Nous rejoindre

International

Qatar – 2022: rêve brisé

Les Léopards séniors n’ont pas concrétisé l’ambition de faire meilleure figure en match aller contre les Lions de l’Atlas, le vendredi 25 mars dernier au stade des Martyrs : (1-1). Du pur saupoudrage, parce que la sélection nationale a vu son destin sombrer le mardi 29 mars 2022 au stade Mohamed V, à Casablanca, laissant filer les Marocains en phase finale du Mondial 2022 qui sera organisé au Qatar. Avec un score sans appel de 1 contre 4, la RDC va encore poursuivre sa traversée du désert depuis son unique participation à la Coupe du monde en 1974.

Published

on

Il n’y aura pas de Léopards au Qatar 2022. La dernière et l’unique fois que l’on a vu les Fauves en phase finale de la Coupe du monde, c’était il y a bien longtemps et, après s’être qualifié pour les barrages, on préférerait oublier la débâcle. Depuis la qualification du Zaïre à cette phase finale organisée par l’Allemagne en 1974, la situation n’a cessé d’aller de mal en pis. Incapable de se défendre dignement, l’équipe nationale ne se qualifie désormais même plus pour le raout planétaire. Le rêve est brisé pour les Léopards séniors privés de la phase finale de la Coupe du Monde prévue du 21 novembre au 18 décembre 2022 au Qatar. La détermination des Léopards contre les Lions de l’Atlas n’aura pas suffi face à une succession d’erreurs techniques. Quelques heures après l’élimination de la République Démocratique du Congo en barrages qualificatifs pour la prochaine Coupe du Monde, l’attaquant de l’OM a craché du feu sur l’organisation du football au pays.

Titularisé sur les deux rencontres, Cédric Bakambu a surtout participé impuissamment au naufrage de sa sélection à Casablanca. Pour lui, ce résultat est la conséquence logique de toute la désorganisation qui règne dans le foot congolais. “On n’a pas de centre d’entraînement, sur les 10 dernières équipes, on est la seule à ne pas avoir un stade homologué, on n’a pas de siège dans le stade, on n’a pas de toilette dans le stade (…) On a une équipe à moitié de merde, on a une fédération qui ne pèse pas”, a lâché le joueur dans un échange avec l’un de ses proches.

Dans ce passage d’espoir à rien du tout où les Congolais ont vécu un cauchemar après le match décisif impitoyable, les fans sont du coup, passés d’une joie quasi-totale à une déception frustrante. Après cette humiliation inoubliable, l’heure est donnée pour dresser le triste bilan, sans laisser les officiels de se servir seuls de cet échec pour remonter la pente. Si bien qu’il apparaît insupportable d’avaler la couleuvre, il apert que l’acceptation des revers peut en toute évidence constituer le meilleur chemin pour continuer d’évoluer sportivement. Question de saisir le temps de réfléchir et de bien comprendre. La seule chose à faire sera de relever la tête et de travailler pour l’avenir.

Le sélectionneur en question…

Depuis janvier 2018, l’équipe nationale de la RDC est en chute libre et affiche une insuffisance de résultats remarquables. Les Léopards n’ont remporté que 4 de leurs 24 dernières rencontres toutes compétitions confondues. Alors que Christian Nsengi ne devrait pas être reconduit, il s’était avéré donc urgent de reconstruire l’équipe tout en repartant sur de nouvelles bases. Pour y arriver, les Léopards devaient dans un premier temps se trouver un nouveau sélectionneur. Plusieurs voix se sont levées dans le milieu sportif congolais concernant le profil idéal de celui qui prendrait les rênes de l’équipe nationale congolaise.

Face à un environnement ruiné par des personnalités qui tentent souvent d’influencer les sélectionneurs en leur imposant des joueurs, la RDC aura besoin d’un coach qui saura résister à ces pratiques malveillantes qui tuent le football congolais depuis plusieurs années. Cet entraîneur devra démontrer tout son caractère afin de faire respecter ses choix.

Dans ce cadre, la discipline et l’ambition sont des qualités dont doit disposer un entraîneur de haut niveau. Il possède une force, un courage, une discipline et une ambition, voire une obsession, qui l’aident à atteindre les sommets. Tel entraineur est capable, entre autres, de transmettre sa volonté de victoire à ses joueurs, de choisir les stratégies appropriées et de prendre les bonnes décisions au moment crucial.

Raymond Okeseleke

Economie

L’affiliation avec des paris sur le site 1xBet est une véritable source de revenus

Published

on

Une coopération avec un bookmaker fiable signifie qu’on peut gagner de l’argent non seulement en pariant sur le sport. Il est désormais également possible de générer des revenus en promouvant les activités de la société. L’affiliation paris sur le site 1xBetaffiliates.net/fr/ vous attend. Dans un premier temps, il faudra effectuer une simple inscription, et si la réponse des représentants de l’agence sera positive, alors vous pourrez commencer à populariser les activités de la marque.

Vous devez promouvoir les services du bookmaker en utilisant tous les canaux de communication possibles avec les utilisateurs :

  • des groupes et pages sur les médias sociaux ;
  • des sites propres (sites uniques et réseaux de satellites) ;
  • des forums ;
  • des newsletters par mail ;
  • des chats de toutes sortes.

Le bookmaker vous fournira tout le matériel nécessaire à la publication. Les informations sont disponibles dans plus de 60 langues et sont constamment mises à jour. Un lien spécial doit être inséré dans la publication. Si les utilisateurs cliquent dessus et s’inscrivent, le bookmaker en tiendra compte dans le calcul de votre commission. Celle-ci est versée une fois par semaine. Le montant de la commission peut varier, il est donc important d’encourager les abonnés à parier régulièrement.

Commencez à gagner avec le programme d’affiliation 1xBet aujourd’hui

La coopération avec le bookmaker éprouvé a des avantages. Le programme est mis en œuvre le mieux possible, le partenaire n’a qu’à faire connaître la marque, ce qui génère des revenus. Voici quelques-uns des avantages de l’affiliation avec des paris sur le site de la société 1xBet :

  1. Statistiques détaillées. La progression actuelle de l’attraction des clients, les fonds reçus, l’activité de renvoi – tout cela est rassemblé dans un espace personnel.
  2. Assistance personnelle. Chaque partenaire dispose d’un spécialiste individuel qui l’aide à résoudre les difficultés techniques et lui fournit même des consultations de marketing.
  3. Automatisation de tous les paiements. 160 méthodes différentes peuvent être utilisées pour effectuer des transactions. Parmi cette variété, il n’est pas difficile de choisir les bons. Les cartes bancaires et les portefeuilles électroniques sont également disponibles.

Tout ce dont vous avez besoin pour une publicité de qualité est fourni par l’agence de bookmaker. Vous ne devez pas penser à créer votre propre contenu – il suffit de prendre le matériel et de le publier. Avec un minimum de travail, le parrain obtient un profit maximal – ce sont des conditions idéales sur le marché des paris sportifs.

Parlez à vos abonnés de la société et des avantages de jouer avec elle, et le bookmaker ne manquera pas de vous récompenser généreusement.

Continue Reading

International

EXPO 2020 DUBAI: Félix Tshisekedi déterminé à séduire les investisseurs

Accroître les possibilités d’investissement qui ont déjà dépassé 1 milliard de dollars entre les Emirats Arabes Unis et la République démocratique du Congo, tel est l’objectif pour lequel Félix Tshisekedi, à la tête d’une forte délégation composée de plusieurs Ministres, a participé à l’Expo Dubaï 2020.

Published

on

P ays en quête permanente d’investissements, la République démocratique du Congo était valablement représentée à Dubaï, aux Emirats Arabes Unis, à la grande vitrine mondiale qu’est l’Expo Dubaï 2020. L’invitation ayant été lancée aux opérateurs économiques, pour qu’ils viennent explorer les opportunités de différents secteurs du pays, la signature de plusieurs accords est attendue après   cette «foire». C’est le président Félix Tshisekedi en personne qui a ouvert la journée réservée à la RDC à l’Expo Dubaï 2020, le 22 mars 2022. Le chef de l’Etat congolais a, dans son discours, vanté la destination RDC pour ses atouts miniers, forestiers et pour sa culture, invitant les investisseurs, opérateurs économiques et autres visiteurs à explorer les opportunités qu’offre la RDC. En outre, Félix Tshisekedi a parlé des efforts qu’il ne cesse de déployer dans le cadre de lutte la contre la corruption et la protection des investissements.

 En effet, dans la capitale du pays touristique par excellence qu’est Dubaï, les officiels congolais n’ont pas voulu rater l’occasion de mener la guerre de la communication et de l’image, leur offerte afin de redorer l’image de leur pays et de rayonner ses opportunités d’affaires. Surtout comme la RDC est présentée ailleurs comme un pays où baigne permanemment l’insécurité.

Vendre positivement le Congo

Afin d’inciter les investisseurs à venir au Congo, plusieurs sont les Ministres du gouvernement Sama Lukonde qui y ont participé. Le Ministre du Tourisme, Modero Nsimba s’y était rendu pour présenter les opportunités d’investissement touristiques qu’offre le Congo. Pays riche en éco-tourisme, la RDC a présenté, dans la capitale des Emirats Arabes Unis, les merveilles qu’elle recèle dans le domaine du tourisme. Entre autres, elle a présenté ses 9 parcs nationaux, sa littorale vierge de 37 kilomètres, situé le long de la côte atlantique, son fleuve de plus de 4700 km, que l’on peut considérer comme un corridor économique touristique… Le Ministre du Tourisme en a profité pour vulgariser le visa touristique, grâce auquel les expatriés peuvent facilement venir au Congo-la RDC a besoin de réformer le système de son visa, dont la procédure est longue.

Pour sa part, le Ministre congolais des Hydrocarbures, Didier Budimbu, a dévoilé à l’intention du public d’investisseurs les opportunités d’affaires de son secteur. Les Emirats Arabes Unis en général et Dubaï en particulier ayant été construits grâce au pétrole, il dit y avoir été afin de lancer des appels d’offres. Pays très reconnu mondialement dans le domaine des hydrocarbures, les Emirats Arabes Unis ont  une large expérience à partager avec le Congo-Kinshasa. La Fédération tire chaque année de ses ressources en pétrole et en gaz 14,15 milliards de dollars.

D’après le Ministre Budimbu, à ce jour le pétrole de la RDC n’est exploité qu’à 4,5%. Les 95,5 % non exploités ont besoin des investisseurs. Ainsi, l’objectif pour lequel il était à Dubaï était de trouver ceux du secteur des hydrocarbures qui ont plus de moyens et d’expérience que la RDC.

Le Congo a besoin de lancer des appels d’offres pour ses 16 blocs pétroliers dont nombreux, de plusieurs milliards de barils, nécessitent de milliards de dollars. « Du côté ouest, il y a trois blocs pétroliers non exploités, d’une valeur de 66 milliards de barils. Ça demande beaucoup d’argent, surtout comme, sur un bloc on peut faire plusieurs points d’extraction. Pour faire un point d’extraction il faut entre 100 et 150 millions de dollars », explique-t-il.

Partenariat RDC-Emirats Arabes Unis

La RDC développe, depuis maintenant de mois, des partenariats dans plusieurs domaines avec les Emirats Arabes Unis, notamment économique. Plus de 600 millions de dollars sont investis dans la construction du port en eau profonde à Banana. Lors du séjour du président Félix Tshisekedi en octobre 2021 à Dubaï, 7 accords avaient été signés en rapport avec plusieurs secteurs économiques.

Dans le cadre de la coopération bilatérale, la RDC et les Emirats Arabes Unis ont signé un partenariat pour la lutte contre les crimes et le terrorisme, en août 2022. A ce sujet, le chef de l’Etat congolais avait reçu, à Kinshasa, le Major général Ahmed Naser Al Raisi, Inspecteur général du ministère de l’Intérieur des Emirats Arabes Unis. Les deux pays s’étaient convenus de collaborer dans les domaines de la formation, d’échange d’informations et de tout mettre en œuvre pour moderniser l’académie de police en RDC.

Hubert MWIPATAYI

Continue Reading

International

SPORT RDC-MAROC : quels enseignements à tirer avant la double confrontation de barrage ?

Contrairement à l’Europe, la zone Afrique ne peut pas envoyer des équipes directement à la Coupe du monde. Toutes les nations devront passer un 3e tour sous forme d’un match de barrage. Le tirage au sort complet des confrontations pour la qualification à la Coupe du monde 2022 de la zone Afrique s’est déroulé le samedi 22 janvier au Douala au Cameroun. A l’affiche, il y aura la RDC et le Maroc, une rencontre attendue à quitte ou double pour chacune des deux nations qui n’ont qu’un seul objectif en tête : se qualifier après la double confrontation qui promet de se jouer sous un format aller-retour.

Published

on

Les Léopards se rapprochent du rendez-vous décisif pour espérer retourner sur l’échiquier international, 48 ans après leur dernière participation à la Coupe du monde en 1974 en Allemagne. La dernière confrontation entre la RDC et le Maroc remonte en 2020 lors d’une rencontre amicale. Les deux prétendants à la phase finale de la Coupe du monde/Qatar 2022 s’étaient neutralisés sur la marque de score de 1-1.

Qu’à cela ne tienne, le commun des mortels, côté Congolais, reconnait à l’unanimité que l’ultime obstacle pour la qualification historique des Léopards football seniors messieurs à la Coupe du Monde Qatar 2022 s’appelle les Lions de l’Atlas du Maroc. Tout comme les Lions qui visent un deuxième mondial consécutif, les Léopards sont à la recherche de leur deuxième participation à la Coupe du monde après celle de 1974.

En quatorze confrontations, toutes compétitions confondues, les deux pays se sont séparés sept fois par un match nul. Un léger avantage côté marocain avec 4 victoires et trois pour les Congolais. La dernière victoire des fauves congolais sur les Lions de l’Atlas remonte à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2017 organisée en Guinée Équatoriale.

La RDC et le Maroc se sont affrontés quatre fois à la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations. Les Lions d’Atlas ont un léger avantage avec une victoire et trois matches nuls entre les deux pays. En 1992, Congolais et Marocains étaient logés dans le groupe B. Ils s’étaient séparés dos à dos (1-1). Quatre ans plus tôt, les deux pays s’étaient retrouvés dans le groupe A. Le même score d’un but partout avait encore départagé les deux adversaires. Le même score a été enregistré en 1972.

L’unique victoire du Maroc face à la RDC remonte à 1976. 1-0 était le score à l’issue de la rencontre entre Lions et Léopards. Outre la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations, la RDC et le Maroc se sont aussi retrouvés dans le cadre des éliminatoires de cette même compétition en 1985. Au match aller joué au mois d’août, le Maroc a eu raison de la RDC par un but à zéro avant d’arracher un match nul de 0-0 le 8 septembre au match retour.

La RDC et le Maroc se sont aussi rencontrés dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde. Le 27 août 1989, pour le compte du groupe D, le Maroc et la RDC s’étaient séparés sur le score d’un but partout. En juin de la même année, les deux nations s’étaient quittées par le même résultat. En 1973, le Maroc perdait par deux buts à zéro sur son sol. Deux semaines plus tôt, il avait aussi perdu par 3-0.

Victoire impérative à domicile

De l’avis des amoureux du ballon rond, les Congolais sont tenus absolument de remporter ce match aller à la maison pour se mettre dans de bonnes dispositions avant le match retour.  Le technicien argentin Raoul Hector Cuper, sélectionneur de la RDC, pourra ainsi compter sur ses cadres évoluant en Europe comme Cédric Bakambu, Chancel Mbemba, Marcel Tisserand, tant d’autres ou encore sur Dieumerci  Mbokani qui évolue au Koweït en Asie afin d’accomplir cette mission.

Des Congolais performent en clubs à l’étranger à quelques jours du match crucial des barrages pour la Coupe du monde (CDM) Qatar 2022, à l’instar de Jackson Muleka qui émerveille à Kasimpasa, en Turquie, de Théo Bongonda en Genk, en Belgique…

A quelques semaines du match aller au stade des Martyrs de Kinshasa, l’effervescence monte au sein de l’opinion sportive. Les regards sont rivés sur la prestation des internationaux congolais en Europe et à travers le monde, leurs performances, afin de se faire une idée sur la forme des joueurs que le sélectionneur Hector Cuper retiendra pour la double rencontre entre les deux pays. Et la semaine dernière, plusieurs d’entre eux ont émergé du lot dans leurs clubs respectifs.

C’est le cas du jeune attaquant Jackson Muleka, prêté par Standard de Liège, en Belgique, au club turc de Kasimpasa. En quatre sorties, la pépite formée à la Katumbi Académie de Lubumbashi et ancien meilleur buteur de la Ligue des champions d’Afrique avec le Tout Puissant Mazembe a déjà inscrit quatre buts en quatre apparitions dont une seule titularisation.

Aussi a-t-il été l’artisan de la victoire à l’arrachée de son club face à Goztepe par trois buts à deux. Jackson Muleka a signé un doublé. Pour sa part, le néo-international Théo Bongonga a été buteur lors du match nul de deux buts partout entre son club, Genk, et le Cercle de Bruges. Tout de suite après le match, il a pris son avion pour Kinshasa, afin de récupérer son passeport de service, étant de fait éligible pour les matches du 25 et 29 mars.

Raymond Okeseleke

Continue Reading

NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

Trending

You cannot copy content of this page
WeCreativez WhatsApp Support
Notre rédaction est là pour répondre à toutes vos préoccupations. N'hésitez pas !
👋Bonjour, comment puis-je vous aider ?