Nous rejoindre

Economie

LOI SUR LE PETIT COMMERCE: LE GOUVERNEMENT est-il de connivence avec les expatriés ?

En RDC, gouvernements et régimes se succèdent. Mais, à l’instar de faire passer un chameau par le chas d’une aiguille, l’application de la loi sur l’exercice du petit commerce en République démocratique du Congo demeure difficile.

Published

on

 La faiblesse de l’Etat congolais demeure manifeste concernant l’application de la loi portant exercice du petit commerce et du commerce de détail. Le gouvernement congolais et ses autorités ne s’emploient pas, non seulement à appliquer la loi, mais également à résoudre ce problème. Ce, malgré les cris de détresse et dénonciations des nationaux. Les Ouest-Africains, les Pakistanais, Indiens, Libanais ainsi que les Chinois continuent à exercer en toute illégalité le petit commerce.

Quid de la rigueur de la loi ?

Il est incompréhensif qu’une année après que le chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, au cours de la 48ème réunion du Conseil des ministres, tenue le 11 septembre 2020, ait invité le gouvernement à faire respecter les lois sur le petit commerce et le commerce de détail, et que celui-ci n’ait pas été entendu. Par le passé, il était arrivé que le gouvernement feigne de faire quelque chose mais, sans réellement avoir la volonté d’y aller jusqu’au bout ou de juguler définitivement le problème. Le laisser-faire constaté à l’époque de Mobutu s’est poursuivi sous les régimes Kabila et cela continue aujourd’hui sous Tshisekedi.


En 2013, le ministre de l’Economie, Jean-Paul Nemoyato, avait scellé une dizaine de magasins tenus par des expatriés qui continuaient à exercer le petit commerce. Un moratoire leur avait été accordé afin de cesser l’exercice du petit commerce. Seulement, à l’instar des autres secteurs, il n’y a jamais eu de suivi. En guise de protestation et de dénonciation, le Syndicat national des vendeurs du Congo (SNVC) a organisé, le 28 septembre 2021, un mouvement de grève sur toute l’étendue de la République. En tant que nationaux, la loi leur consacre l’exclusivité de l’exercice du petit commerce, mais, ils ne savent quoi faire face aux étrangers qui dominent le secteur. Les expatriés, d’après la même loi, doivent se limiter à faire le commerce d’exportation ainsi que le commerce de gros et de demi-gros. 

Tout laisse croire qu’il existe une sorte de connivence entre les autorités de l’Etat et les expatriés. Car, en plus d’être grands importateurs, grossistes… ils (expatriés) ne font qu’exceller dans l’exercice du petit commerce et le commerce de détail, contrairement à ce que stipule l’Ordonnance-loi n°79-021 du 2 août 1979. Ils vendent toutes sortes de denrées, marchandises ou objets de consommation courante. A Kinshasa, on les trouve partout : au Grand Marché, à Gambela, au Rond-point Ngaba, à l’UPN…

Un coup porté contre l’entrepreneuriat

 Le but du privilège de l’exclusivité de l’exercice du petit commerce accordé aux nationaux est de favoriser l’entrepreneuriat national et l’émergence d’une Classe moyenne. Malgré la pression exercée notamment par le SNVC, il n’y a aucun changement. Les Congolais sont toujours clochardisés.

Par ailleurs, ceux qui travaillent dans les commerces tenus par les expatriés dénoncent régulièrement leurs conditions de travail et exigent à tout moment l’application du Salaire minimum interprofessionnel Garanti (SMIG). Au sujet du non-respect du SMIG par les employeurs expatriés, une question orale avec débat a été adressée le 21 octobre 2021 à la ministre de l’Emploi, Travail et Prévoyance sociale, Claudine Ndusi, par le député national Paul Tshilumbu.

Hubert Mwipatayi

Economie

L’affiliation avec des paris sur le site 1xBet est une véritable source de revenus

Published

on

Une coopération avec un bookmaker fiable signifie qu’on peut gagner de l’argent non seulement en pariant sur le sport. Il est désormais également possible de générer des revenus en promouvant les activités de la société. L’affiliation paris sur le site 1xBetaffiliates.net/fr/ vous attend. Dans un premier temps, il faudra effectuer une simple inscription, et si la réponse des représentants de l’agence sera positive, alors vous pourrez commencer à populariser les activités de la marque.

Vous devez promouvoir les services du bookmaker en utilisant tous les canaux de communication possibles avec les utilisateurs :

  • des groupes et pages sur les médias sociaux ;
  • des sites propres (sites uniques et réseaux de satellites) ;
  • des forums ;
  • des newsletters par mail ;
  • des chats de toutes sortes.

Le bookmaker vous fournira tout le matériel nécessaire à la publication. Les informations sont disponibles dans plus de 60 langues et sont constamment mises à jour. Un lien spécial doit être inséré dans la publication. Si les utilisateurs cliquent dessus et s’inscrivent, le bookmaker en tiendra compte dans le calcul de votre commission. Celle-ci est versée une fois par semaine. Le montant de la commission peut varier, il est donc important d’encourager les abonnés à parier régulièrement.

Commencez à gagner avec le programme d’affiliation 1xBet aujourd’hui

La coopération avec le bookmaker éprouvé a des avantages. Le programme est mis en œuvre le mieux possible, le partenaire n’a qu’à faire connaître la marque, ce qui génère des revenus. Voici quelques-uns des avantages de l’affiliation avec des paris sur le site de la société 1xBet :

  1. Statistiques détaillées. La progression actuelle de l’attraction des clients, les fonds reçus, l’activité de renvoi – tout cela est rassemblé dans un espace personnel.
  2. Assistance personnelle. Chaque partenaire dispose d’un spécialiste individuel qui l’aide à résoudre les difficultés techniques et lui fournit même des consultations de marketing.
  3. Automatisation de tous les paiements. 160 méthodes différentes peuvent être utilisées pour effectuer des transactions. Parmi cette variété, il n’est pas difficile de choisir les bons. Les cartes bancaires et les portefeuilles électroniques sont également disponibles.

Tout ce dont vous avez besoin pour une publicité de qualité est fourni par l’agence de bookmaker. Vous ne devez pas penser à créer votre propre contenu – il suffit de prendre le matériel et de le publier. Avec un minimum de travail, le parrain obtient un profit maximal – ce sont des conditions idéales sur le marché des paris sportifs.

Parlez à vos abonnés de la société et des avantages de jouer avec elle, et le bookmaker ne manquera pas de vous récompenser généreusement.

Continue Reading

Economie

Conjoncture, lorsque les prix deviennent vertigineux dans nos marchés

La surchauffe des prix des biens et services, il y en a eu en République démocratique du Congo. Mais la hausse constatée actuellement sur le marché a atteint de degrés inimaginables. Avec une économie tournée vers l’extérieur, tous les ingrédients d’exacerbation de la crise se sont comme donnés rendez-vous pour asphyxier les consommateurs : covid-19, guerre en Ukraine…

Published

on

 Pays à économie extravertie, la République démocratique du Congo est triplement frappée par l’inflation et les effets de la crise se font sentir significativement dans des ménages. Pour Jean-Claude Masangu Mulongo, ancien gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), la situation du pays est plus que préoccupante, étant donné que son économie dépend des importations. Du coup, l’Etat et les consommateurs sont sous-pression face à la non maitrisable hausse généralisée des biens et services constatée sur le marché.

Après la crise créée par le Covid-19, la guerre en Ukraine est venue mettre en mal les chaines d’approvisionnement mondiales avec la pénurie du carburant à la pompe. Conséquence, alors que la surchauffe des prix des biens de première nécessité était déjà un cassetête pour la majorité de la population congolaise, sa tendance devient haussière. Sans qu’il n’y ait de dévaluation de la monnaie nationale, les prix des denrées de grande consommation (surgelés, vivres secs, produits manufacturés et autres) ont tous pris de l’ascenseur. 

Une augmentation exagérée

 Dans tous les marchés de Kinshasa (Rond-point Ngaba, Gambela, Somba Zikida, Liberté, Matete…), les prix ont considérablement augmenté. Un sac de farine de froment est passé de 68 000 à 93 000 FC et celui du ciment gris de 50 kilos de 8,3 à 10 dollars. L’augmentation est surtout observée en ce qui concerne les vivres frais : poissons chinchards, poulets, cuisses de poulets… Un carton de chinchards 16+ qui se vendait à 73 000 FC, se vend maintenant à 120 000 FC. Celui de 20+ est passé de 120 000 à 170 000 FC. Vendu naguère à 45 000 FC, le carton de poulets se vend présentement à 85 000 FC. Pour ce qui est de vivres secs, le constat est le même. Un bidon d’huile de palme de 25 litres se négocie actuellement à 52 000 francs, alors qu’il se vendait dans un passé récent à 45 000 FC. 

Les autres produits ne font pas exception. Au marché de Rondpoint Ngaba, un sac de braise se vend entre 40 000 et 45 000 FC. De même, les feuilles de manioc, les gombos, les amarantes…subissent la même loi : une botte d’épinards passe de 2000 à 3000 FC. Toutefois, l’inflation concerne aussi bien la capitale que l’arrière-pays. A Mbuji-Mayi (Kasaï Oriental), par exemple, un casier de bière (Dopel Munich, Skol, Simba, Tembo…) coûte 60 voire 70 000 FC, alors qu’il se vendait à 42 000 francs. Du coup, une bière est passée de 4500 à 8 000, voire 9 000 FC.

Diverses causes à la base…

Depuis l’époque du gouvernement Ilunkamba, les prix des denrées alimentaires connaissaient déjà une augmentation persistante. La hausse est devenue davantage vertigineuse sous Jean-Michel Sama Lukonde, avec comme ministre de l’Economie nationale, Jean-Marie Kalumba, déchu de ses fonctions le 30 mars 2022 à l’Assemblée nationale. N’ayant rien fait pour stopper l’envolée des prix, Jean-Marie Kalumba était visé par une motion de défiance pour plusieurs griefs ; notamment la hausse de prix des produits de première nécessité et la mauvaise gestion des 20 millions de dollars débloqués par le gouvernement pour l’achat des chinchards. 

Nonobstant cela, certains vendeurs de Kinshasa justifient la hausse des prix par la multiplication des taxes qui ne leur permettent plus de réaliser des bénéfices. D’après Jean-Paul Nemoyato, ministre congolais honoraire de l’Economie, la hausse des prix des biens et services en RDC se justifie par trois faits, notamment le cumul des marges bénéficiaires par certains opérateurs économiques. « Il y a des opérateurs économiques qui sont à la fois importateurs, négociants en douane, transitaires, transporteurs, grossistes et détaillants, alors que la loi prohibe ce type de comportement », explique t-il. Les deux autres raisons qui justifient l’augmentation, indique-t-il, sont « le commerce triangulaire et la manipulation à souhait des prix Fob et Cif ». 

Une crise mondiale ! 

Début mars, au terme d’un travail de trois jours, une mission du Fonds monétaire international (FMI) avait alerté sur une probable baisse d’activité en raison de l’envolée des prix de l’énergie. Parmi les risques évoqués par le FMI, il y a la hausse des prix mondiaux des denrées alimentaires en raison de la crise russo-ukrainienne. Certaines sources économiques renseignent que les prix de la majorité des produits alimentaires de base s’envolent sur le continent entier. D’après Ollo Sib, analyste de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM/WFP) pour l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Ouest, cette région (Afrique centrale) était déjà en alerte au dernier trimestre de 2021, avec une hausse de 39% des prix alimentaires par rapport à la moyenne sur la même période des cinq dernières années.

 Hubert MWIPATAYI

Continue Reading

Economie

Conséquences de la délinquance financière: l’IGF sensibilise les professionnels des médias

L’Inspecteur général des finances, Chef de service, Jules Alingete Key, s’est entretenu, le 12 avril 2022, avec les professionnels des médias. Depuis plusieurs jours, l’Inspection générale des finances (IGF) conscientise les différentes couches socioprofessionnelles sur la lutte contre la prédation financière en RDC.

Published

on

 Dans le cadre de sa 5ème journée d’échange citoyen, les responsables de l’Inspection Générale des Finances (IGF) ont échangé, mardi 12 avril, avec les professionnels des médias. Organisés dans le nouvel amphithéâtre Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, ces échanges ont porté sur la thématique : «Lutte contre la prédation financière enclenchée par le chef de l’Etat à travers l’IGF : quel rôle pour les femmes et hommes des médias». 

Cette rencontre s’est inscrite dans le cadre de la stratégie mise en place par l’IGF pour sensibiliser les différentes couches socioprofessionnelles contre la corruption et le détournement de deniers publics. « L’IGF a pris la résolution de sensibiliser nos compatriotes sur les conséquences de la délinquance financière dont font preuve plusieurs gestionnaires publics recrutés en majorité dans la classe politique. Cette sensibilisation n’a pas de prix au regard de la déroute infligée à la prédation », a écrit sur Twitter, Jules Alingete Key, à l’issue de cette cinquième journée de sensibilisation. 

Après avoir été nommé par le président de la République, en juillet 2020, l’actuel Inspecteur général des finances, Chef de service, a révolutionné la lutte contre la prédation et les détournements des deniers publics. Dans une année, l’Inspection générale des finances se dit fière d’avoir mis fin à la prédation dans plusieurs entreprises mixtes et celles du portefeuille de l’Etat. « A ce jour, grâce à la combinaison des sanctions administratives et judiciaires, certains mandataires se retrouvent en prison pendant que d’autres ont été suspendus. », affirme Jules Alingete Key. 

Le patron de l’IGF note que sa structure de contrôle compte 30 mandataires ‘’neutralisés’’ et 20 entreprises publiques ‘’sauvées’’ en l’espace d’une année. «C’est bien une première dans l’histoire de l’Inspection générale des finances que les gestionnaires mis en cause soient traduits en justice. De l’histoire de notre service, on ne mettait en cause que les comptables ou les directeurs financiers. C’est pour la première fois qu’on a mis le curseur plus haut, et nous avons commencé petit à petit à avoir des résultats», s’est-il félicité. 

Mais celui que certains Congolais surnomment « Clé boa » entend étendre la sensibilisation contre le détournement et la corruption à tous les échelons de la société congolaise. «Vous êtes une force, et vous devez communiquer de la meilleure façon afin que le message soit compris de tous », a-t-il lancé aux professionnels des médias. Alingete pense également que l’implication des journalistes permettrait d’accroître la campagne de sensibilisation des Congolais sur le vrai rôle que l’IGF joue pour le développement de la République démocratique du Congo. 

« Le détournement des deniers publics crée l’enrichissement d’une minorité de gens. Il ne faut pas que les gestionnaires publics viennent pour s’enrichir. Ils doivent servir le pays. Le détournement des deniers publics aggrave le sous-développement avec ses corollaires, la misère et la pauvreté. Les pays les plus corrompus sont sous-développés. 

Et les pays les moins corrompus sont développés. », a-t-il expliqué, estimant que même le chômage dont on se plaint aujourd’hui est une conséquence de la corruption qui règne au pays.

Résultats probants

Le Chef de service adjoint de l’IGF, Victor Batubenga Pandamadi a évoqué au cours de cette cinquième journée les actions fortes posées par l’IGF depuis la mise en place des nouvelles réformes au sein de cette structure de contrôle rattachée à la Présidence de la République. 

En ce qui concerne les recettes, l’IGF, au travers du déploiement de ses inspecteurs, a pu supprimer des procédures illicites qui couvraient le détournement. L’IGF a aussi détecté des exonérations illégales de certains partenariats qui, contre toute attente, sont allés jusqu’à près de 5,4 milliards de dollars américains comme manque à gagner. En plus d’empêcher le détournement des deniers publics et de stopper la mégestion, grâce au travail de l’IFG, plusieurs millions de dollars américains ont été repris dont la somme de 1,5 millions de dollars américains de fonds détournés au ministère de l’Agriculture, 712.988 dollars de la prime des agents de la riposte contre Covid-19. Mais également plus d’un million de dollars à la Fédération congolaise de football association (FECOFA).

 Victor Batubenga a aussi épinglé l’amélioration de la trésorerie de certaines entreprises et établissements publics tel qu’à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Mais, également, une nette amélioration des finances du Trésor public.

 Heshima

Continue Reading

NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

Trending

You cannot copy content of this page
WeCreativez WhatsApp Support
Notre rédaction est là pour répondre à toutes vos préoccupations. N'hésitez pas !
👋Bonjour, comment puis-je vous aider ?