Nous rejoindre

Published

on

C’est avec ces mots forts que Jeanine Mabunda Lioko Mudiayi prend officiellement ses fonctions de Présidente du Bureau de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo. A cet instant, une lumière étincelante pouvait être perçue dans les yeux éblouis des uns alors que d’autres personnes plus sceptiques s’adonnaient à des invectives et paroles limitatives. D’un bord à un autre, une question unique revenait : que fera-t-elle ?
Plus d’un an après son élection historique, Heshima Mgazine revient sur le bilan de la Présidente de la Chambre basse du Parlement congolais.

Un bilan à mi-parcours plus qu’élogieux !
Une Administration efficace
Aussitôt élue, Jeanine Mabunda s’est investie à connaître ses collaborateurs, ceux de l’Administration surtout. A cet effet, elle a effectué le mardi 30 avril 2019, une descente dans les locaux du Secrétariat Général de l’Assemblée nationale, cette Administration qui compte pas moins de 600 agents.

Des services administratifs proprement dits (Direction des Services généraux, Direction du matériel, Direction des relations publiques, protocole, presse et information et Direction médico-sociale) en passant par les services techniques (Bureau d’Etudes, Direction des séances, Direction des commissions et Direction de la Documentation), la speaker de l’Assemblée nationale a touché du doigt le quotidien de travail de ses équipes.

Après sa visite, la Présidente du Bureau de l’Assemblée nationale avait promis de déployer des efforts pour l’amélioration de la situation de ces agents, notamment ceux communément appelés « nouvelles unités » dans le strict respect des dispositions du Statut des agents de carrière des services publics de l’Etat.

Une année après sa prise des fonctions, l’Honorable Mabunda Lioko a profité d’une cérémonie d’échanges de voeux avec les 600 agents de son Administration pour dresser le bilan de son action :
✔ L’amélioration du cadre de travail avec la réhabilitation de l’enclos du Palais du Peuple ainsi que la rénovation des toilettes et d’autres infrastructures ;
✔ Mise en place d’un nouveau logiciel “Sage” pour une meilleure gestion de la paie et du personnel ;
✔ Une prise en charge conséquente des soins médicaux des agents ;
✔ Différentes missions organisées en faveur des agents dans le cadre du renforcement des capacités de ces derniers ;
✔ La réévaluation de l’assistance sociale (décès) des agents ou leurs proches ;
✔ Un soutien à la préparation de la scolarité des enfants des agents et cadres.
Avant la propagation de la pandémie à Covid- 19, la Présidente de l’Assemblée nationale, s’était engagée à continuer ces efforts en vue de l’amélioration des conditions de vie et de travail du personnel dans la mesure des moyens reçus par l’exécutif.

Des réalisations législatives à foison !
L’adoption du premier budget de la République depuis l’alternance politique en RDC, estimé à près de 10 milliards de dollars américains. Une première pour ce pays immensément riche mais dont les conflits armés et guerres n’ont pas facilité le décollage économique. Une occasion pour Jeanine Mabunda de rappeler tout l’intérêt de ce budget pour l’amélioration de la situation des congolais du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest.
La législature de Jeanine Mabunda est aussi celle qui sera marquée par le vote de la loi portant protection des peuples autochtones, le 07 juin 2020 à l’issue d’un vote massif des Députés nationaux, décidés à protéger des peuples jusqu’ici stigmatisés. Un succès notable et une loi historique qui va, assurément changer le cours de la vie de ces peuples qui souffrent des regards condescendants du reste de la société et qui continuent à vivre en retrait, à l’exemple des pygmées vivants à l’écart dans la grande forêt équatoriale. Soixante années après l’Indépendance, la République Démocratique du Congo n’avait jamais légiféré en la matière. La législature Mabunda est donc venue en salvatrice pour redonner du sourire aux plus marginalisés de la société congolaise.

L’Histoire retiendra également que sous la législature Mabunda que fut examinée et adoptée la proposition de loi portant sur la protection et les promotions des droits des personnes vivant avec handicap. Il faut signaler que la RDC compte environ 10 Millions de Personnes vivants avec handicap et cette proposition de loi vise à offrir à ces congolais le minimum de conditions de survie et à les sortir de la marginalisation dont ils sont très souvent victimes.

« De mes tournées ou rencontre avec le congolais ordinaire, celui-ci attend, des Institutions de la République, un effort incarné et réel en matière de la lutte contre la corruption : ce sera une des priorités de la présente Législature » disait Jeanine Mabunda lors de l’ouverture de la session ordinaire de mars 2020. A la fin de la session, on peut compter deux propositions de lois examinées et votées contre la corruption : l’agence nationale de lutte contre la corruption avec statut d’institution d’appui à la démocratie et une modification du code pénal qui renforce les sanctions contre les actes de corruption.

Une tournée inter-provinces afin de palper du doigt la situation des populations congolaises vivant dans l’arrière-pays. De Lisala dans la Province de la Mongala à Bukavu dans le Sud-Kivu, Jeanine Mabunda, accueillie dignement, a promis de poursuivre le combat en faveur de la situation des populations des provinces.

Gestion de la Covid-19
La République Démocratique du Congo frappée de plein fouet par la crise sanitaire de Covid-19, la Présidente de l’Assemblée nationale s’est levée afin de soutenir des provinces touchées. C’est le cas de la Province du Kongo central, deuxième terrain le plus touché après Kinshasa. L’Honorable Mabunda a remis à une délégation de cette province un chèque symbolique de 20 000 dollars américains ; posant dans la foulée le même geste en faveur de la province de l’Equateur encore touchée par la maladie à virus Ebola. Avant cela et soucieuse du bien être des agents de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda a tenu à octroyer des kits Covid à tous les agents dont une partie des équipements était destinée à leur domicile.

Accompagnement de la jeunesse
La Présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, a procédé, le vendredi 24 juillet, dans la salle des banquets du Palais du Peuple, à l’installation officielle du nouveau comité directeur du réseau des jeunes parlementaires de la Chambre basse du Parlement. Ce comité est présidé par le député national Auguy Kalonji, élu de la Tshangu à Kinshasa pour le compte du Front Commun pour le Congo.

« Nous n’allons pas accepter que l’immunité parlementaire soit remise en cause. Il s’agit de l’immunité des parlementaires, mais aussi des sénateurs et des ministres. »

« C’est ce réseau qui doit concourir à l’élaboration des lois qui favorisent les activités des jeunes notamment l’éducation. Ce réseau doit être un cadre qui facilite les échanges d’expériences entre les jeunes congolais et ceux d’autres pays », a souhaité Jeanine Mabunda.

Encouragement de l’entrepreneuriat des jeunes
30 000 dollars américains, telle est l’enveloppe que l’Honorable Jeanine Mabunda a débloquée pour soutenir des projets d’entrepreneuriat des jeunes congolais. Il s’agit des projets :
1. Le Bulbe qui est une jeune entreprise agricole, spécialisée dans la production des légumes, elle est située dans la zone agricole de la commune de Maluku sur une superficie de 20 hectares, avec une capacité de production de 40 tonnes des légumes l’an. Porteur de projet Nathan Kamba
2. Recoplast qui compte recycler les déchets plastiques pour en faire des granulés et de l’éco bois, une alternative au bois ordinaire permettant de faire des chaises et tables écologiques et durables. Il faut noter que la ville de Kinshasa produit plus de 3000 tonnes de déchets plastiques par an. Porteur du Projet : Éric Casinga3. Luka Pharma, application mobile qui est un moteur de recherche qui permet en 3min d’avoir l’itinéraire vers les pharmacies les plus proches où les médicaments que vous cherchez sont disponibles en temps réel. L’application permet de payer via mobile money et d’être livré à domicile. Porteur du Projet : Ulrich Kouesso
4. Le projet Farine de Fruit à Pain Pridi : consiste à la transformation des fruits à pain en farine pour boulangerie et pâtisserie, une farine adaptée aux diabétiques, aux affections du coeur pour l’amélioration de leur état sanitaire et la prévention des non-diabétiques. Porteuse du Projet : Didi Private.

Ancienne Directrice Générale du Fonds de Promotion de l’Industrie, la Présidente de l’Assemblée nationale connaît l’importance de l’entrepreneuriat dans le développement d’industries et la création d’emplois. Une motivation suffisante pour elle dans l’optique de soutenir des projets allant dans ce sens.

Dure à cuire et intraitable pour le bien des élus !
Plus d’une fois, l’Honorable Mabunda a été en première ligne pour émettre son avis sur l’actualité en RDC et surtout pour jouer le bouclier protecteur lorsque l’Assemblée nationale est directement visée par des attaques politiciennes ou autres techniques propres à la sphère politique congolaise.

Quand des personnes non autrement identifiées désacralisent le Palais du Peuple, siège de l’Assemblée nationale ou encore constituent une menace pour les élus du peuple, Jeanine Mabunda n’hésite à monter au créneau pour dénoncer avec la dernière énergie.

Le 12 juin 2020, face à la dépréciation de la monnaie locale, le franc congolais et le retard connu dans l’allocation de certains droits reconnus aux élus, la Présidente de la Chambre basse, en mère et leader, a été le porte-voix de ses collègues auprès du Président Tshisekedi afin que les représentants de la population travaillent dans des conditions sociales optimales en vue d’un rendement efficient pour l’intérêt général.

Un autre dossier sur lequel la Présidente de l’Assemblée nationale s’est montrée intraitable, est celui qui touche à l’immunité des Députés nationaux. Pour cause, l’arrestation en procédure de « flagrance » de Jean-Jacques Mamba, élu du MLC (Mouvement de Libération du Congo), accusé de faux et usage de faux.

L’élu de la Lukunga était à l’origine d’une pétition visant la destitution de Jean-Marc Kabund, Premier Vice-Président de l’Assemblée nationale et Président ad intérim de l’Udps, (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), parti présidentiel. Suite, au déni d’un Député national, Simon Mpiana qui ne reconnaît pas avoir signé ladite pétition, la Cour de Cassation s’est chargée d’arrêter manu militari, le Député national, trouvé en famille dans une tenue peu commode.

Saisie de l’affaire, l’Honorable Mabunda s’est exprimée sur un ton de révolte à peine caché : «Nous n’allons pas accepter que l’immunité parlementaire soit remise en cause. Il s’agit de l’immunité des parlementaires, mais aussi des sénateurs et des ministres».

La force de caractère de Jeanine Mabunda s’est encore illustrée lors l’ignoble bagarre qui a précédé le vote pour la destitution de l’honorable Kabund-a-Kabund.

Alors que leurs différentes motions de procédure ont été jugées non fondées, des députés pro-Kabund se sont lancés dans une bagarre dans l’enceinte de l’hémicycle. Imperturbable, la speaker de l’Assemblée nationale a poursuivi son speech affirmant même avoir été informée, au préalable des possibles troubles au cours de la plénière.

De par ses convictions, son combat, son abnégation pour la construction d’une image de marque de l’Assemblée nationale et surtout sa volonté à marquer réellement l’histoire politique et sociale de la République Démocratique du Congo, Jeanine Mabunda Lioko se présente inéluctablement comme une figure de proue du renouveau du pays de Lumumba.
Son bilan à mi-parcours en est une preuve éloquente, et en ce mois de septembre marqué par la rentrée parlementaire intervenue le 15 de ce même mois, les espoirs de voir la Présidente de l’Assemblée nationale imprimer un nouveau rythme aux travaux de la Chambre basse, en fonction des besoins des bases électorales, que les différents députés nationaux ont certainement rencontrées au cours de leurs vacances, sont grands.

A en croire des sources des vestibules de la Chambre basse, l’audience que le Président congolais, Félix-Antoine Tshisekedi a accordée à l’Honorable Mabunda, la même journée du 15 septembre, quelques heures avant l’ouverture de la nouvelle session parlementaire, était pleine de sens.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Politique

L’après KYUNGU : Richard MUYEJ la carte de Félix TSHISEKEDI pour 2023?

Le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi a perdu, depuis samedi 21 août 2021, son allié de taille dans l’ex-Katanga. Dans les salons politiques en haut lieu, on se triture déjà les méninges pour voir comment remplacer ce tribun qui galvanisait les foules katangaises. D’aucuns pensent déjà à Richard Muyej. Et voici pourquoi…

Published

on

Compagnon d’Etienne Tshisekedi Wa Mulumba, Antoine Gabriel Kyungu Wa Kumwanza a tiré sa révérence depuis Luanda, en Angola, où il était allé en soins médicaux. Celui que des Katangais appelaient affectueusement « Baba » (Papa) avait une aura indiscutable, capable de rassembler des foules, mais surtout de fédérer la population de cette partie de la république. Félix Tshisekedi avait fait de lui son plus grand allié, depuis son accession à la magistrature suprême. Même Moïse Katumbi faisait profil bas face à Kyungu Wa Kumwanza que l’on prenait pour un tireur qui ratait rarement sa cible.

Maintenant que le « Baba » n’est plus, qui pourrait fédérer les Katangais autour de la vision du chef de l’Etat ? La mort de ce baobab du KATANGA fait coïncider son agenda avec la dernière sortie médiatique de Moïse KATUMBI, un autre notable de cet espace qui garde encore des puissants réseaux à ce jour. Mais peut-on dire qu’il pourra rouler pour le Chef de l’État dans la perspective de 2023? Rien n’est moins sûr. Pénétrant par effraction sa récente interview sur Jeune Afrique, ses intentions pour 2023 sont mises à nu et à découvert. Pas besoin de voir les choses dans la pénombre de ses intentions, tout a été clair.

D’abord sur la loi appelée communément #Loi Tshani# que plusieurs militants de l’udps utilisaient sur la toile pour décourager ses ambitions présidentielles à peine voilées, il a tracé une ligne rouge. Comme pour conditionner sa participation à l’union sacrée à sa capacité d’être candidat en 2023. D’ailleurs, on serait en droit de croire qu’il ne fait même plus parti de l’union sacrée. Alors quelle carte pour le Chef de l’État en 2023 dans le grand KATANGA ? Richard MUYEJ sera un pion d’une importance capitale. La partie qui se bousculera pour l’avoir aura le grand KATANGA avec lui. Mais qui a l’avantage du rapprochement en cette période ? Le président de la République qui constate les évènements liés à la disparition de Baba KYUNGU aura tort de négliger, voire de minimiser la carte Richard MUYEJ.

Un peu comme un Bahati Lukwebo pour les Kivu, un Jean-Pierre Bemba pour le grand Equateur ou encore un Christophe Mboso N’kodia pour le grand Bandundu, Félix Tshisekedi est désormais un peu esseulé dans le grand Katanga. Un vide qu’il devait vite combler. Au Lualaba, pendant que la gouverneure intérimaire, Fifi Masuka, remue ciel et terre pour gagner la confiance du chef de l’Etat, elle reste cependant moins pesante sur l’échiquier katangais. Rien qu’au Lualaba, pendant le séjour prolongé de son titulaire à Kinshasa, la gouverneure adjointe a créé des dissensions aussi bien au sein de l’administration provinciale que dans les communautés. En juin dernier, dans ses accusations, un député provincial, Donat Tshimboj, évoquait notamment la chasse aux sorcières orchestrée par cette autorité intérimaire. « Tous ceux qui sont qualifiés de pro Muyej sont pourchassés, voire suspendus entre autres, les ministres, des agents du gouvernorat, dont 28 sont chassés.

Même les ouvriers engagés pour sa propre brigade du gouvernorat sont en grève, impayés depuis 3 mois », avait-il dénoncé, sans oublier d’épingler des tensions communautaires. Ce qui nécessite, pour le chef de l’Etat, un personnage du tempérament de Muyej pour garder le grand Katanga dans le giron du pouvoir, bien que possédant déjà un Premier ministre originaire de cette partie du pays. Au-delà du casting de son personnage fédérateur, Richard Muyej reste aussi bâtisseur. Ses réalisations dans le Lualaba parlent en sa faveur. Alors que son entité ne représentait qu’un vaste chantier minier – en dehors des infrastructures en majorité héritées de la colonisation – l’homme a su métamorphoser ce coin de la République. Un réseau d’infrastructures a vu le jour dans la province.

Des routes restées longtemps en terre battue ont été asphaltées. Comme un sanctuaire béni, le Lualaba se retrouve avec des grands gisements. Ayant pris la part du lion en termes de richesses exploitables par rapport aux trois autres provinces issues du démembrement (75% des minerais de l’ex-Katanga gisent au Lualaba), l’entité gérée jusqu’à décembre 2020 par Richard Muyej a montré un autre visage de modernité. A Kolwezi, routes, bâtiments publics, hôtels et lodges sentent un luxe récent. Et le reste du Lualaba n’est plus cette vaste étendue parsemée des carrières de mines, mais à ses côtés, des quartiers et cités se modernisent… Richard Muyej a initié le chantier d’une plate-forme aéroportuaire ambitieuse pour la province. Cet élan de bâtisseur pourrait être coupé si le gouverneur ne reprend pas ses fonctions au Lualaba. Ce qui risque d’être aussi un handicap pour le bilan du chef de l’Etat en 2023. Puisqu’il faudrait également convaincre les Congolais de cette partie du pays sur ce qui a été fait en leur faveur pour qu’en revanche, ils renouvellent leur suffrage au chef de l’Etat, Félix Tshisekedi.

Pour rappel, parti prendre part à la dernière conférence des gouverneurs des provinces à Kinshasa en décembre 2020, le gouverneur Muyej n’est jamais rentré dans sa province même après les soins médicaux en Afrique du Sud. Une mission de contrôle de l’IGF était passée en son absence au Lualaba. Les conclusions de cette inspection lui avaient été présentées par l’inspecteur général, Jules Alingete Key, dans la capitale congolaise et ils ne débouchent sur aucune poursuite. Ce qui permet à tout congolais de se faire idée.

Continue Reading

Politique

Affaire BUKANGA LONZO Quelle suite après le refus du Sénat ?

La chambre haute du Parlement a refusé de lever les immunités parlementaires des sénateurs Augustin Matata et Ida Kamoji cités dans la débâcle du parc agroindustriel de Bukanga Lonzo. Après ce revers, la justice a-t-elle encore des marges de manœuvre ?

Published

on

Humiliation de la justice ? Protection mutuelle des sénateurs ? Les questions continuent de se poser après ce qui s’est passé au Sénat. C’était pour le moins une sorte de douche froide que la justice a subie, le 15 juin dernier, au Sénat, après le refus des sénateurs de lever les immunités parlementaires de l’ancien Premier ministre, Augustin Matata Ponyo et de la sénatrice Ida Kamoji. Après un huis clos décrété à la chambre haute du Parlement pour l’examen du rapport de la commission spéciale chargée d’auditionner chaque sénateur concerné afin de présenter ses moyens de défense avant de procéder à la levée ou non de leurs immunités, la plénière a finalement tranché dans l’urne.

En effet, 46 sénateurs ont voté « Oui », 49 ont voté « Non » et un bulletin nul. « Par conséquent, le Sénat n’autorise pas les poursuites à charge du sénateur Matata Ponyo Augustin », a conclu le président du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo. Une décision, bien que souveraine, mais qui passe mal  au sein de l’opinion. Pour Luzolo Bambi, ancien conseiller spécial de l’ancien Chef de l’Etat, Joseph Kabila, en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption, le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, le Sénat a humilié le peuple congolais à travers sa justice.

«Je considère la décision du Sénat comme une expression démocratique. Mais, en réalité, c’est une humiliation du peuple congolais à travers sa justice. Sans l’expression de la justice, il n’y a pas d’Etat de droit. Le peuple congolais est allé aux élections à 3 reprises pour qu’à travers la justice le bien-être soit assuré par l’avènement de l’État de droit au sein duquel les gouvernants et les gouvernés sont tous mis de manière égale sous la loi en dehors de tous privilèges des poursuites et des juridictions conçues dans le sens négatif. C’est-à-dire, la consécration de la justice à deux vitesses», a déclaré Luzolo Bambi Lessa.

La justice a d’autres voies…

 Cet ancien ministre de la justice pense que la justice a d’autres voies à explorer pour que l’ancien Premier ministre indexé dans ce dossier de Bukanga Lonzo réponde de ses actes. Luzolo Bambi pense que la justice s’est souvent arrêtée aux portes de l’Assemble nationale et du Sénat. Car, ces deux chambres, par expérience, n’autorisent jamais la levée des immunités parlementaires. Ce qu’il qualifie de « dénie » de démocratie.

« Je demande à la justice de poursuivre toutes les procédures  parce qu’elles ne sont pas encore épuisées. Il appartient à la justice de défendre le peuple congolais en usant de toutes les procédures possibles pour que chaque Congolais quel que soit son rang puisse rendre compte devant la justice. Et que ce soit seule la justice qui déclare quelqu’un innocent ou coupable », a-t-il fait savoir.

L’Assemblée fait un pas…

 Pendant ce temps, l’Assemblée nationale a visiblement refusé d’entrer dans l’œil du cyclone de l’opinion publique après les critiques portées contre le Sénat. Dans une plénière diffusée en direct, l’Assemblée nationale a fait un pas en votant massivement pour l’autorisation de l’instruction contre la députée Louise Munga citée également dans ce dossier de Bukanga Lonzo ainsi que l’élu Lumbu Kiala. Mais la chambre basse du Parlement a pris le soin de préciser : ce n’est pas une levée des immunités. Selon cette chambre, il est accordé au procureur général près la Cour de cassation juste une autorisation d’auditionner les élus incriminés. Et que si la justice réalise qu’il y a des éléments qui peuvent permettre leur mis en accusation, le procureur devra encore retourner à l’Assemblée nationale pour solliciter la levée de leurs immunités en vue de leur poursuite judiciaire. Dieu seul sait si une telle demande sera autorisée.

La débâcle

 Pour rappel, l’Inspection générale des finances (IGF) a qualifié de « débâcle » la gestion du projet du parc agro-industriel de Bukanga Lonzo. Lors d’un point de presse tenu en septembre 2020, Jules Alingete a fait savoir que sur 285 millions de dollars américains décaissés par le gouvernement, l’enquête a révélé que 205 millions de dollars ont été perdus dans ce projet dont l’échec était planifié dès sa conception. Les inspecteurs ont noté dans leur rapport que parmi les causes de la débâcle figure le choix des partenaires non expérimentés ayant bénéficié en plus des marchés passés de gré à gré. L’IGF constate aussi une surfacturation de 1 à 10 pour l’acquisition des équipements et intrants. Elle ajoute que 80% de paiements des surfacturés étaient logés dans un compte bancaire en Afrique du Sud.

 Dido Nsapu

Continue Reading

Politique

Comment Jean-Marc Kabund est devenu incontournable?

Contre vents et marées, le président intérimaire de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) s’impose comme un véritable faiseur de rois sur la scène politique, mettant souvent sur le carreau ses détracteurs à l’intérieur comme à l’extérieur du parti présidentiel.

Published

on

Qui pouvait parier que ce jeune b a r o u d e u r venu du Haut-Lomami, nommé à la grande surprise secrétaire général de l’UDPS en août 2016 par Etienne Tshisekedi, allait devenir moins de cinq ans après, l’une des personnalités les plus influentes de la scène politique congolaise? Devenir à seulement 35 ans la deuxième personnalité du parti phare d’opposition dans une période politique aussi décisive (on était à quatre mois de l’expiration du deuxième et dernier mandat du président sortant Joseph Kabila, sans aucune assurance de la tenue des élections dans le délai) est loin d’être un cadeau.

Il fallait donc plus rapidement faire ses preuves alors que son prédécesseur, Bruno Mavungu était jugé complaisant si pas mou pour mener le combat de la contestation. Et Kabund n’a pas loupé l’occasion de s’affirmer, incarnant une aile dure ponctuée d’un discours cru contre le régime de Kabila. Les combattants apprécient et l’adoptent plus rapidement.

Premier test

Kabund réussit son premier grand test de mobilisation un mois après, un certain 19 septembre 2016, lors de la marche de l’opposition exigeant la convocation du corps électoral. L’UDPS paie le plus lourd tribut lors de ces manifestations qui ont fait des dizaines de morts. La nuit de la manifestation, son siège de Limete 11 ème rue est attaqué par un commando, brûlant vifs des combattants à l’intérieur du bâtiment. Après avoir boycotté les discussions de la cité de l’UA entre le pouvoir et l’opposition, conduites par le Togolais Edem Kodjo et ayant abouti à la nomination de Samy Badibanga (président du groupe parlementaire UDPS et alliés) comme Premier ministre, l’UDPS accepte enfin de participer au dialogue du Centre interdiocésain sous la modération des évêques catholiques. Avec Félix Tshisekedi et Valentin Mubake, Jean-Marc Kabund représente la délégation du parti. Mais l’accord de la Saint Sylvestre souffre de son exécution. L’UDPS refuse la condition de proposer trois noms au poste de Premier ministre.

Le 1er février 2017, coup de tonnerre : Etienne Tshisekedi décède à Bruxelles. Le parti reste orphelin. C’est le moment que choisi le pouvoir pour semer la division, en débauchant encore un autre cadre, Bruno Tshibala, fraichement sorti de prison depuis son arrestation à la suite des évènements du 19 septembre 2016. « On savait que Tshibala fréquentait, à partir de la prison, les gens du pouvoir », nous confiera Augustin Kabuya, alors secrétaire général adjoint chargé de la communication. Lui, Kabund et Félix Tshisekedi restent fidèles à la ligne dure du parti et préfèrent se réorganiser à l’interne en vue des prochaines échéances.

Nouvelle légitimité

 Mars 2018, le parti organise son premier congrès de l’histoire qui aboutit à la désignation de Félix Tshisekedi comme président national en remplacement de son père décédé. Fatshi va reconduire Jean-Marc Kabund comme secrétaire général, douchant ainsi les espoirs de ceux qui ne voulaient plus le voir à ce poste. C’est une nouvelle légitimité qui va donner des galons à l’ancien président de la fédération de l’UDPS Kamina. Félix Tshisekedi remporte la présidentielle de 2018. Devenu chef de l’Etat, il doit pouvoir prendre congé de son poste de président national du parti. L’article 26 des statuts de l’UDPS stipule qu’en cas de décès, de démission, d’interdiction d’exercer ou d’empêchement définitif du président du parti, un directoire composé de trois personnalités, à savoir le président de la Convention démocratique du parti (CDP), le président de sa Commission électorale permanente (CEP) et le secrétaire général assument un intérim collégial avant l’organisation d’un congrès sous trente jours.

L’intérim contesté

Mais Félix-Tshisekedi prend tout le monde à contrepied. Il confère un mandat spécial à Kabund comme président intérimaire du parti. Le parti est divisé entre ceux qui saluent un acte politique nécessaire, le président voulant laisser le parti entre les mains d’un fidèle et ceux qui dénoncent une violation des textes sans toutefois s’attaquer au nouveau chef de l’Etat.

Victor Wakwenda Bukasa, président de la CDP, et Jacquemin Shabani, président de la CEP et ancien secrétaire général du parti, ne supportent pas cette situation. Mais leurs voix ne portent pas face à ce qu’il convient de considérer comme la volonté de l’autorité suprême, Félix Tshisekedi. « Jean-Marc Kabund se sert du mandat spécial qui viole les textes au mépris des Statuts et Règlement d’ordre intérieur, il use et abuse de ses attributions au point de réduire le parti à un cercle des clients et des fanatiques inscrits dans la logique de gangstérisme politique », rebondit Victor Wakwenda dans un communiqué daté du jeudi 20 mai. Tout le monde croyait pourtant à une accalmie trouvée avec la nouvelle hiérarchie du parti constituée du tandem Kabund-Kabuya. Rien de tout cela. Wakwenda est allé même loin jusqu’à accuser Kabund d’une démarche tendant à « écarter le Président Félix Tshisekedi avec l’intention de se positionner utilement pour les échéances de 2023 ».

Union sacrée

Ces accusations peuvent elles mettre Kabund en difficulté face à Tshisekedi ? Difficile de le croire, tant le premier-vice-président de l’Assemblée nationale continue de bénéficier de la confiance du chef de l’Etat.

En décembre 2020, il était celui qui a jeté le pont pour la traversée de l’écrasante majorité des députés vers l’Union sacrée de la nation, la plus grande victoire politique de Félix Tshisekedi sur son prédécesseur Joseph Kabila et sa machine politique, le FCC. Chef d’orchestre dans la déchéance du bureau Mabunda qui a conduit à la destitution de Sylvestre Ilunkamba et plus tard à la démission du bureau Thambwe Mwamba au Sénat, Kabund est présenté aujourd’hui comme celui qui a matérialisé sur le terrain l’union sacrée. Il en a profité pour se venger de sa destitution en mai 2020 au poste de premier vice-président après une sortie médiatique contre la tenue d’un congrès pour autoriser l’état d’urgence sanitaire décrété par le chef de l’Etat. Preuve que le rapport de force a depuis changé, les mêmes députés qui l’ont descendu de son piédestal, l’ont réélu à ce même poste dans l’actuel bureau Mboso.

Celui qui était déjà le chef de la délégation de CACH lors des discussions avec le FCC en 2019, a encore pesé dans le processus de désignation des membres de la nouvelle équipe gouvernementale dirigée par Sama Lukonde. Beaucoup l’ont même accusé de former, autour de quelques députés, une équipe gouvernementale parallèle à imposer à Sama Lukonde. Une chose est pourtant vraie : Kabund a parrainé la nomination de plusieurs ministres de ce gouvernement, surtout ceux venus de l’UDPS.

 Le président intérimaire de l’UDPS est devenu dans un laps de temps un véritable faiseur de rois sur la scène politique, mettant souvent sur le carreau ses détracteurs à l’intérieur comme à l’extérieur du parti présidentiel. Aujourd’hui, seul Félix Tshisekedi pourrait remettre en question l’influence acquise par JeanMarc Kabund dont la carrière politique pourrait se résumer à un conte de fées.

 Socrate Nsimba

Continue Reading

NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

Trending

WeCreativez WhatsApp Support
Notre rédaction est là pour répondre à toutes vos préoccupations. N'hésitez pas !
👋Bonjour, comment puis-je vous aider ?
error: Attention: Le contenu est protégé !