

Published

on

Depuis son instauration, la taxe Go-pass a été un moyen de détournement de deniers publics mis en place, malgré les multiples dénonciations et appels à sa suppression.

C’est ce que démontre, chiffres à l’appui, le Groupe d’étude pour le Congo (GEC) dans son rapport rendu public le 5 mai 2021. D’après cette structure, sur les 225 millions de dollars générés, 37 millions ont été affectés à la construction du pavillon présidentiel à l’aéroport international de N’Djili et 6 millions investis dans la société Congo Airways à titre de participation au capital. En outre, une partie de la somme a été utilisée pour le paiement du personnel de la RVA. Cependant, la réalité de l’argent alloué aux infrastructures aéroportuaires est toute autre.

Une taxe dénoncée dès le départ mais…

Sans le Go-pass, pas d’embarquement ; 10 dollars pour toute personne prenant un vol national, 50 dollars pour tout vol international. Telle est l’exigence que tout voyageur doit remplir, observée depuis 12 ans. Pourtant, pendant toutes ces années, de personnalités et associations ont dénoncé la mauvaise gestion et le détournement de cet argent perçu, mais sans succès. D’après Clément Kanku, député national honoraire, une mission parlementaire avait été initiée au début de la législature 2011, malheureusement celle-ci n’avait jamais amené un rapport.

Le rapporteur de la chambre basse de l’époque, Ezadri Eguma, avait reconnu l’existence de ladite commission, laquelle aurait produit son rapport d’enquête, mais que lui n’avait jamais vu. La même année, le ministre congolais de la Justice et droits humains, Luzolo Bambi avait instruit le procureur général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete d’ouvrir une information judiciaire sur la gestion de l’argent perçu.

Pour sa part, l’Association africaine de défense des droits de l’homme (Asadho) avait en 2014 dénoncé l’opacité avec laquelle les fonds générés étaient gérés, mais rien n’avait changé. Une année après, soit en 2015, le Journal Le Potentiel titrera : « Gestion de la taxe IDEF : escroquerie institutionnalisée ». À son tour, le député national Claudel Lubaya qualifiera ladite taxe d’escroquerie à grande échelle. « La taxe de fonds de développement pour les infrastructures aéroportuaires appelé « Go-pass » est une escroquerie à grande échelle », avait-il indiqué en demandant sa suppression, en plus d’un audit de la RVA.

Financement de la BAD

Alors que la taxe Go-pass était régulièrement perçue, les travaux de l’aérogare de l’aéroport de N’Djili avaient été financés grâce à un prêt de la Banque africaine de développement (BAD). Selon Ernest Mpararo, Secrétaire exécutif de la Ligue congolaise de lutte contre la corruption (LICOCO) et point focal en RDC de l’ONG Transparency international, même là les travaux de construction du pavillon avaient été surfacturés. Albert Malukisa, professeur à l’Université catholique du Congo et chercheur au Groupe d’étude sur le Congo (GEC), estime que le DG n’est pas seul dans ce détournements, c’est toute une chaine de personnalités…

Or, une enquête réalisée en 2015 révèle que la cause de plusieurs crashs d’avions enregistrés en ce moment-là, était l’état des pistes d’atterrissage. Aucun aéroport de la RDC ne disposait de radar pour la surveillance du trafic, seuls quelques émetteurs permettant d’établir le contact entre les pilotes et les tours de contrôle au sol.

 En outre, les camions antiincendie de la RVA n’étaient visibles qu’à N’djili et à Lubumbashi, les quelques extincteurs qu’on trouve dans des aérogares étant inadaptés pour maitriser le feu des accidents d’avions.

Abdallah Bilenge derrière les barreaux

 La mauvaise gouvernance à la RVA ne concerne pas que le Go-pass. Abdallah Bilenge, son directeur général croupit depuis le 10 novembre 2020 à la prison centrale de Makala. Il est accusé de détournement de plus de 15 millions de dollars, fonds destinés à la paie des retraités de la RVA (Cotisations sociales des agents) .

 Hubert MWIPATAYI

Continue Reading

Economie

Les richesses de la RDC ne profitent pas aux congolais. Interview Albert YUMA Milimbi PCA GECAMINES sur FRANCE24.

Published

on

Dans une interview accordée à Alain Foka, journaliste de RFI, le Président de la Fédération des Entreprises du Congo explique le paradoxe de la RD Congo , pays au sol et sous-sol riche, mais ayant une population la plus pauvre de la planète qui vit en deçà de 1$ le jour.

A en croire , le Président du Conseil d’Administration de la Générale des Mines et Carrières ( Gécamines), les richesses minières de la RDC appartiennent majoritairement aux firmes étrangères.

Continue Reading

Economie

Budget 2021 : moins ambitieux, plus réaliste

La loi de finances 2021 de la RDC est évaluée à 6,9 milliards de dollars à cause du réalisme conseillé au gouvernement congolais par le Fonds monétaire international (FMI). Si ce pragmatisme ne l’avait emporté sur l’ambition, ce serait encore de la routine.

Published

on

P our l’exercice 2021, le budget voté au p a r l e m e n t et promulgué le 31 décembre par le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, est de 6,9 milliards de dollars, équilibré en recettes et en dépenses à plus de 14 000 milliards de francs congolais. Connaissant une régression de 23,2 %, par rapport au budget rectificatif voté pour 2020 s’élevant à 5,7 milliards, la loi de finances de l’exercice 2021 est en hausse de 20 %. L’Assemblée nationale l’avait revu à la hausse à 7,1 milliards de dollars, mais au finish ce sont les 6,9 milliards de dollars proposés par le gouvernement qui ont été retenus.

Un budget aux caractéristiques particulières

La particularité du budget de l’exercice en cours réside dans le fait qu’il a été élaboré dans un contexte international dominé par la pandémie à Covid-19, avec la collaboration du Fonds monétaire international (FMI), qui a exigé un budget permettant à la RDC d’être en programme avec lui. Ce réalisme, voulu par cette institution de Bretton-Woods, est dû à la situation de fragilité économique causé par le coronavirus et à la mobilisation des recettes internes qui doit être boostée.

« Pour l’exercice 2021, le gouvernement entend accélérer la lutte contre la corruption, les détournements des deniers publics tout en promouvant la culture fiscale en vue de renflouer les caisses de l’Etat et financer les politiques publiques » 

D’ailleurs, l’autre spécificité du budget 2021 est qu’il est placé sous le signe de la lutte contre la corruption. « Pour l’exercice 2021, le gouvernement entend accélérer la lutte contre la corruption, les détournements des deniers publics tout en promouvant la culture fiscale en vue de renflouer les caisses de l’Etat et financer les politiques publiques », avait déclaré le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba au sujet de ladite loi de finances.

Des appuis budgétaires extérieurs

Dans le cadre du même budget, le gouvernement attend de ses partenaires extérieurs des financements de l’ordre de 1,9 milliard de dollars dont 615, 238 millions de dollars d’appuis budgétaires et 1,285 milliard de dollars de financement, ce qui fait 27 % du budget national chiffré à 6,9 milliards de dollars. Concernant les appuis budgétaires attendus, ceux-ci viennent particulièrement de la Banque mondiale (157,5 millions de dollars) au titre d’emprunt programme, ainsi que 357, 6 millions de dollars de dons budgétaires. Quant à la Banque africaine de développement, elle y contribue à hauteur de 100 millions de dollars, comme dons budgétaires.

Parmi les secteurs sur lesquels l’accent est mis cette fois-ci dans l’application du budget, figurent le social, les investissements et la sécurité. Pour la société civile congolaise, il s’agit d’un budget essentiellement de consommation au regard de l’importante part allouée à la rémunération qui est de 42 % du budget général. Toutefois, on y retrouve une rubrique de 45 millions de dollars réservés à l’organisation des élections de 2023.

 HM

Continue Reading

NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

Trending

WeCreativez WhatsApp Support
Notre rédaction est là pour répondre à toutes vos préoccupations. N'hésitez pas !
👋Bonjour, comment puis-je vous aider ?
error: Attention: Le contenu est protégé !