Nous rejoindre

Dossier

Gouvernement : Les « Warriors» attendus sur plusieurs fronts !

Après la publication de l’équipe gouvernementale du Premier ministre Sama Lukonde, une montagne de défis attend cet exécutif de 56 membres qualifié de « guerriers ». Il s’agit principalement de la sécurité, de l’économie mais surtout du social des Congolais suivant le leitmotiv « le Peuple d’abord ».

Published

on

Il aura fallu sept jours de consultations des forces politiques et sociales (22 février -01 mars) en vue de la formation d’un gouvernement qui accompagnera le chef du gouvernement, Premier ministre issu de l’Union sacrée, Sama Lukonde Kyenge, pour avoir un aperçu général de différentes forces mais aussi de récolter les suggestions et propositions en vue d’enrichir son programme de gouvernement.

 Attendu depuis deux mois, le premier gouvernement d’Union sacrée a été finalement rendu public. Le 12 avril dernier, le président congolais Félix Tshisekedi a, via son porte-parole, divulgué cette liste de 57 membres, y compris le chef du gouvernement. Une équipe innovante sur le plan de sa composition. « Nous avons tenu compte de la représentativité du genre, de la jeunesse, des provinces et des parties prenantes. », avait déclaré le nouveau Premier ministre, le 12 avril, jour de la publication du gouvernement.

Cette équipe a une représentativité féminine de 15 femmes (27%), soit 10 % de plus que le gouvernement sortant de Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Avec une moyenne d’âge de 47 ans, l’équipe gouvernementale qualifiée de « Warriors » par son formateur, Sama Lukonde, est l’une des plus jeunes formations gouvernementales qu’a connu le pays. Et avec 80 % des nouvelles figures, le pari du renouvellement des visages est bien gagné.

 Dans l’ossature, Sama Lukonde a aligné 4 Vice-Premiers ministres ; 9 ministres d’Etats ; 31 ministres et 1 ministre délégué. Mais aussi 11 vice-ministres.

Tendances politiques

Alors qu’une bonne partie de l’opinion croyait à un Félix Tshisekedi totalement libre de toutes manœuvres après son divorce d’avec le Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila, les caprices d’une classe politique recomposée en « Union sacrée de la Nation » l’ont à nouveau rattrapé. De longues négociations avec ses nouveaux alliés, notamment Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi et les transfuges du FCC témoignent toujours de la complexité de sa démarche politique en ce moment. Ainsi, des alliés sont encore présents dans les ministères régaliens.

Sur les quatre vice-primatures, Christophe Lutundula occupe le poste de Vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères. Ce dernier est un proche du président d’Ensemble pour la République, Moïse Katumbi. Et Lutundula a le défi, aujourd’hui, de redorer l’image d’une diplomatie qui n’a pas été reluisante avec le gouvernement sortant, laissant des représentations diplomatiques congolaises au bord du déguerpissement, faute des frais de fonctionnement non payés pendant plusieurs mois.

L’UDPS Daniel Aselo Okito, un novice, est nommé à la viceprimature de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières. Ce juriste formé à l’Université de Kinshasa devra gérer une territoriale en proie à l’insécurité urbaine et armée. Pour les ministères de la Fonction publique et de l’Environnement, leurs animateurs ont été élevés au rang des vice-Premiers ministres. Il s’agit respectivement du FCC Jean-Pierre Lihau et du MLC Eve Bazaïba.

Du côté des ministres d’Etat, l’on note quelques nouveaux visages, moins connus du monde politique. Il y a notamment Alexis Gisaro Muvunyi, actuel patron des Infrastructures et Travaux Publics (ITPR). Ce nouveau ministre est issu de la communauté Banyamulenge et fut conseiller financier au ministère des Finances et ancien directeur à la Société Congolaise des Transports et des Ports (SCTP). Rose Mutombo Kiese, nommée ministre d’Etat à la Justice, est venue de la société civile. Militante pour des questions de la Femme au sein du Cadre de concertation de la femme congolaise (CAFCO), Rose Mutombo entend renforcer la justice notamment sur des questions de violences basées sur le genre. Mais aussi celles touchant au domaine de la justice de manière générale.

 Une entrée fracassante au sein du gouvernement, c’est aussi celle du ministre d’Etat en charge de l’Aménagement du territoire, Guy Loando Mboyo. Ce sénateur œuvrant également dans la philanthropie assumera désormais la planification de l’habitat congolais. Au rang des ministres d’Etat, il y a également la députée AFDC-A Kahinda Adèle, nommée au Portefeuille. L’autre proche de Moise Katumbi occupe le Plan, Christian Mwando Nsimba Kabulo. Au Budget, exit Baudouin Mayo, et voici Aimé Boji Sangara, toujours un proche de Vital Kamerhe de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC). Pius Muabilu Mbayu, quant à lui, a été reconduit au même portefeuille : Urbanisme et Habitat. Au Développement Rural, le FCC François Rubota fait son entrée. Tandis qu’un autre proche de Vital Kamerhe, Eustache Muhanzi est envoyé à l’Entreprenariat et PME.


Dans le rang des ministres, il y a 31 heureux promus :

  • Défense : Kabanda Gilbert (proche UDPS) 
  • EPST : Tony Mwaba Kazadi (UDPS) 
  • Santé : Jean-Jacques Mbungani (MLC) 
  • Finances : Nicolas Kazadi (UDPS) 
  • Transport : Cherubin Okende (Ensemble pour la République)
  • Agriculture : Désiré N’zinga Birihanze (UDPS) 
  • Pêche et élevage : Adrien Botele Djema (FCC)
  • Économie : Jean-Marie Kalumba Yuma 
  • Industrie : Julien Paluku (FCC) 
  • Intégration régionale : Didier Mazenga Mukanzu (PALU/FCC)
  • ESU : Muhindo Nzangi (MSR/Ensemble pour la République)
  • Recherche scientifique : José Mpanda Kabangu (FCC) 
  • Hydrocarbures : Didier Budimbu Nkubuanga (Allié UDPS) 
  • PTNTIC : Augustin Kibassa Maliba (UDPS/Kibasa)
  • Numérique : Eberande Kolongele (UDPS) n Emploi, Travail et Prévoyance Sociale: Ndusi Ntembe (AFDC) 
  • Affaires Foncieres : Aimé Molendo Sakombi (UNC)
  • Ressources hydrauliques et Electricité : Olivier Mwenze Mukaleng 
  • Droits humains : AlbertFabrice Puela (Dynamique Opposition)
  • Genre : Gisèle Ndaya Luseba
  • Commerce extérieur : JeanLucien Bussa (FCC) 
  • Mines : Antoinette Nsamba Kalambay (UDPS) 
  • Communication & Medias, Porte-parole du gouvernement : Patrick Muyaya Katembwe (PALU/FCC) n Affaires sociales, Actions humanitaires et Solidarité nationale : Modeste Mutinga (G7/Ensemble)
  •  Formation professionnelle et Métiers : Antoinette Kipulu Kabenga
  •  Jeunesse, Initiation à la nouvelle citoyenneté: Yves Bunkulu Zola (UDPS)
  • Sports et Loisirs : Serge Tshembo Nkonde (Ensemble) 
  • Tourisme : Modéro Nsimba Matondo (FCC)
  • Culture, Arts et Patrimoine : Catherine Katumbu Furaha 
  • Relations avec le Parlement : Anne-Marie Karume Bakaneme 
  • Ministre près le Président : Nana Manuanina Kihumba

Ministre déléguée

  • Affaires sociales, actions humanitaires en charge des personnes vivant avec handicap : Irène Esambo Diata

Vice-ministres

  • Intérieur, Sécurité Décentralisation et Affaires coutumières : Jean-Claude Molipe Mandongo 
  • Affaires Etrangères : Samy Adubango 
  • Justice : Bayubazire Mirindi 
  • Plan : Crispin Mbadu Panzu
  • Budget : Elysée Bokumuana Maposo
  • Défense nationale : Séraphine Kirubu Kutuna 
  • EPST : Aminata Namasia Bazego
  • Santé : Véronique Kirumba Nkulu
  • Finances : Oniege Nsele Mimpa
  • Transport et Voies de Communications : Marc Ekila Likombiyo
  •  Mines : Godard Motemona

Des attentes…

« Etant donné que le programme présenté en septembre 2019 à l’Assemblée nationale par  le Premier Ministre, Chef du Gouvernement sortant, n’a été exécuté que partiellement, suite à la dislocation de la coalition majoritaire, le présent programme a repris, en vertu du principe de la continuité de l’Etat, les actions et les réformes restées en souffrance, celles en cours et celles non encore réalisées à ce jour le tout enrichi d’autres innovations tenant compte des attentes du peuple. Basé sur une approche réaliste et optimiste, il reprend 343 actions, sélectionnées en fonction de leur impact et de leur visibilité, parmi lesquelles certaines sont jugées prioritaires et emblématiques. L’impératif de la relance et de la diversification de notre économie. »

En somme, par ces actions, le Gouvernement s’engage à faire de la République Démocratique du Congo un Etat fort, prospère et solidaire, en marche vers son développement» renseigne Sama Lukonde dans le programme d’actions déposé à l’Assemblée nationale. Ce gouvernement dit de « combat » est attendu sur plusieurs fronts.

Sama Lukonde lui-même en a défini 11 au total : sécurité, santé, enseignement, justice, agriculture, pêche et élevage, économie, processus électoral, infrastructure et le numérique.

Mais face à l’urgence de la question sécuritaire dans l’Est de la République démocratique du Congo, malgré les accords de paix signés et les tentatives de réconciliation nationale menées, le Gouvernement de l’Union Sacrée de la Nation s’est engagé à relever le pays et à le remettre « debout » pour le rendre fort. Pour cela, son action dans le secteur « Politique, Justice, Défense et Sécurité » compte 328 actions au total qui s’articulent autour de trois piliers majeurs, à savoir: pacification et promotion de la réconciliation, de la cohésion et de l’unité nationales (pilier 1) ; renforcement de l’autorité de l’Etat et promotion de l’Etat de droit, de la bonne gouvernance et de la démocratie (pilier 2) ; redynamisation de la diplomatie et réhabilitation de l’image de marque du pays  (pilier 3) ; lutte implacable contre la corruption et les crimes économiques (Pilier 4).

Du point de vue économique, la Banque mondiale renseigne qu’après avoir atteint 5,8 % en 2018, la croissance économique de la RDC a ralenti à 4,4 % en 2019 jusqu’à ce jour. Cela, du fait de la baisse des cours des matières premières, notamment du cobalt et du cuivre qui représentent plus de 80 % des exportations de la RDC. D’où la nécessité de diversifier l’économie, notamment en relançant véritablement le secteur agricole, sans lequel le pays aura toujours du mal à atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est sur ce terrain que plusieurs Congolais attendent voir les « Warriors » se déployer.

 Dido NSAPU

Dossier

Ces cardinaux qu’a connus la RDC…

Le cardinal émérite Laurent Monsengwo Pasinya dont le décès est intervenu le 11 juillet 2021 à Versailles, en France, a été fait cardinal en 2010, soit 3 ans après le décès du cardinal Etsou. Retour sur ses deux devanciers mais aussi son successeur.

Published

on

L’Eglise catholique romaine en République démocratique du Congo est à son 4ème cardinal. Le premier, Joseph-Albert Malula, né le 17 décembre 1917 à Léopoldville (Kinshasa), a exercé cardinal et archevêque de Kinshasa, de 1964 à 1989. Il est réputé être l’un des personnages religieux qui   a combattu la dictature de Mobutu.


On lui attribue notamment la remise en question de certains aspects de la politique de l’authenticité prônée par le pouvoir en place qui n’était pas de nature à promouvoir l’entente entre l’Église et l’État. Le cardinal Malula  avait ainsi refusé d’installer au grand séminaire Jean XXIII un comité de la Jeunesse du mouvement populaire de la révolution (JMPR). Un conflit qui a abouti à la confiscation de la résidence du cardinal qui devint le quartier général de la JMPR.

Le 11 février 1972, le cardinal Malula s’exila à Rome. Mais de Rome où il était, il continuait à encourager les chrétiens à demeurer fermes dans la foi. Il décède le 14 juin 1989 à Louvain, en Belgique.


 Etsou lui succède…

 Environ deux ans après le décès du cardinal Malula, le Pape Jean-Paul II crée Frédéric Etsou cardinal lors du consistoire du 28 juin 1991, devenant ainsi le deuxième cardinal du pays après Joseph-Albert Malula. Mais bien avant cette étape, il fut consacré évêque le 7 novembre 1976 puis nommé évêque de Mbandaka le 11 novembre 1977 en remplacement du belge Mgr Pierre Wijnants. Il fut nommé archevêque de Kinshasa le 14 août 1990, charge qu’il a assumé jusqu’à sa mort le 6 janvier 2007.


Le cardinal Etsou a été aussi engagé notamment dans les questions d’éducation civique et électorale. Il a accompagné la campagne d’éducation civique et électorale avec la commission Justice et paix de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) au cours des années 2005- 2006.

Coexistence des cardinaux


 Fait rare dans l’histoire de l’église catholique au Congo. Le pays a connu la coexistence des deux cardinaux, Laurent Monsengwo (créé cardinal en 2010 puis démissionne en 2018) puis devenu cardinal émérite. Il y a eu ensuite le cardinal en fonction, Fridolin Ambongo Besungu créé cardinal par le Pape François, le 5 octobre 2019, à Rome. Une situation inédite en République démocratique du Congo. Ce que le gouverneur de la ville de Kinshasa n’a pas manqué de relever. « Je bénis le Seigneur Dieu ToutPuissant qui, par sa grâce et sa divinité, a permis que je sois gouverneur de Kinshasa en cette période spéciale de l’église catholique avec la création à Rome du Cardinal Fridolin Ambongo. Cette cérémonie à laquelle j’ai participé a fait de moi l’un des rares dirigeants d’une ville africaine qui compte deux cardinaux », a indiqué Gentiny Ngobila. C’était lors de sa prise de parole à la messe organisée, le 18 juillet, en mémoire de Laurent Monsengwo, dans la cathédrale Notre-Dame du Congo, à Lingwala.


 Dido NSAPU

Continue Reading

Dossier

MONSENGWO : ce combattant en soutane

L’influent archevêque émérite de Kinshasa a tiré sa révérence, le 11 juillet 2021 à Versailles, en France. Malgré son rang de clergé, ce natif d’Inongo a “ combattu “ différentes dictatures en RDC. Retour sur les grands moments politiques au cours desquels il s’est illustré.

Published

on

Le cardinal émérite Laurent Monsengwo Pasinya est mort à 81 ans. Son décès depuis Versailles, près de Paris, où il a été amené pour des soins médicaux a suscité une vague d’hommages unanime dans la classe politique congolaise. Même l’ex-président, Joseph Kabila, contre qui le prélat a dirigé ses piques les plus musclées, s’est dit « attristé » par cette disparition.


Originaire d’une famille de chef coutumier Sakata, dans la province du Mai-Ndombe, Laurent Monsengwo est né en 1939, à Inongo. Paradoxalement à sa lignée coutumière, il choisit très tôt la voie ecclésiastique. Ce qui va le conduire à côtoyer le monde politique et ainsi pérenniser, de manière ostentatoire, le combat de son mentor, le cardinal Joseph Albert Malula. Ordonné prêtre en 1963, puis évêque à Kinshasa en mai 1980, Monsengwo gravit les échelons d’une Église déjà érigée en contrepouvoir face au règne du “tout-puissant” Mobutu Sese Seko.


Mémorandum à Mobutu


Monsengwo a été  l’initiateur, en 1990, d’un mémorandum demandant plus de libertés au Maréchal Mobutu, alors que ce dernier venait de dépasser un quart de siècle au pouvoir. Un mémorandum qui lui avait donné une autre dimension. Il était alors considéré comme «un personnage incontournable, le cerveau moteur de la poussée vers la démocratie», selon les écrivains Roger Gaise et Isidore Ndaywel ont dit dans un livre consacré aux 25 ans de l’épiscopat de ce prélat. Pour Isidore Ndaywel, c’est Laurent Monsengwo, alors président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), qui a introduit la notion de « démocratisation » dans les discours de l’Eglise catholique. Plus d’une année après son mémorandum, Monsengwo occupera la tête de la Conférence nationale souveraine (CNS). Celleci sera fermée par Mobutu puis rouverte après la marche des chrétiens catholiques réprimée dans le sang par le régime Mobutu. Monsengwo sera le président du Haut conseil de la République Parlement de transition (HCRPT) jusqu’à son éviction en 1996.


Critique contre M’zee


 Alors que la première guerre du Congo éclate à Kisangani en 1996, Laurent Monsengwo est évacué de son diocèse – déguisé en vieillard – pour ne pas être repéré par des rebelles. Une guerre qui verra Mobutu, abandonné par ses soutiens politiques, chassé l’année suivante par les rebelles de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération (AFDL) de Laurent-Désiré Kabila avec l’appui du Rwanda. Et le prélat ne va pas tarder à se montrer critique vis-à-vis du nouveau pouvoir. Une attitude qu’il conservera après l’accession à la tête du pays de Joseph Kabila, à la suite de l’assassinat de son père, en 2001, en pleine deuxième guerre du Congo (1998-2003).


Pendant ce conflit, Monsengwo dénonce les crimes commis par les belligérants dans sa ville, et doit, pour sa sécurité, vivre un temps hors de Kisangani, pour le contrôle de laquelle l’Ouganda et le Rwanda se livreront des combats sans merci, directement ou par milices congolaises interposées. À la fin de la guerre, il ne participe pas à la transition politique mais reprend vite son rôle de combattant, en soutane… 

Réélection boudée !


En décembre 2007, Mgr Monsengwo succède à la tête de l’archevêché de Kinshasa au cardinal Frédéric Etsou, décédé en janvier de la même année. Laurent Monsengwo est fait cardinal par Benoît XVI en 2010. Et pendant son ministère comme cardinal, il n’enlèvera pas son étoffe de critique à l’égard du pouvoir. La CENCO va régulièrement lancer des mises en garde au régime Kabila.
Et en 2011, le cardinal conteste la réélection de Joseph Kabila, en estimant que les résultats de la présidentielle de novembre n’étaient « conformes ni à la Vérité, ni à la Justice ». Ses détracteurs l’accusent d’être proche de l’opposition, d’Etienne Tshisekedi, principal challenger de Joseph Kabila à ces scrutins controversés.


Réputé déjà très critique à l’égard du pouvoir de Joseph Kabila, Laurent Monsengwo va pousser le bouchon plus loin qu’il ne l’a fait sous Mobutu. Après la répression des marches du 31 décembre 2017, réclamant l’application de l’accord de la Saint Sylvestre, les paroissiens ont été tués et des gaz lacrymogènes lancés dans les Eglises. Il va, dans un message, appeler que « les médiocres dégagent ! » C’était lors de sa conférence de presse du 2 janvier 2017, après ces répressions des marches. Face aux voix de la majorité, de l’époque, qui protestaient contre cette qualification, l’accusant d’être devenu « l’opposant numéro 1 », le secrétaire général de la Conférence épiscopale, l’abbé Nshole justifie : « Médiocre, ce n’est pas une insulte, c’est une évaluation ».

La République aura donc vécu un cardinal « combatif » à chaque fois que sa « démocratie » qu’il avait appris à défendre depuis Mobutu était menacée par un régime politique. Ayant hérité d’une Église traditionnellement engagée sur le plan politique et sociétal avec des figures marquantes comme Joseph Albert Malula, Laurent Monsengwo a, en novembre 2018, cédé son fauteuil à la tête de l’archidiocèse de Kinshasa à Mgr Fridolin Ambongo Besungu. Ce dernier, lui aussi, ménage difficilement la classe politique qu’il accuse parfois d’être à la base de la misère du peuple.


Dido Nsapu  

Continue Reading

Dossier

30 JUIN 2021 LUMUMBA : un hommage repoussé !

Ce 30 juin 2021, la République démocratique du Congo célèbre ses 61 ans d’indépendance. Cette fête allait comporter une particularité, celle du rapatriement des reliques du premier héros national du pays. La survenue d’une troisième vague de covid-19 a eu raison de cet agenda.

Published

on

Depuis le mois de décembre 2020, le président de la République, Félix Tshisekedi, avait annoncé son intention d’organiser un hommage national, le 30 juin 2021, en l’honneur de Patrice Emery Lumumba. Une solennité qui devrait être précédée du rapatriement de ses reliques. L’idée est d’offrir enfin une sépulture à celui qui fut le premier Premier ministre de l’histoire de la République démocratique du Congo dans les années 1960. Mais aussi et surtout, un acteur majeur de l’indépendance du pays. Pour ce faire, le pays s’apprêtait à cet événement pour ce mois de juin finissant. Quatre lieux étaient choisis pour cet hommage national : Lumumba-ville, une entité créée par Félix Tshisekedi en mémoire de Patrice Emery Lumumba, dans la province du Sankuru, la ville de Kisangani, dans l’actuelle Tshopo, qui fut son bastion politique. Ces reliques allaient aussi passer à Shilatembo, le lieu de son assassinat, dans le Haut-Katanga. Puis, enfin, la ville de Kinshasa où une sépulture est en cours de construction au pied de l’Echangeur de Limete, dans l’Est de la ville.

Mais la survenue d’une troisième vague de la pandémie de covid-19 en République démocratique du Congo a eu raison de cet agenda des hommages. La Présidence de la République a renvoyé cet événement au 17 janvier 2022, le jour de la commémoration de l’assassinat de Lumumba. Sa famille biologique, ses enfants en particulier, attendent ce moment pour enfin faire le deuil de leur père. « Pendant plus de dix ans, on a fait tout le nécessaire pour arriver à ce résultat, celui de la restitution par le gouvernement belge à la famille des restes de la dépouille de notre père […] », a déclaré Roland Lumumba.

Ces restes infinitésimaux dont il est question sont constitués jusqu’à preuve du contraire d’une dent. Et d’ailleurs, en septembre 2020, la justice belge avait répondu favorablement à la demande de la famille de Patrice Lumumba de lui restituer cette dent attribuée au héros de l’indépendance congolais assassiné. Cette dent avait été saisie chez un policier belge ayant contribué à faire disparaître le corps de Patrice Lumumba.

30 juin 1960

Comment ce 30 juin 1960, jour de fête, était-il devenu le canal par lequel la déchéance du tout jeune Etat indépendant est passée ? D’après des témoignages recoupés, ce jeudi-là, au doux soleil, tout allait mieux se passer si le désaccord entre le nouveau chef de l’Etat, Joseph Kasa-Vubu et son puissant Premier ministre n’avait pas existé.

 Selon Thomas Kanza, ministre et proche de Lumumba, qui livre ce témoignage à RTBF, en 2000, Patrice n’avait pas apprécié l’attitude de Kasa-Vubu qui a refusé de lui faire lire son discours, préférant le montrer au gouvernement belge. « À 8h30, le Premier ministre me fait venir chez lui, à sa résidence privée. Il y avait là quelques amis. J’avais l’impression qu’ils avaient déjà discuté entre eux. Le Premier ministre me donne son discours. Il était déjà écrit, dactylographié.», explique cet ancien ministre de Lumumba. Patrice Lumumba lui annonce qu’il va prendre la parole au Parlement et lui demande de relire et de corriger le texte. Thomas Kanza répond à Lumumba que c’est un excellent discours, à prononcer au stade devant la population, mais que « le Parlement n’est ni l’endroit ni l’occasion de prononcer ce discours». Au départ, ce discours devait effectivement être prononcé au stade l’après-midi même, rapporte ce média.

«C’est alors que j’apprends de la bouche de Lumumba : ‘Thomas, je veux parler, parce que le président Kasa-Vubu nous a humilié. Il va prononcer un discours qu’il a montré au gouvernement belge, mais qu’il ne nous a pas montré. Thomas, je vais parler.», relate Thomas Kanza. Puisque Lumumba devait contresigner le discours de Kasa-Vubu, ce que ce dernier ne lui a pas donné l’occasion de faire. Cela provoqua l’intervention virulente de Lumumba au Palais de la Nation, ce jeudi-là. Une diatribe qui va gâter la journée du roi Baudouin Ier. Et depuis, Patrice Lumumba était dans le collimateur du colonisateur, y compris la stabilité du pays. Ce qui provoqua une mutinerie au sein de la Force publique seulement 5 jours après l’indépendance. Avant de voir une sécession katangaise 11 jours après la proclamation de l’indépendance.

 Dido Nsapu 

Continue Reading

NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

Trending

WeCreativez WhatsApp Support
Notre rédaction est là pour répondre à toutes vos préoccupations. N'hésitez pas !
👋Bonjour, comment puis-je vous aider ?
error: Attention: Le contenu est protégé !