Nous rejoindre

International

TOURISME: Du désert à la ville touristique

Pour qui a l’idée qu’offre le mirage de la chaleur accablante du désert, débarquer à Dubaï lui donnerait peut-être l’impression qu’il en vivrait le reflet alors que la réalité n’est en rien trompeuse : on est bel et bien devant un spectacle de la démesure qui s’accommode toutefois des charmes de la tradition et de la vivacité du commerce.

Published

on

De fait, il y a à peine une quarantaine d’années, cet espace n’était que dunes, changeant de formes au gré des vents de sable où la forte température ne pouvait que pousser à se mettre à l’abri. Depuis cette époque, cet émirat faisant partie d’un vaste ensemble regroupé au sein des Emirats Arabes Unis dans le Golfe Persique s’est vu transformé à l’initiative folle de la famille princière Al Maktourn qui a décidé de parier sur le tourisme plutôt que sur le pétrole.

 Le pari semblait à priori insurmontable, car il était question d’affronter un endroit inhospitalier, à savoir, construire dans un immense désert de sable en l’absence d’eau, qui plus est dans un climat torride, où brûle le soleil toute l’année avec une température de 51° entre juillet et août contre 30° le reste du temps. Grâce à des moyens colossaux tirés de la manne pétrolière de la région, une volonté de fer et des prouesses technologiques le mirage de ce grandiose projet a produit le miracle inattendu.

D’abord dans ce milieu aride, dénué de précipitations, le premier défi était de trouver de grandes quantités d’eau. Celles-ci sont tirées à 80 km de la ville des réserves d’une infiltration d’eau dans le sous-sol remontant à plus de deux millions d’années d’une région autrefois humide et verdoyante. Une autre partie de l’eau est puisée dans la mer avant de se voir dessalée Ainsi, malgré ce handicap, la ville est systématiquement arrosée et abondamment alimentée par une eau qui circule à travers des tuyaux souterrains pour desservir la mégapole et ses gigantesques immeubles par un mécanisme de circuit fermé qui la recycle.

Une ville au tourisme varié

Le deuxième défi était d’ériger d’impressionnantes tours sur du sable friable en creusant au plus profond pour faire de ce lieu qui à l’époque ne comptaient que quelques arbustes caractéristiques du désert, le spectacle d’une immense forêt de béton. Aujourd’hui, après cette victoire sur la nature domptée malgré ses caprices, le miracle a opéré pour faire de Dubaï un haut-lieu touristique. 

Une ville aux mille et un visages

Féerique Dubaï

 Selon plusieurs critères, Dubaï se classe dorénavant comme la ville la plus moderne, futuriste même, et la plus luxueuse au monde. S’il fallait la définir en un seul mot, la ville se caractérise par une extravagance où tout se conjugue au superlatif.

A côté de plus de 200 gratte-ciels, dont la Princess Tower de 414 m, c’est chez elle où se dresse le plus élevé gratte-ciel du monde, le Burj Khalifa qui trône fièrement à 828 m. 35.000 personnes y vivent ou y travaillent. Son hôtel de cinq étoiles, le Burj Al Arab est le plus luxueux du monde. Pour héberger ses visiteurs et sa population, Dubaï s’est engagée dans un autre challenge, celui de gagner de l’espace sur la mer et rallonger son littoral de 70 km. Cela a donné naissance à un archipel artificiel prêt à être occupé par 5.000 logements en forme de palmier nommé « The Palm » qui en lui-même est un autre témoignage de la capacité de démesure de la ville.

Toujours parmi ses fantastiques infrastructures, le shopping Dubaï Mall, évidemment le plus grand centre commercial au monde, vaut le détour, que ce soit pour les achats ou le lèche-vitrines, car on y dénombre 1.200 boutiques sur 5 étages pour une superficie totale de 800.000 m². En son sein, le plus grand magasin de bonbon du monde avec ses 5.000 variétés et un parc d’attractions avec une patinoire se distinguent parmi la panoplie de ses activités commerciales.

Burj Al Arab hôtel le plus luxueux du monde

Cette mégapole embrasse tout type de tourisme, car on y dénombre une marina avec les plus beaux bateaux que l’on puisse imaginer, des excursions à dos de chameau au désert, des courses de chameau pour la détente et les paris, des moments de loisir avec le choix d’une vingtaine de parcs d’attractions de loisirs où rivalisent des spectacles d’animations, un impressionnant aquarium avec 250 espèces incroyables de poisson avec des jeux de fontaines extraordinaires, des piscines pour nager et surfer, un grand spa de thalassothérapie. Et encore plus imaginable dans cet environnement brûlant, l’existence de terrains de golf verdoyants ou pire encore dans un milieu couvert des pistes enneigées où faire de la glisse et des batailles de boule de neige !

Selon plusieurs critères, Dubaï se classe dorénavant comme la ville la plus moderne, futuriste même, et la plus luxueuse au monde.

C’est donc dire que Dubaï est un véritable paradis pour des gens fortunés et tout est fait pour en mettre plein la vue à commencer par l’équipement de la police  touristique qui dispose de véhicules dernier cri pour assurer la sécurité des touristes ! Et la ville ne cesse de s’étendre, pour accueillir ses touristes toujours plus nombreux, attirés par ses merveilles dignes des contes de fées arabes, revisités sous un jour nouveau. Car là aussi, les chiffres sont sublimes : Dubaï dispose du plus grand aéroport du monde avec des mouvements de passagers d’au moins 14 millions de personnes par an. Certainement, l’avenir réserve des surprises sur ce trafic des passagers, au vu d’autres projets en perspective, comme celui pharaonique de World Islands qui formera un archipel de plusieurs centaines d’îles.

De ce fait, cette mégapole qui a grandi en trente ans se caractérise par son aspect cosmopolite avec la présence de plus de 200 nationalités sur son sol. Au moins, cette donne multiculturelle a le mérite d’enrichir l’intérêt porté à un séjour à Dubaï, ne fusse qu’en termes de gastronomie où se côtoient la cuisine arabe, indienne, libanaise, irakienne, extrême-orientale …

Destination prisée des Congolais

En dehors de cette facette éblouissante de Dubaï, il en existe une autre moins exubérante qui est collée à son passé, celui où se localise le vieux Dubaï avec le port de pêche d’où se raconte la vie passée de l’émirat marquée bien sûr par la pêche, l’élevage caprin et ovin, la vente des dattes, mais surtout la plongée sous-marine pour la chasse aux huitres perlières pour aller à la recherche de ces précieux bijoux. D’ailleurs, un musée de la Perle qui abrite la plus grande collection de perles naturelles au monde est le témoignage de cette épopée glorieuse.

Avec la stratégie de promouvoir le tourisme dans tous ses aspects, Dubaï a adopté une politique d’exonération fiscale pour attirer plusieurs entreprises, ce qui finit par faire de la ville une vaste plate-forme de négoce exemptée de frais douaniers, où se déverse tout ce qui se fabrique dans le monde, que ce soit en Asie, en Europe ou en Amérique. Le marché de Deira, regroupé en plusieurs souks typiques arabes, est ainsi l’un des endroits fréquentés par les Congolais pour s’approvisionner en marchandises à importer au pays, au côté d’autres nationalités africaines ou asiatiques qui se sont constituées en communautés au sein desquelles des guides sont mis à contribution pour orienter les voyageurs du moment.

C’est là où se vendent des épices aux senteurs exotiques, des produits de la pêche, des vêtements, des babioles et en fait tout ce dont un consommateur moyen peut avoir besoin. Parce que la ville compte plusieurs marchés, il est indiqué de s’adjoindre un guide qui aidera à la prospection de la marchandise qui fera la bonne affaire. Car dans tel quartier, situé parfois en périphérie de la ville, ce sont des voitures qui sont parquées  les fameuses ketches, pour la grande majorité destinées à faire le taxi au pays, alors qu’ailleurs ce sont des sacs, à un autre endroit des carreaux pour la maison et ainsi de suite.

Avec à peine 700 $ en moyenne pour le billet d’avion, dont le prix varie d’ailleurs en fonction de la saison et un visa aisément accessible, le Congolais, surtout celle de la gent féminine, pratique une autre forme de tourisme, le tourisme d’affaires, avant peut-être de s’enrichir suffisamment pour se rendre dans la partie féerique de Dubaï. Mais en attendant, le voyage est le plus futé possible ! Certains s’y rendent avec une somme relativement modeste par exemple la somme de 2.000 $ pour aller faire ses emplettes. En bon commerçant, tout est compté à commencer par la brièveté du séjour de moins d’une semaine souvent, en profitant des facilités sur place, par exemple, la possibilité de partager à quatre avec d’autres voyageurs, même inconnus, une chambre d’hôtel facturée à 80 $ tout en se restaurant au moindre coût avec les victuailles ramenées du pays.

Et en dépit de toute l’importance de ces visiteurs de la planète, Dubaï a su préserver son identité arabe et musulmane, car les journées sont systématiquement rythmées à l’instar d’autres pays de cette obédience, par les appels du muezzin qui conduisent à suspendre le temps pour se tourner vers la Mecque pour la prière. A plusieurs égards, malgré ce modernisme à tout crin de l’émirat, de nombreuses traditions n’ont pas été entamées. Cela se remarque par le port vestimentaire des hommes comme des femmes, par le cloisonnement entre sexes ou tout simplement par l’art de vivre local. Et l’hospitalité des Dubaïotes n’est pas non plus des moindres pour rendre agréable un séjour dans ce coin déroutant.

 Vitho wa Vitho  

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

International

ISRAEL- PALESTINE les racines d’un «éternel» conflit

Depuis plusieurs jours, le monde a les yeux tournés vers le conflit israélopalestinien. Ces deux voisins se sont livrés à des bombardements mutuels, avant d’entrer dans un fragile cessez le feu. Retour sur les origines d’une lancinante rivalité…

Published

on

Nous, on se bat pour l’histoire. Pour l’histoire palestinienne qu’on veut effacer », a hurlé un habitant de la bande de Gaza, l’enclave palestinienne, juste après le cessez-le feu décrété le 21 mai dernier. Il y a eu au total 11 jours de combats déséquilibrés entre un Israël suréquipé et des Gazaouis tirant des mortiers fabriqués avec les moyens de bord. D’ailleurs, l’armée israélienne a accusé, par exemple, le Hamas d’avoir détourné de l’aide internationale à des activités militaires et d’utiliser le métal des canalisations pour en faire des roquettes.

Cette nouvelle guerre, que l’on peut qualifier de la quatrième dans une histoire récente, a tué 248 personnes dans l’enclave palestinienne, dont 66 enfants et des combattants, selon les autorités locales. En Israël, les tirs de roquettes de Gaza ont fait 12 morts, dont un enfant, une adolescente et un soldat, d’après la police israélienne. Après ce cessez-le-feu qualifié de « fragile » puisqu’assorti d’aucun plan de reconstruction, l’on s’interroge sur les racines de ce conflit séculaire.

Pour mieux comprendre ce conflit, il faut remonter en marge de la première guerre mondiale. Tout a commencé en 1917. Lorsque la grande Bretagne, pour s’attirer les finances des banques juives anglaises et américaines afin de continuer la guerre mondiale, a  décidé de créer sur le sol palestinien un « foyer national juif ». C’est la célèbre « déclaration Balfour ». Cette déclaration écrite, le 2 novembre 1917, par Arthur James Balfour, ministre britannique des Affaires étrangères, a été envoyée comme une lettre à Lord Lionel Walter Rothschild, grand sioniste et membre d’une importante et riche famille juive anglaise. 

Dans cette lettre, on pouvait lire ceci : « Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont jouissent les Juifs dans tout autre pays ».

 Voilà les mots qui ont changé l’histoire du Moyen-Orient jusqu’à ce jour.

Après cette déclaration, les choses vont s’accélérer. La Palestine qui était, à l’époque, sous la gestion de l’empire Ottoman (Turquie) va être conquise en 1922 par les Britanniques. Histoire de réaliser leur plan de la création du foyer juif. Et plusieurs dates de l’histoire vont se succéder dans le sens de l’accomplissement de cette promesse britannique.

 Déjà en juillet 1922, la Société des Nations-Unies a octroyé à la Grande Bretagne un mandat sur le territoire de la Palestine et la responsabilité de la mise en vigueur de la « Déclaration Balfour », c’est-à-dire, l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif. 

 Création de l’Etat d’Israël

Le 29 novembre 1947, l’Assemblée générale des Nations-Unies adopte la résolution 181 qui prévoit le partage de la Palestine en un État juif et un État arabe. Cette résolution soulignait aussi la date de la fin de tutelle de la Grande Bretagne sur la terre palestinienne l’année suivante, soit en mai 1948. Et avant l’expiration du mandat britannique, le Conseil général sioniste a établi un Conseil national de 37 membres représentant tous les partis et factions de la carte politique du côté juif conduit par un certain David Ben Gourion. Ce dernier proclamera l’indépendance de l’Etat d’Israël le 14 mai 1948, à quelques heures de l’expiration du mandat britannique. Et il deviendra ainsi le tout premier Premier ministre israélien. Son nom sera notamment immortalisé par l’aéroport de Tel Aviv.

 Hégémonie israélienne et conflit

Après la proclamation de l’Etat d’Israël, la Palestine et ses voisins en majorité arabe se sentent menacés par une hégémonie affichée par l’Etat hébreu. Une guerre éclate toujours en 1948. La ville de Jérusalem est coupée en deux. Mais, depuis, la partie Ouest se trouve sous contrôle israélien où se concentrent les lieux de pouvoir comme le Parlement et les ministères. La partie Est, avec la vieille ville et les sites sacrés, sont restées aux mains des Jordaniens.

En 1967, Israël lance la guerre des Six Jours pour se défendre contre ses pays arabes voisins : à savoir l’Égypte, la Jordanie et la Syrie. Pour des pertes d’environ 700 hommes, l’armée israélienne s’est emparée du Sinaï, de la Bande de Gaza, du Golan, de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est. Les conséquences de ce conflit seront durables et profondes.

 En clair, les principaux points de litige entre les deux Etats sont : l’objectif d’une reconnaissance mutuelle des deux peuples, laquelle n’est à ce jour pas absolue ; l’objectif de création d’un État palestinien aux côtés d’Israël et les problèmes posés par la contiguïté de leurs territoires et le tracé ultime des frontières seront des éternels point de divergence.


Solutions durables

 Jérusalem-Est est revendiquée pour être la capitale du futur Etat palestinien. La France et l’UE considèrent que Jérusalem doit devenir la capitale des deux Etats, Israël et la Palestine, dans le cadre d’un accord de paix juste et durable.

Même le nouveau président américain, Joe Biden, a notamment affirmé, lors d’une conférence de presse, que la solution à deux Etats – une Palestine indépendante aux côtés d’Israël –, était « la seule réponse » possible au conflit israélo-palestinien. Le maintien des colonies israéliennes sur certaines terres palestiniennes ne pourra qu’éterniser le conflit.

Dido Nsapu

Continue Reading

International

LES LEADERS AFRICAINS ASSASSINÉS

Aux premières heures des indépendances, l’Afrique a vu ses figures de proue être tragiquement éliminées. Cette réalité a rattrapé d’autres dirigeants qui se sont montrés nationalistes ou panafricanistes. Retour sur certains leaders du continent physiquement éliminés.

Published

on

L’Afrique a été confrontée à plusieurs difficultés dans sa marche vers son indépendance. Face au défi de reconstruire une stratégie d’opposition contre l’hégémonie des colons, d’élaborer des orientations pour une lutte d’ensemble, on ne part pas de rien. On peut beaucoup apprendre des succès et des échecs passés et il est indispensable de restituer les combats dans la longue  durée. Avec des situations quasi similaires dans de nombreux pays d’Afrique, Heshima Magazine s’attarde un peu sur un facteur considéré comme un frein au rayonnement de l’Afrique, l’assassinat de ses leaders « nationalistes et progressistes» de premier plan.

Elle est donc longue, la liste qui répertorie les leaders et chefs d’Etats africains   réduits au silence. L’histoire renseigne qu’ils sont au moins 28 chefs d’Etats qui ont perdu leur vie par assassinat alors qu’ils étaient encore en fonction. Mais parmi les assassinats devenus célébrissimes, l’on compte celui de Patrice Emery Lumumba, Thomas Sankara, Laurent-Désiré Kabila, Mouammar Kadhafi, etc.

De 1956 à 1962, les indépendances africaines ont été l’un des tournants de l’histoire du 20ème siècle. Jamais on n’avait vu au tant d’Etats accéder à la souveraineté nationale en si peu de temps. Mais, le revers de la médaille est saisissant. L’euphorie de l’indépendance n’aura été que de courte durée, dans beaucoup de jeunes pays « souverains ». De Lumumba à Kabila, en passant par Thomas Sankara, des ardeurs refroidies !

Bref historique de 3 leaders africains assassinés

 Patrice Lumumba

Né au Congo Belge en 1925, Patrice Emery Lumumba est un héros de l’indépendance nationale de la République démocratique du Congo et  de l’unité africaine. Principalement autodidacte, grand orateur et stratège politique, Lumumba entre en politique nationale par son élection le 10 octobre 1958 comme président du Mouvement national congolais (MNC). Il participe à la Première Conférence des peuples africains (Accra, décembre 1958), au premier Congrès des partis politiques congolais (avril 1959) et au premier Congrès du MNC (octobre 1959).

Arrêté par les autorités coloniales suite aux émeutes ayant suivi ce dernier congrès, il est libéré sous la pression unanime de   tous les délégués congolais à la Table ronde belgo-congolaise de Bruxelles (février 1960), qui considèrent sa participation comme une condition sine qua non à la tenue des assises portant sur l’avenir du pays. Ce jour-là, le 30 juin 1960, Lumumba prononcera un discours qui traverse le fil du temps.

Le 17 janvier 1961, Lumumba et ses compagnons d’infortune, Maurice Mpolo et Joseph Okito, sont transférés de la prison de Mbanza-Ngungu (anciennement appelée Thysville) vers Lubumbashi (alors Elisabethville), capitale de la province sécessionniste du Katanga. Après avoir été sauvagement torturés, les trois dirigeants nationalistes sont assassinés par un peloton d’exécution composé de soldats et policiers belges en mission au Katanga. Aujourd’hui, rares sont les pays africains où l’on ne trouve pas de rues et même de grandes avenues portant le nom de Lumumba.

Thomas Sankara

 Né le 21 décembre 1949 à Yako (Nord de l’ex-Haute-Volta), Thomas Sankara a été formé militairement à Madagascar. En janvier 1983, à la faveur d’un coup d’Etat, il est nommé premier ministre. Une fois président de la République, Sankara change le nom de son pays et la Haute-Volta devient le Burkina Faso (pays des hommes intègres). Ses priorités : assainir les finances publiques, améliorer la situation sanitaire avec des grandes campagnes de vaccination et la construction de dispensaires par les habitants eux-mêmes, faciliter l’accès à l’éducation, développer l’agriculture, la production et l’artisanat local.

Ce jeudi 15 octobre 1987, avec son vêtement de sport, « l’homme intègre », comme il était appelé, se rend à un conseil des ministres extraordinaire. Après quatre années au pouvoir, il sera assassiné avec douze de ses compagnons lors d’un putsch qui laisse Blaise Compaoré seul au pouvoir. Les corps sont enterrés en catimini, dans une fosse commune creusée par des prisonniers réquisitionnés nuitamment pour la cause, au cimetière de Dagnoën, dans l’Est de la capitale, Ouagadougou.

Mouammar Kadhafi

 Né le 7 juin 1942, Mouammar Khadafi est l’un des dirigeants, sinon le plus grand, ayant marqué l’histoire de la Lybie. La mort de Mouammar Kadhafi, guide de la révolution de la Jamarahiriya Arabe Libyenne et dirigeant de la Libye de 1969 à 2011, est survenue à Syrte le 20 octobre 2011, deux mois après la prise de pouvoir par le Conseil national de transition (CNT). Les circonstances exactes dans lesquelles il a été capturé, désarmé, torturé puis tué par des soldats du CNT restent confuses.

En janvier 2011, un mouvement de protestation populaire contraint le président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali, au pouvoir depuis 1987, à quitter son pays pour l’Arabie Saoudite. Le mois suivant, Hosni Moubarak, président de l’Égypte depuis doit également abandonner le pouvoir face à la pression de la rue. Ces soulèvements populaires, qui ont lieu dans plusieurs pays du monde arabe pour la plupart des régimes autoritaires, sinon des dictatures , sont désignés sous le nom de « Printemps arabe » ou encore de la révolution du Jasmin, dans son pays de commencement, la Tunisie.

C’est ainsi qu’en février 2011, la Libye connaît à son tour une importante contestation, qui a pour but de garantir à la population plus de libertés et de démocratie, un meilleur respect des droits de l’homme, une meilleure répartition des richesses et l’arrêt de la corruption. Mouammar Kadhafi est alors au pouvoir depuis plus de 41 ans en tant que dirigeant de facto de la Jamahiriya arabe libyenne, ce qui fait de lui le chef d’État ou de gouvernement le plus ancien du monde arabe. Rapidement, il fait réprimer la révolte populaire par des tirs à balles réelles et des bombardements aériens. Le mouvement se transforme alors en une insurrection armée, puis en une guerre civile.

Pour protéger les populations civiles menacées par les violences commises par les troupes de Kadhafi, le Conseil de sécurité des Nations-Unies adopte en mars 2011 la résolution 1973, qui permet notamment l’établissement d’une zone d’exclusion aérienne en Libye. Au fil des mois, le régime doit faire face à une suite de défections et de défaites militaires. À la fin du mois d’août 2011, les insurgés entrent dans la capitale Tripoli, ce qui permet au Conseil national de transition   (CNT) de s’installer au pouvoir. Mouammar Kadhafi, en fuite avec sa famille, continue à appeler au combat. En octobre 2011, la région de Syrte, dernier bastion tenu par ses partisans, est assiégée par les forces du CNT avec le soutien actif de la France. Et le guide libyen sera assassiné, son corps exhibé comme un trophée.

Kabila, un autre Lumumba

A 17 ans, il fait sa première apparition politique. Admirateur de Patrice Emery Lumumba, Laurent-Désiré Kabila avait promis à sa mère  d’après plusieurs témoignages  devenir un autre Lumumba. Et à 19 ans, le jeune homme fera sa première apparition politique dans les rangs des jeunes Lubakat du Katanga ayant montré une farouche résistance au sécessionniste Moïse Tshombe. Il était parmi ceux qui réclamaient le retour du Katanga en RDC, après la sécession. Et après le maquis et la prise du pouvoir plus tard, celui qu’on surnomme M’zee va faire montre d’un nationalisme intransigeant face aux Occidentaux, tissant des liens avec d’autres panafricanistes comme Mouammar Kadhafi.

Il sera froidement abattu en plein exercice de ses fonctions, ce mardi là, 16 janvier 2001, peu avant 14 heures. C’est un « Kadogo », du nom de Rachidi, un simple soldat de base, qui va pénétrer dans le saint des saints. « Il se dirige calmement vers Kabila, en pleine conversation avec son conseiller, dégaine son arme et lui tire dessus. Le chef de l’État s’écroule, atteint au cou et au bas-ventre », témoigne en janvier 2001, Francis Kpatindé, journaliste et maître de conférences à Sciences Po Paris. Ainsi, se coupe la vie de plusieurs leaders qui tentent de sortir l’Afrique de l’ornière. Surtout quand ils se montrent intransigeants vis-à-vis des anciennes métropoles.

Continue Reading

International

ZLECAF :que gagnerait la RDC?

L’entrée du pays dans la Zone de libre-échange continentale (ZLECAF) suscite des vives inquiétudes chez la plupart des spécialistes. Avec son économie extravertie, la RDC y va quasiment sans produits d’échange dans ce grand marché continental. Mais l’Etat peut toujours tirer son épingle du jeu.

Published

on

Désormais l’Afrique sera sans frontières. Cette ambition qui s’inscrit dans l’agenda 2063 de l’Union africaine a atteint un tournant décisif. Celui de la ratification par les différents pays de l’accord créant la ZLECAF. En RDC, le parlement a adopté la loi relative à cette ratification. Il ne reste plus que sa promulgation par le président de la République, Félix Tshisekedi.

 Mais cette adhésion suscite des vives inquiétudes chez la plupart des spécialistes et entrepreneurs. « Notre parlement en autorisant la ratification par le gouvernement de l’adhésion de la RDC à cette zone, signe la fin de l’entrepreneuriat congolais», a estimé Patrick Mundeke, un entrepreneur congolais originaire du Kivu. Ce dernier pense que ce libre-échange apportera des concurrents sur le plan local alors que le pays ne s’est pas préparé à y faire face.

Pour Aristote Gwandey, analyste financier, les conséquences de cette adhésion va se faire sentir sur l’exportation, l’importation, le marché local et il y a même un déficit budgétaire. Dans une tribune de réflexion, cet analyste financier note que le marché unique africain devrait avoir un impact négatif sur la production locale congolaise étant donné que les biens importés coûteraient moins chers que ceux produits en République démocratique du Congo.

Avantages à capitaliser

 Le premier avantage que la RDC tire de cette zone de libre-échange, c’est sa propre participation. Rester hors système constitue en soi un risque économique. Si le pays refuse et « se barricade », il subira l’effet contraire, prévient le professeur Henry Gerendawele, directeur de cabinet adjoint au ministère du Commerce extérieur. Pour lui, la RDC deviendra « un déversoir» des produits vendus moins chers par des voisins, membres de la ZLECAF. Et la production locale, taxée plus chère, aura du mal à être vendue ni localement ni à l’extérieur du pays. Ce qui nécessite la présence du pays dans ce grand marché.

Et le pays ne va pas à tâtons dans ce marché. Devant les sénateurs, le ministre du Commerce extérieur, Jean-Lucien Bussa a assuré que «180 lignes tarifaires ou produits» sur les 6049 répertoriés ont été exclus de la douane. Et d’autres produits vont connaitre une suppression progressive dans 10 ans, voire 13 ans pour d’autres.

En clair, les pays les moins avancés, entre autres la RDC, bénéficient d’une période de 10 ans pour la libération progressive des droits de douane des produits non sensibles et 13 ans pour la libération progressive des droits de douane des produits sensibles.

Avec la ZLECAF, la RDC peut mettre en place des avantages comparatifs au niveau du marché africain. Des avantages qui vont permettre au pays de se spécialiser dans les biens qu’ils produisent. Cela donnera l’avantage à plus de création des produits labellisés capables de concurrencer le marché africain. Et enfin, la RDC, de part sa position de hub entre l’Afrique du Nord et l’Afrique australe peut constituer un centre commercial où des produits pourront circuler à bas coût.

 Dido NSAPU

Continue Reading

NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

Trending

WeCreativez WhatsApp Support
Notre rédaction est là pour répondre à toutes vos préoccupations. N'hésitez pas !
👋Bonjour, comment puis-je vous aider ?
error: Attention: Le contenu est protégé !