Nous rejoindre

Economie

Rubens MIKINDO MUHIMA veut faire de la RDC un géant des Hydrocarbures

Je ne cesse de dire que les hydrocarbures seuls peuvent révolutionner notre économie. Car les hydrocarbures sont pour l’économie d’un pays ce que le sang est pour le corps humain.

Published

on

Scandale géologique, ou plutôt richissime bénédiction géologique pour Rubens Mikindo qui évite cette expression teintée de noir, est cette expression mondialement reconnue pour qualifier la grande diversité et les grandes quantités des substances que regorge la République Démocratique du Congo, cet immense pays aux superficies continentales (2 345 410 Km2), le deuxième en Afrique dont la faune et la flore, sont l’une des plus luxuriantes et dont le réseau hydrographique est l’un des plus denses. A ce jour, parler des richesses de la RDC, c’est évoquer sans tergiverser le cobalt don ce pays est le premier producteur, le cuivre, le coltan, etc., substances minérales qui font la pluie et les beaux temps de ce géant africain depuis l’époque coloniale. Il ya bien sûr aussi l’uranium, notamment celui de la localité de Nshikolobwe dans le Haut-Katanga rapporté par certaines sources comme ayant été utilisé pour la bien triste fabrication de la bombe atomique de la deuxième guerre mondiale.
D’une époque à une autre, d’un régime politique à un autre, les personnes qui s’occupent de la gestion quotidienne de la chose publique n’ont pas encore réussi à diversifier l’économie congolaise restée jusqu’à présent extravertie et unijambiste suite à sa dépendance à l’exportation des produits miniers.

« Savoir mener une lutte politique, continuer une lutte pour laquelle Etienne Tshisekedi a balisé le chemin afin d’asseoir un Etat de droit et de démocratie. Quelle que soit la démarche à suivre, nous allons suivre ses pas et nous allons suivre cette voie fidèlement »

RUBENS MIKINDO

Le Ministre Rubens Mikindo en lunette aux côtés de son directeur de cabinet

Il existe pourtant une richesse que la RDC tendance à négliger dans le secteur énergétique, pouvant être le déclic pour son boum économique tant attendu : les hydrocarbures, entendez par là le pétrole et le gaz. De nombreuses études démontrent que la République Démocratique du Congo dont la production du pétrole (20 à 30 000 barils) est une des plus faibles, contient de nombreux gisements pétroliers dont les réserves sont estimées à plus de 20 milliards de barils répartis dans ses trois bassins sédimentaires, dont l’espace maritime de l’océan Atlantique à côté de la ville côtière de Muanda faisant parti du golfe de Guinée.

De ce fait, la RDC dispose de nombreux arguments pour être considérée à juste titre comme un grand pays pétrolier. La RDC est aussi un pays gazier. Le gaz est à la base d’activité prolifique pour certains pays du monde à l’exemple de la Russie ou encore du Canada. Source énergétique de première importance pour certains pays et indispensable pour d’autres, le gaz figure parmi les substances qui font tout le prestige de la RDC de par sa forte présence dans le lac Kivu dans les provinces du Nordet du Sud Kivu. Une certitude confirmée par les conclusions de plusieurs études à ce sujet. Avec un tel potentiel énergétique, une quasi-assurance de développement, la RDC figure encore sur la liste des pays les plus pauvres du monde. Une honte, un contraste que veut changer à tout prix son Président, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Le 26 août 2019, par ordonnance présidentielle, le Président congolais a nommé Rubens Mikindo Muhima, Ministre d’Etat au très stratégique Ministère des Hydrocarbures.

Un secteur clé dont veut se servir à bon escient Félix Tshisekedi pour réussir son quinquennat axé sur «l’intérêt général-le Peuple d’abord ».

Comprendre le secteur

L’activité des hydrocarbures se divise en deux maillons à savoir l’amont pétrolier et l’aval pétrolier. L’amont pétrolier couvre les activités d’exploration et d’exploitation d’hydrocarbures ainsi que les services associés à ces activités.

L’aval pétrolier quant à lui couvre les activités diverses telles que le raffinage de pétrole brut, l’approvisionnement, la distribution, le commerce et la vente en détails des produits raffinés ainsi que toute activité rattachée à la logistique.
Il sied cependant de noter que la politique des hydrocarbures au Congo est basée sur deux grands axes, à savoir l’indépendance et la sécurité énergétique et le Ministre d’Etat Rubens Mikindo se déploie sans relâche pour relever ce défi.

 L’indépendance énergétique désigne la capacité d’un pays à satisfaire l’ensemble de ses besoins en énergie sans faire appel à des importations sous forme de sources primaires ou d’énergie finale. Par source primaire, il faut entendre une énergie disponible dans la nature avant toute utilisation (l’eau, le vent, le pétrole, le gaz, etc.). La sécurité énergétique quant à elle renvoie à la garantie d’approvisionnement en énergie primaire permettant de satisfaire les besoins en énergie finale des populations et/ou des industries. 

Un bilan cinq étoiles

Après sa prise de fonctions en septembre 2019, le Ministre d’Etat, Ministre des Hydrocarbures a présenté au Conseil des Ministres un état des lieux complet sur le patrimoine pétrolier et gazier de la RDC. A la même occasion, le patron des Hydrocarbures avait soumis au Gouvernement une sélection des blocs à mettre sur le marché par la procédure d’appel d’offres, après les travaux de matérialisation à effectuer sur le terrain par les géologues du Ministère des Hydrocarbures. La sélection donne seize blocs pétroliers et trois blocs gaziers sur le Lac Kivu. Ce vaste projet qui vise le développement de l’Amont pétrolier de la RDC a été adopté par le Gouvernement et n’attend plus que son financement pour le lancement des travaux de matérialisation de différents blocs dont l’attribution des droits pour hydrocarbures devra intervenir dans le strict respect de la procédure d’appels d’offres. Dans l’entre-temps, le Ministre d’Etat a mis en place une commission d’experts qui est chargée de constituer les dossiers géologiques de différents blocs en prévision des opérations de matérialisation et de l’organisation des appels d’offres.

Le 25 janvier 2020, au terme d’un contrat liant la RDC à la société LIMNOGICAL ENGENEERING, le Ministre d’Etat a effectué une descente à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, à quelques encablures du Lac Kivu et à cheval avec le Sud-Kivu voisin afin de lancer officiellement le projet de dégazage du golf de Kabuno. Une initiative largement appuyée par le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi demandant à Rubens Mikindo d’amorcer urgemment la phase du dégazage industriel du golf de Kabuno situé à quelques kilomètres de Sake et instruisant aux Ministres de Budget et des Finances de libérer les moyens nécessaires à la réalisation de ce projet à la fois d’ordre social et sécuritaire. Le golf de Kabuno contient une quantité impressionnante de gaz carbonique alors que le reste du Lac Kivu contient du gaz méthane. Du fait de la présence de ce gaz carbonique qui se situe à 10 mètres de la surface de l’eau, le golf de Kabuno présente de grands risques d’explosion, ce qui peut avoir des répercussions terribles sur l’ensemble des populations environnantes en cas de phénomènes exogènes tels que des séismes ou des éruptions volcaniques. A côté de ce projet du dégazage du golf de Kabuno émerge un autre projet tout aussi important, il s’agit de l’exploitation du gaz méthane à transformer en énergie électrique. C’est à un consortium dirigé par la société tunisienne Engineering Procurement & Project Management (EPPM) qu’a été attribué ce projet qui porte sur le bloc Goma, un des quatre blocs gaziers dont est subdivisé le Lac Kivu, savoir : le bloc Goma, le bloc Makelele, le bloc Idjwi et le bloc Lwanjofu. Et à ce jour, seul le bloc Goma a déjà fait l’objet d’une maritimes, cela avant la création de la ZIC en application du traité de Montego Bay sur le droit de mer. La zone d’intérêt commun avait décidé d’étendre 200 miles marins sur l’étendue du plateau continental de sa côte atlantique entre l’Angola et l’enclave de Cabinda.

Faire de la RDC, un géant des hydrocarbures : l’aval pétrolier !

De gauche à droite, le Gouverneur Carly Nzanzudu N.Kivu, le Ministre Mikindo et Gouverneur Ngwabidje du S.Kivu

Attribution pour l’exploitation du gaz méthane en vue de sa transformation en électricité. Un comité de suivi a été mis en place pour ledit projet. Il s’occupe de la validation des études d’impact environnemental par l’agence congolaise de l’environnement, et la validation des études de faisabilité concernant les aspects liés à la production et à la commercialisation de l’électricité par l’entremise du Ministère des ressources hydrauliques et électricité , afin de valider complètement et passer à l’exécution du projet « exploitation du gaz méthane ». Pour ce qui est du patrimoine pétrolier, la République Démocratique du Congo a relancé les pourparlers avec la République d’Angola par le canal du Ministre Rubens Mikindo concernant l’exploitation des hydrocarbures du couloir maritime au large de la ville de Muanda. Une démarche qui fait suite à la volonté exprimée en janvier 2020 par les Présidents congolais Félix Tshisekedi et angolais Joao Lourenço, d’exploiter conjointement les gisements qui traversent les deux pays. Il convient de rappeler qu’à l’issue de cette rencontre, les deux Chefs d’Etat avaient convenu que les équipes techniques de deux pays travaillent ensemble en vue d’établir un calendrier conjoint d’actions nécessaires à la mise en œuvre de ce projet d’exploitation des gisements contenus dans la zone d’intérêt commun (ZIC), le couloir de la côte de Muanda que l’Angola exploitait seule. Une situation qui causait à la RDC un manque à gagner à hauteur de millions de dollars américains. A cet effet, le Président Tshisekedi déclarait en septembre 2019, que ces millions du pétrole pourraient servir au financement de l’enseignement primaire gratuit en RDC, une réforme majeure de son quinquennat. Quelques années auparavant, en 2009, la RDC avait déposé une requête auprès des Nations Unies pour l’obtention de la délimitation de ses frontières.

Le Ministre des hydrocarbures présidant une séance de travail dans son cabinet

Pour assainir et développer l’aval pétrolier, le Ministre des Hydrocarbures s’est mis à l’écoute des opérateurs du secteur afin de s’entretenir avec les pétroliers venus du Lualaba (Kolwezi), du Haut-Katanga (Lubumbashi), du Nord-Kivu (Goma) et du Kongo Central (Muanda et Matadi) et aussi ceux de Kinshasa. Ces derniers lui ont fait part des difficultés rencontrées dans l’exercice de leurs activités. De ces différents échanges, un point s’est dégagé relatif à la commercialisation des produits pétroliers de la fraude et de la contrebande qui ne supportent pas la fiscalité et encore moins la parafiscalité comme cela est le cas de leurs produits, régulièrement commercialisés par les opérateurs entraînant dans la foulée, une baisse de volume des produits pris en compte dans la structure des prix et parfois la hausse de prix à la pompe. Le Ministre d’Etat, Ministre des Hydrocarbures, Rubens Mikindo ayant fait de la réduction du prix des produits pétroliers l’objectif principal de ses actions, a mis sur pied une stratégie pour parvenir à cette fin.

HESHIMA


Economie

Guerre en Ukraine: QUAND LA RDC EN RESSENT LE CHOC ÉCONOMIQUE…

Parmi les Etats importateurs du pétrole raffiné et l’un des 32 pays africains dont plus de 90% de consommation en blé viennent de l’extérieur, la RDC connait des conséquences économiques et sociales qui résultent de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Published

on

La Banque mondiale avait déjà prévenu que les dérèglements provoqués par le conflit en Ukraine seront à la base de la hausse des prix de produits dont le gaz, le blé et le coton. Les prix du baril de pétrole ont dépassé 100 dollars, atteignant leur plus haut niveau depuis 2014, alors que la tonne de blé a atteint le prix record de 344 euros et le prix du gaz naturel a connu une hausse d’environ 40%. Beaucoup de pays d’Afrique souffrent ainsi sur le plan économique, du fait des affres de l’invasion de la Russie en Ukraine.

La RDC non épargnée

Pour Kinshasa, la guerre en Ukraine est un coup dur étant donné que les prix connaissent une folle envolée. Dès les premiers instants de la crise, le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, avait recommandé la surveillance des impacts de la guerre en Ukraine sur l’économie nationale. Le 2 mars, il avait donné des instructions aux membres du comité de conjoncture économique, lequel avait noté que l’impact de la hausse des prix des produits énergétiques était de nature à entrainer des conséquences difficiles pour l’économie congolaise, qui importe l’intégralité de son pétrole. « Nous craignons que ces impacts ne puissent nous faire accélérer fortement les prix et jouer sur le pouvoir d’achat de la population.

 Le comité de conjoncture économique va réfléchir également sur les mesures d’atténuation. Le Premier ministre a instruit les membres du comité de conjoncture économique et l’ensemble des ministres sectoriels du gouvernement de bien vouloir lui transmettre ce qu’ils considèrent comme ayant un impact dans leurs secteurs respectifs », avait indiqué le ministre du Plan, Christian Mwando, au terme de la réunion. 

Toute la RDC touchée

Par rapport aux produits pétroliers, toute la République est en difficulté, après avoir failli de connaitre la pénurie. Le 15 avril, en pleine crise, le prix du litre d’essence à la pompe à Kinshasa est passé de 2095 FC à 2195 FC. La hausse concerne toutes les zones d’approvisionnement du pays : ouest, est et sud… La pression s’est et continue à s’exercer sur le prix du carburant dont la majorité de stations-services ne vendent plus constamment. A Kinshasa, le prix du litre d’essence 2345 Fc. 

En ce qui concerne les produits de grande consommation, les prix ont pris significativement de l’ascenseur. A Goma, Bukavu, Kinshasa, voire dans le reste du pays, le constat est le même : vertigineusement, les prix ont doublé ou triplé. L’impact se fait beaucoup sentir sur l’importation du blé et la Fédération des entreprises du Congo (FEC) a eu à le signifier au gouvernement.

Nous craignons que ces impacts ne puissent nous faire accélérer fortement les prix et jouer sur le pouvoir d’achat de la population.

 Subitement, le volume des pains a été réduit dans beaucoup d’usines de panification. Cette diminution de grammage a été constatée notamment en ce qui concerne les produits de Pain Victoire et des autres boulangeries. La flambée des prix concerne aussi la farine de maïs, riz, sucre, huile, tomates, bière et la population ressent cela au quotidien. Toutefois, les conséquences de la guerre en Ukraine, en ce qui concerne le Congo, n’affectent pas que les prix du carburant et des denrées alimentaires. Le retrait et retour, en février 2022, de 250 casques bleus ukrainiens et leurs hélicoptères pour aller combattre les forces russes, a laissé un vide dans les rangs de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation du Congo (MONUSCO).

 Hubert MWIPATAYI

Continue Reading

Economie

Veillée d’armes de la DGI, les contribuables appelés à l’ordre !

Payer l’impôt, dit-on, c’est investir dans la pérennité et le développement du pays dans lequel on est résident. En vue de rappeler cette importante obligation, mieux, de ramener à l’ordre les contribuables oublieux ou sombrant délibérément ou involontairement dans l’insolvabilité, la Direction Générale des Impôts (DGI) passe à l’attaque.

Published

on

Dans un communiqué officiel signé le 5 mai 2022, le Directeur des impôts, Barnabé Muakadi Muamba, invite les contribuables relevant ou ayant relevé de la Direction des Grandes Entreprises ou du Centre des Impôts de Kinshasa, bien répertoriés sur des listes publiées dans des organes de presse, de faire parvenir, au plus tard le 31 mai 2022, les photocopies des attestations correspondantes, des récépissés de leurs déclarations fiscales, en vue de la mise à jour de leurs Comptes Courants Fiscaux. Cette fois-ci, c’est le cas de le relever, le gong de l’insolvabilité est comme sonné.


 Les contribuables ont deux possibilités pour acheminer, illico presto, leurs preuves de paiement. Premièrement, ils peuvent les faire parvenir en dur, contre accusés de réception, au Secrétariat de l’Inspection des Services situé au Local 3.02 du troisième ni veau de l’Hôtel des Impôts, derrière la Banque TRUST MERCHANT BANK S.A (TMB), (ex Nouvelle Banque de Kinshasa « NBK ». La deuxième possibilité leur suggérée par la DGI consiste au scannage à l’adresse électronique secretariatsuitedgi@gmail.com les documents exigés. Tenez. Le deadline est fixé au 31 mai 2022 et la DGI qui accompagne sa communication d’une mise en demeure sévère, n’entend pas reporter son action. « Passé ce délai, tous les articles des récépissés qui n’auront pas été apurés seront considérés comme non encore honorés et feront, en conséquence, l’objet de poursuites en en recouvrement forcé, conformément à la Loi », prévient le communiqué signé par Barnabé Muakadi.

 Pour que personne ne feigne de n’avoir pas été informé, la DGI a tout fait pour diffuser largement le message. Les listes desdits contribuables sont disponibilisées sur www.dgi.gouv.cd, et ce qu’ils doivent faire.


Il suffit de cliquer sur la rubrique comptes courants à apurer, choisir selon qu’il s’agit de la DGE ou du DCI…, sélectionner la bande avec laquelle on effectue le paiement… Les mêmes listes, la DGI les a publiées dans une vingtaine d’organes de presse parmi lesquels HESHIMA Magazine. Le « palmarès » est désormais ouvert et il appartient à chaque contribuable d’y jeter un coup d’œil. 


Beaucoup d’argent à recouvrer 

 Derrière les contribuables recensés, à n’en point douter, se cache un véritable « jackpot ». Rien que pour ceux qui sont appelés à payer à la Raw Bank, par exemple, plus de 1000 contribuables doivent clarifier leur situation en présentant leurs preuves concernant les restes à payer à la DGE de 2015 à 2020. 


 À César… 


Il est légitime de payer l’impôt et l’importance de s’en acquitter n’est plus à démontrer étant donné que les prélèvements que l’Etat opère sur les ressources des personnes physiques ou morales lui permettent de subvenir aux charges publiques. « Sans l’impôt, un pays ne peut se développer. Je voudrai bien que celui qui aime le pays, celui qui se dit chrétien paie correctement son impôt », a recommandé Barnabé Muakadi au terme de l’audience que le premier vice-président du Sénat, Eddy Mundela, lui a accordée le 20 mai 2022. 

 En effet, le Directeur des impôts a raison car les évangiles sont pleins de références à l’impôt. « Rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu », est une phrase de Christ se trouvant dans les trois évangiles synoptiques, notamment en Marc 12,17, que d’aucuns connaissent. Qui de chrétiens ne sait pas que la pièce de quatre drachmes récupérée par Pierre dans la bouche du premier poisson péché sur recommandation de Jésus-Christ, avait servi au paiement de l’impôt ? A chacun de répondre. Oui, le recensement de Quirinus commandé par Auguste, qui avait conduit Joseph et Marie à Bethléem, avait pour but la mise à jour des valeurs fiscales pour mieux récolter l’impôt. Laconiquement, bien encadrer les contribuables ne profite qu’à la République car les sommes dues, une fois payées, seront affectées au service d’utilité publique.  

Les contribuables révélant de la DGE et CDI KIN priés de régulariser leurs comptes courants fiscaux:

https://heshimardc.net/v1/wp-content/uploads/2022/05/BROCH_DGI-1.pdf


HESHIMA

Continue Reading

Economie

L’affiliation avec des paris sur le site 1xBet est une véritable source de revenus

Published

on

Une coopération avec un bookmaker fiable signifie qu’on peut gagner de l’argent non seulement en pariant sur le sport. Il est désormais également possible de générer des revenus en promouvant les activités de la société. L’affiliation paris sur le site 1xBetaffiliates.net/fr/ vous attend. Dans un premier temps, il faudra effectuer une simple inscription, et si la réponse des représentants de l’agence sera positive, alors vous pourrez commencer à populariser les activités de la marque.

Vous devez promouvoir les services du bookmaker en utilisant tous les canaux de communication possibles avec les utilisateurs :

  • des groupes et pages sur les médias sociaux ;
  • des sites propres (sites uniques et réseaux de satellites) ;
  • des forums ;
  • des newsletters par mail ;
  • des chats de toutes sortes.

Le bookmaker vous fournira tout le matériel nécessaire à la publication. Les informations sont disponibles dans plus de 60 langues et sont constamment mises à jour. Un lien spécial doit être inséré dans la publication. Si les utilisateurs cliquent dessus et s’inscrivent, le bookmaker en tiendra compte dans le calcul de votre commission. Celle-ci est versée une fois par semaine. Le montant de la commission peut varier, il est donc important d’encourager les abonnés à parier régulièrement.

Commencez à gagner avec le programme d’affiliation 1xBet aujourd’hui

La coopération avec le bookmaker éprouvé a des avantages. Le programme est mis en œuvre le mieux possible, le partenaire n’a qu’à faire connaître la marque, ce qui génère des revenus. Voici quelques-uns des avantages de l’affiliation avec des paris sur le site de la société 1xBet :

  1. Statistiques détaillées. La progression actuelle de l’attraction des clients, les fonds reçus, l’activité de renvoi – tout cela est rassemblé dans un espace personnel.
  2. Assistance personnelle. Chaque partenaire dispose d’un spécialiste individuel qui l’aide à résoudre les difficultés techniques et lui fournit même des consultations de marketing.
  3. Automatisation de tous les paiements. 160 méthodes différentes peuvent être utilisées pour effectuer des transactions. Parmi cette variété, il n’est pas difficile de choisir les bons. Les cartes bancaires et les portefeuilles électroniques sont également disponibles.

Tout ce dont vous avez besoin pour une publicité de qualité est fourni par l’agence de bookmaker. Vous ne devez pas penser à créer votre propre contenu – il suffit de prendre le matériel et de le publier. Avec un minimum de travail, le parrain obtient un profit maximal – ce sont des conditions idéales sur le marché des paris sportifs.

Parlez à vos abonnés de la société et des avantages de jouer avec elle, et le bookmaker ne manquera pas de vous récompenser généreusement.

Continue Reading

NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

Trending

You cannot copy content of this page
WeCreativez WhatsApp Support
Notre rédaction est là pour répondre à toutes vos préoccupations. N'hésitez pas !
👋Bonjour, comment puis-je vous aider ?