Nous rejoindre

Decouverte

Christophe Lutundula : un « éternel » parlementaire à la tête de la diplomatie

Il a été de tous les rendez-vous législatifs depuis la Conférence nationale souveraine. Après trois décennies dans le travail législatif, Christophe Apala Pen’Apala Lutundula intègre l’exécutif national.

Published

on

Dans le gouvernement Sama Lukonde, ce membre issu d’Ensemble pour le changement de Moïse Katumbi occupe la régalienne fonction de Vice-Premier ministre chargé des Affaires étrangères, en remplacement de Marie Tumba Nzeza.

 Ce technocrate, ancien deuxième vice-président du Haut conseil de la République-Parlement de transition (HCR-PT) et premier vice-président de l’Assemblée nationale entre 2006 et 2009, s’est toujours distingué sur les questions parlementaires. Même après sa nomination, l’élu de Katako-Kombe, dans la province du Sankuru, avait toujours à donner à la chambre basse du Parlement. Il est allé défendre son projet de loi modifiant et complétant la loi organique sur le fonctionnement de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Dans ce projet de loi, inspiré par un groupe de treize députés nationaux, Christophe Lutundula propose notamment le changement des règles de désignation des membres du bureau de la CENI.

Pour cet ancien magistrat, un membre de la CENI ne devrait pas appartenir à une organisation politique ou à une association de la société civile alliée à une organisation politique au cours de cinq dernières années précédant sa désignation. Aussi, seules les associations qui travaillent sur l’éducation civique électorale ou l’observation électorale devraient présenter des candidats.

 Une matière grise

Là où la matière grise fait autorité, Christophe Lutundula n’est jamais loin. Ce n’est pas de manière fortuite qu’en 2016, dans le G7, un groupe de sept leaders politiques de la MP (Majorité présidentielle) qui avait quitté Joseph Kabila pour réclamer l’alternance démocratique, il s’occupera des questions institutionnelles.

 Désormais, le leader de l’Alliance des démocrates pour le progrès (ADP), son parti politique, mettra aussi son savoir-faire au bénéfice de la diplomatie congolaise, en quête de rayonnement depuis l’avènement de Félix-Antoine Tshisekedi à la tête du pays. 

Il vient trouver la RDC à la tête de la présidence tournante de l’Union africaine. Aux côtés de Félix Tshisekedi, président de l’UA, Lutundula fera office de président du Conseil exécutif de l’Union africaine pour l’exercice 2021-2022.

Conciliateur

Il trouve aussi une administration diplomatique congolaise au bord du chaos avec des problèmes de frais de fonctionnement et de logement des représentations à travers le monde. Il devrait peser de tout son poids pour obtenir de l’Etat congolais le décaissement des fonds nécessaires pour ses représentations diplomatiques. Au-delà, et en fonction des moyens du pays, ses atouts stratégiques seront très attendus dans l’ambition de réduire le nombre de ces représentations sur base d’une étude minutieuse d’importance et d’efficacité.

Christophe Lutundula, c’est aussi la réputation d’un homme d’Etat conciliant. Face aux velléités de divisions intestines dans son fief électoral, l’homme a toujours été diplomate et pondéré, appelant régulièrement ses frères et sœurs à ne pas tomber dans le piège des politiciens cherchant à diviser pour mieux régner.

 De toute façon, entre la législation et la diplomatie, il n’y a qu’un pas.

HESHIMA

Decouverte

GABRIEL TSHITENDE, SA LUTTE POUR LA CLASSE MOYENNE

Il porte désormais le combat du chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, sur la création des millionnaires congolais mais surtout en ce qui concerne l’émergence d’une classe moyenne en République démocratique du Congo. Gabriel Tshitende – la quarantaine révolue – rassemble depuis plus d’une année des entrepreneurs œuvrant dans entrepreneurs œuvrant dans la sous-traitance. Portrait

Published

on

Téléphone toujours en main véritable outil de management, Gabriel Tshitende s’active depuis plus d’une année à réunir des entrepreneurs congolais travaillant dans le secteur de la sous-traitance. Pour y parvenir, il est à la tête d’une structure privée qui monte en flèche dans l’opinion : le Club National des Sous-traitants (CNS). Son vœu ? Voir se matérialiser la vision du chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, qui prône l’émergence de la classe moyenne congolaise.


Gabriel Tshitende sait que la tâche peut être difficile au regard du contexte économique du pays, mais pas impossible. D’ailleurs, il n’hésite pas de rappeler à qui veut l’entendre que cette classe moyenne existait déjà et qu’il faut simplement la recréer. « La classe moyenne avait existé pendant les années 1970-1990. Après différentes crises liées à la politique, la situation socio-éco- nomique du Congo a changé et cette classe a disparu. », se remémore-t-il.

Pour ressusciter cette classe intermédiaire qui peut assurer la prospérité à un grand nombre des Congolais, Gabriel Tshitende rassemble tout le monde : décideurs politiques, structures étatiques, mais aussi entrepreneurs locaux. Il fait impliquer le gouvernement congolais à travers le ministère de l’Entrepreneuriat, Petites et Moyennes Entreprises (PME) dirigé par le ministre d’Etat Eustache Muhanzi Mubembe. Il a également frappé à la porte de l’Autorité de Régulation de Sous-traitance dans le Secteur Privé (ARSP). Pour Tshitende, cette structure étatique doit veiller à l’application stricte des dispositions de la loi 017/001 du 08 février 2017 fixant les règles applicables à la sous-traitance dans le secteur privé.

A côté de la quête du respect de cette loi par des entreprises donneuses d’ordre, Gabriel Tshitende a bien conscience d’une chose : le prétexte de manque d’expérience et de financement des sous-traitants congolais pousse ces sociétés à se tourner vers l’étranger. Pour couper l’herbe sous le pied de ces multinationales, l’homme multiplie des stratégies. « Nous formons des jeunes en fonction des besoins qui se présentent dans les différents contrats », a-t-il affirmé. Mais Gabriel Tshitende travaille aussi pour une culture bancaire des sous-traitants congolais ainsi que la mise sur pied d’un fonds de démarrage des projets pour favoriser les sous-traitants dans l’obtention des contrats sans peine. Devant une telle vision, son Club National des Sous-trai- tants enregistre énormément d’adhérents. Alors qu’il n’a été lancé officiellement qu’en octobre 2022 (existant depuis juin 2021), ce club compte déjà près de 850 membres repré- sentants tous les secteurs de la sous-traitance.

Ingénieur électricien diplômé en 1999 de l’Institut Supérieur des Techniques Appliquées (ISTA), cet ancien « Mushetuman » excelle depuis des dizaines d’années dans des projets de maintenance d’électricité, d’instrumentation et d’automatisation d’instruments.

Grâce à son profil technique, Gabriel Tshitende a récemment, à travers le CNS, formé 85 jeunes en câblage et chaudronnerie dans la province du Lualaba. Un coin du pays où des miniers ont énormément besoin de la fourniture en énergie électrique pour faire tourner l’industrie minière.

Des efforts qui paient…

Arriver à mobiliser tous les entrepreneurs, si pas la majorité d’entre eux, Gabriel Tshitende mise aussi sur la sensibilisation. Il n’hésite pas à participer à tous les fora où se discutent des sujets sur la sous-traitance ou des PME d’une manière générale. Lors de la sortie officielle du Club National des Sous-traitants, le directeur général de l’ARSP, Ahmed Kalej Nkanj, a reconnu ses actions. Pour lui, tous les efforts entrepris, jusque-là, dans la sensibilisation n’ont pas été vains.

Le pourcentage d’accès aux marchés par des sous-traitants congolais a sensiblement augmenté, a indiqué Ahmed Kalej. Mais surtout, fait-il remarquer, il y a une certaine appropriation par les Congolais d’une loi dont ils sont des bénéficiaires finaux. « C’est ici le lieu de féliciter les sous-traitants qui ont eu l’idée de se regrouper au sein du Club national des sous-traitants et d’y défendre leurs intérêts. Cette initiative est à encourager et je tiens à vous assurer du soutien de l’ARSP d’autant plus que l’objectif poursuivi par ce club contribuera à la réalisation de ses missions. », a-t-il déclaré.

Patron d’Elephant Trade…

Gabriel Tshitende est aussi cet ancien élève de l’Institut Technique Industriel de N’Djili qui a bien progressé dans le domaine de la sous-traitance en RDC. Présider aux destinées de ses collègues du secteur ne relève pas de la génération spontanée. Car, lui-même est patron d’une sous-traitance bien implantée dans le grand Katanga, particulièrement à Kolwezi, chef-lieu du Lualaba, où se trouve le siège de son entreprise, Elephant Trade.



Cette firme est une sous-traitance qui fournit un support professionnel dans le domaine électrique, de l’instrumentation et de l’automation. Outre son apport technique, Elephant Trade procure également la main d’œuvre locale et étrangère dans l’appui aux projets. Ses clients potentiels sont Kamoto Copper Company et Mutanda Mining du géant suisse Glencore. A ceux-ci s’ajoutent Tenke Fungurume Mining (TFM) et Metalkol (ERG Africa), des multinationales qui œuvrent dans le secteur minier.


Avec son cursus, Tshitende compte mener ce combat d’accès des sous-traitants aux marchés. Une fois que ces entreprises pourront prospérer dans les divers secteurs éco- nomiques, cela déboucherait, in fine, sur la création d’une classe moyenne tenue par des PME congolaises à même d’engendrer des millionnaires congolais.
C’est tout le sens de sa lutte !

Dido NSAPU

Continue Reading

Decouverte

Mélissa AMISI SHARUFA :« Plus vous parlez du cancer autour de vous, mieux ce sera pour votre santé et celle de vos proches »

Mue par une volonté infaillible de sauver des vies face à toutes sortes de cancer, Mélissa Amisi Sharufa est une véritable « guerrière ». A la tête de la Fondation Bomoko, structure qui a un centre de santé spécialisé dans la prise en charge du cancer en plein centre de Kinshasa, elle ne cesse d’appeler la population à se faire dépister, d’en parler, de contribuer, d’assister les malades, voire de les amener pour un accompagnement de dignité. La lutte que mène cette jeune entrepreneure sociale, qui estime que le cancer n’est pas une maladie taboue ou spirituelle, et que celui-ci peut être évité ou traité, mérite un accompagnement. Entretien.

Published

on

HESHIMA Magazine : Mélissa Amisi Sharufa, c’est depuis 2017 que vous luttez contre le cancer et depuis cette année, vous êtes à la tête du Centre de santé Bomoko. Cinq ans après, êtes-vous satisfaite de l’évolution des activités ? 

Melissa AMISI SHARUFA : Le Centre de santé Bomoko existe effectivement depuis le mois de février 2022. Depuis que nous avons lancé nos activités, tout se passe pour le mieux. De plus en plus le centre se fait connaitre dans le coin et nous avons un très bon retour, que ce soit des malades ou des personnes qui les accompagnent (familles, amis,…). 

Votre centre lutte contre les cancers notamment du sein, du col de l’utérus, de la prostate… S’il faut faire une évaluation, combien de malades a-t-il soignés à ce jour ? 

Grâce à la campagne que nous avions lancée en mars dernier, considéré comme mois de la femme et pour ne parler que de ce cas, on a dépassé la barre des 500 femmes consultées gratuitement au centre. Très vaguement, je peux dire que nous avons dépassé la barre de 600 à 800 personnes consultées à ce jour.

En créant le centre, quels sont les objectifs que vous vous étiez fixés? 

Le premier objectif était de pouvoir avoir une infrastructure qui nous permettrait de recevoir les malades atteints du cancer pour pouvoir les accompagner dans le dépistage et dans le traitement de leur maladie. Le deuxième objectif est d’évoluer dans nos activités médicales, plus précisément dans la prévention et le traitement des malades dans le sens où nous nous focalisons à apporter des soins à moindre coût et un accueil chaleureux, tournés vers le résultat et sur la guérison des malades. 

Le 4 février de chaque année, le monde entier célèbre la Journée mondiale de la lutte contre le cancer. Travaillez-vous avec le ministère de la Santé en ce qui concerne la prise en charge du cancer ? 

La Fondation Bomoko est partenaire du Ministère de la Santé depuis 2019 et nous faisons partie du consortium et structures qui luttent contre le cancer, gérées par le Centre national de lutte contre le cancer (CNLC), récemment lancé en République démocratique du Congo. 

Cette année, nous nous sommes alignés sur la série d’événements qui étaient organisés par le CNLC et nous avons également fait des activités en parallèle, que ce soit sur les réseaux sociaux ou sur le terrain, également avec des points de relais dans les provinces. 

Travaillez-vous aussi en collaboration avec le ministère de la recherche scientifique et Innovation technologique ? 

C’est vrai que la lutte contre le cancer implique également la recherche ; nous dans notre première phase d’activités qui couvrait la période allant de 2017 à cette année 2022, nous n’avions pas prévu des contacts ou des activités spécifiques avec le Ministère de la Recherche scientifique. Peut-être en phase deux de nos activités, à partir de l’année prochaine, nous pourrons entamer les démarches y relatives.

 Aujourd’hui avec le succès que les médias sociaux ont, il faut avoir des moyens pour payer les médias et faire la sensibilisation dans les quartiers populaires de Kinshasa. Faites-vous parfois appel au gouvernement ? 

Nous n’hésitons pas de faire appel au gouvernement dans toutes nos activités qui impliquent le grand public et les médias. Nous avons un problème, un des défis majeurs de notre structure est justement cette grande cible. La cible est tellement large qu’avec nos maigres moyens nous n’arrivons pas à couvrir un très grand nombre. Donc, à travers des accompagnements comme celui d’HESHIMA Magazine, nous avons la possibilité de toucher beaucoup plus de personnes et nous comptons sur ce type de partenariats pour nous aider à atteindre la plus haute hiérarchie du pays ou un plus grand nombre de donateurs pour pouvoir accompagner cette noble cause. 

En RDC, la Première Dame Denise Nyakeru Tshisekedi et l’ex Première Dame Olive Lembe Kabila travaillent ou appuient souvent les initiatives comme les vôtres. Les avez-vous contactées ? 

Des contacts officieux oui, mais pas encore des contacts officiels parce que comme vous le savez, les structures des Premières Dames sont organisées et ont généralement déjà leurs combats. Aussi, il faut dire que la lutte contre le cancer ne s’inscrit pas forcement dans leurs lignes d’action directe. Elles peuvent néanmoins intervenir ponctuellement pour un ou deux cas.

 Nous réfléchissons en interne sur un moyen ou une meilleure approche pour pouvoir les intéresser directement à notre cause. Donc, par exemple, la Distinguée Première Dame Denise Nyakeru s’occupe principalement de l’éducation et de la lutte contre la drépanocytose, en plus de ses nombreuses et grandes activités. L’ancienne première dame avait un combat un peu plus large dans le domaine de la santé, mais cela ne touche pas principalement le cancer. Donc, nous travaillons en interne pour proposer une mesure commune pour affronter cette maladie. Je suis certaine que dans les mois à venir nous trouverons certainement un moyen de pouvoir les contacter, cette fois-ci de manière officielle.

 D’autres personnalités comme Moïse Katumbi, ce n’est pas une propagande, ont toujours appuyé des initiatives caritatives. Peut-être que vous ne savez pas comment les contacter ?

 De manière officielle nous n’avons pas encore entamé des démarches auprès des acteurs politiques, je vous l’ai dit, de manière officieuse oui. Mais, cela reste un peu timide. L’accompagnement ne se fait pas encore sentir comme tel parce que c’est un combat qui demande beaucoup de moyens, qui demande une plus grande implication. On ne sait pas s’engager dans le cancer à moitié. Soit on y va à 100 %, soit on n’y va pas et on travaille en interne pour trouver un moyen d’y aller de manière plus collégiale ; ce qui n’est pas encore le cas.

 Qu’est-ce qu’il faut pour que le dépistage et le traitement des cancers soient gratuits en RDC ? 

Il faut des subventions au niveau de l’Etat, il faut une plus grande implication au niveau des citoyens car on a très peu de personnes qui contribuent de manière directe et volontaire. Nous imputons cette faille à la culture congolaise qui ne favorise pas forcément le partage de manière spontanée et le manque de confiance criant qui caractérise notre société parfois. Également, nous avons besoin de créer un mécanisme plus efficace d’autonomisation dans les associations car cela permettrait, sur le moyen terme, de pouvoir offrir des dépistages gratuits. 

Nous l’avons fait pour le mois de mars, nous comptons le refaire en octobre, qu’est un mois dédié au cancer du sein et certainement dans les années à venir ce sera tout au long de l’année avec un certain nombre d’examens gratuits pour aider et soulager les familles et les malades.

Par rapport à la sensibilisation, comme le cancer est encore considéré dans la population congolaise comme un tabou, quand descendriez-vous dans des endroits bien spécifiés comme les lieux du maraichage, les marchés (Liberté, Matete, Gambela…) ? 

Depuis 2017, année où nous avons lancé notre Fondation, les deux premières années étaient focalisées sur les activités de terrain. Donc, nous allions vers les écoles, les églises, les universités ; nous sommes allés même deux fois à la prison de Makala et à partir de la troisième année, on a commencé à faire un peu plus du bruit dans les médias (les radios, les télés, la presse écrite et en ligne) pour pouvoir essayer d’atteindre au maximum les personnes qui sont susceptibles d’être touchées par le cancer. Là présentement, nous sommes en phase où nous étions préoccupés par le lancement du centre.

Nous comptons relancer les campagnes sur le terrain à partir du mois d’août de cette année pour pouvoir encore marteler sur ce message-là. Nous irons encore dans des marchés, auprès des mamans qui vendent, dans les églises, dans les écoles et les universités pour pouvoir encore parler du cancer, briser le tabou, inciter les gens à venir au centre se faire dépister et sauver plus de vies. 

Quel message lancez-vous aux potentiels partenaires ? 

Aux partenaires et à toutes les personnes qui nous lirons à travers le magazine HESHIMA, nous lançons un appel de solidarité, nous avons besoin de vos dons, de vos contributions, que ce soit une contribution financière ou matérielle, parce que vous savez qu’un centre ne survit pas que par l’argent, mais également par tout ce qui peut permettre à nos médecins de bien exercer leur métier ; cela peut être des seringues, des machines pour des examens,… bref nous avons besoin de toutes formes de contributions pour pouvoir mener à bien notre combat. Le cancer touche beaucoup de personnes, je suis certaine que toutes les personnes qui vont nous lire auront un point d’attache avec ce que nous poursuivons comme combat et nous croyons qu’ils ne vont pas rester insensibles. Que ce soit avec 500 FC ou une seringue, bien plus encore, ne fut-ce que parler du cancer autour de soi, c’est déjà une forme de contribution et elle est la bienvenue.

 Quels conseils pouvez-vous donner à ceux qui n’ont pas l’habitude de faire un checkup annuel ?

 Le check-up annuel est une question d’abord de choix et de décision personnels. Pour avoir perdu des proches parceque les examens étaient faits en retard, je suggère à ces personnes d’aller voir le médecin ne-fut ce qu’une fois l’an et même lorsque tout va bien. Prendre cette décision personnelle, c’est bien pour sa vie et pour les proches qui souffrent généralement lorsque la personne est malade. Le cancer est une maladie que l’on peut éviter aujourd’hui grâce à la bonne alimentation, au bon rythme de vie, à la pratique du sport…et il faut maximiser la diffusion de l’information parce que la garder uniquement pour vous ne vous encouragera pas d’aller voir un médecin, par exemple. Plus vous parlez du cancer autour de vous, mieux ce sera pour votre santé et celle de vos proches.

 Propos recueillis par Hubert MWIPATAYI

Continue Reading

Decouverte

Gloria Mbuya : une journaliste pour son potentiel, pas pour sa féminité…

Peau maronne. Un flegme rare devant l’objectif de la caméra. Diction et modulation correctes, visage télégénique, cette présentatrice de Télé 50 ne manque pas de qualité. Ce qui la pousse à assurer que son intégration dans l’unique télévision de sa carrière n’est pas du fait de sa féminité… Portrait !

Published

on

 

Loin des clichés sexistes, Gloria Mbuya Mutala a déjà fait un nom dans la presse kinoise, si pas congolaise. Celle dont la carrière professionnelle a débuté, en 2011, par « un heureux concours de circonstances » souligne cependant qu’elle a été repérée à cause de son potentiel et non parce qu’elle était… simplement femme. « J’ai commencé comme journaliste stagiaire à Télé 50 alors que j’étais encore étudiante en 3ème graduat, à la Faculté des Lettres de l’Université de Kinshasa. », explique-t-elle à Heshima Magazine.

 Prise d’un vague à l’âme après un échec surprise en 3ème année de graduat, Gloria Mbuya va tenter de « chasser » son mal-être à travers un stage professionnel. « Il est rarissime de voir un étudiant reprendre en 3è graduat après avoir franchi – sans peine – les promotions dites difficiles comme celle de 1er Graduat, à cause des difficultés d’adaptation, et celle de 2ème Graduat car la matière y est plus corsée, les enseignants supposant que vous devenez mûrs. Cet échec que je n’avais pas vu venir et que j’attribue à une forme «d’injustice académique », le fameux manque de cote, due au désordre qui règne parfois dans nos établissements universitaires, m’avait bouleversé. Bouleversement compréhensible car jamais je n’avais connu d’échec durant mon parcours scolaire. Abattue, pour m’aérer l’esprit, j’ai opté pour un stage professionnel plutôt que pour un stage académique classique », relate-t-elle.

Pendant qu’elle poursuivait encore des études des lettres en sciences de l’Information et de la Communication, Gloria  va affronter un casting dirigé personnellement par le patron de Télé 50, après avoir déposé sa lettre de stage. « Seule étudiante, jeune et frêle, j’ai pu trouver la force et l’assurance pour faire face à une trentaine de personnes dont des journalistes expérimentés venus aussi tenter leur chance. », se souvient-elle.

Un talent détecté par Kassamba !

 Après ce début ainsi que cette décennie de carrière menée au sein de Télé 50, Gloria Mbuya se montre reconnaissante vis-à-vis d’un homme : Jean-Marie Kassamba. Celui-là même qui l’auditionnait parfois des yeux mi-clos – lors du casting – afin de mieux apprécier le timbre vocal, la diction ou encore juger la modulation de sa voix. « Jean-Marie Kassamba, à qui je rends un vibrant hommage, c’est mon père professionnel. Ce n’est pas rien ! Il avait dit qu’il avait décelé en moi un immense potentiel, malgré ma jeunesse et mon statut d’étudiant de l’époque », reconnait-elle.

Elle témoigne la même gratitude à « JMK » pour lui avoir permis de combiner les études et la profession. Ce qui lui a permis de décrocher, en 2014, son diplôme de licence en Journalisme Politique extérieure. Cela, après avoir fait des humanités en latin philosophie au lycée Bosangani (exSacre-cœur).

Etre femme, pas une excuse !

Dans son parcours, Gloria Mbuya n’a pas connu trop d’obstacles liés à sa condition féminine. D’ailleurs, elle pense même qu’être femme ne doit pas être une excuse. « Je n’ai pas rencontré des difficultés particulières, car j’ai bénéficié des mêmes chances que les hommes, du fait que j’ai été jugée, mieux, sélectionnée sur base de mon potentiel, et non de ma féminité. », a-t-elle insisté. Estimant qu’être femme n’est pas une faiblesse. « Sans méconnaître certaines tares de notre société par rapport aux femmes, je pense qu’il faut tout simplement savoir se faire respecter. Le respect ne se mendie pas, il se mérite. Pour l’avoir, il faut notamment de la rigueur, la discipline, le désir du travail bien fait, et la détermination. », souligne Gloria Mbuya.

Surnommée « Gloriwood » par son mari, Israël Mutala, une contraction de Gloria et de Hollywood pour son côté glamour, cette épouse nourrit  aussi des ambitions d’ouvrir une entreprise de mode, en dehors d’une agence de communication. « J’aime la mode, l’art, et le design », argue-telle. Mais elle pense aussi aux plus démunis, spécialement aux jeunes filles : « J’ambitionne de mettre sur pieds une ONG pour donner des soins de santé et de l’éducation aux enfants congolais les plus défavorisés, particulièrement aux jeunes filles. » 

Olyncia Muhong Kashema

Continue Reading

NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

Trending

You cannot copy content of this page
WeCreativez WhatsApp Support
Notre rédaction est là pour répondre à toutes vos préoccupations. N'hésitez pas !
👋Bonjour, comment puis-je vous aider ?