Nous rejoindre

Nation

Richard Ilunga : l’ONIP va procéder à l’identification de la population avant les élections de 2023

Published

on

 Monsieur Richard Ilunga, vous êtes Directeur Général de l’Office National d’Identification de la Population. Quelles sont les missions liées à votre fonction ?

Je suppose que, quand vous parlez des missions liées à ma fonction, vous voulez parler des missions de l’ONIP. Par rapport à ma fonction, j’ai été nommé à la tête de l’ONIP il y a un peu plus d’une année. Mes missions à la tête de cet important établissement public sont celles d’implémenter sa gestion efficace et efficiente pour réaliser les missions qui lui ont été attribuées par le Gouvernement. Ces missions sont pour l’essentiel au nombre de cinq. Il s’agit premièrement de procéder à l’identification systématique et effective des Congolais où qu’ils se trouvent en RDC ou à l’étranger. Il s’agit également de bien connaître les étrangers qui vivent dans notre pays. A partir de cette opération d’identification, et c’est là la deuxième mission, l’ONIP va constituer une base de données que l’on appellera Fichier Général de la Population qui sera la base légale de l’authentification de l’identité de chaque Congolais car il indiquera les données biographiques, les données biométriques, les liens de descendance et d’ascendance, l’adresse de chaque individu. Toutes ces données personnelles seront liées à un numéro national d’identité ; ce qui va renforcer la sécurisation de l’identité légale de chaque individu identifié. La troisième mission de l’ONIP est de délivrer une carte d’identité sécurisée à chaque Congolais, à chaque Congolaise et une carte de résident à chaque étranger vivant sur le sol congolais. La quatrième mission sera d’assurer une mise à jour régulière du FGP et assurer son interopérabilité avec tous les services qui utilisent l’identité des personnes. Enfin, l’ONIP a aussi pour rôle de conseiller le Gouvernement concernant les politiques de population. Mon rôle de Manager est de créer un leadership technique de prise en charge de toutes ces missions dont l’enjeu est de basculer notre pays dans une ère moderne et de répondre aux standards internationaux de gestion de la population et de ses mouvements.


Quelle est la différence entre le recensement, l’enrôlement et l’identification de la population ?

Quand vous parlez recensement, je suppose que vous faites allusion au recensement scientifique car il existe aussi le recensement administratif qui, lui, est lié à l’identification de la population. Le recensement scientifique est une opération qui consiste dans le dénombrement de la population en relevant ses principales caractéristiques sur base de quelques variables de la composition de ménage, de la situation s o c i o é c o n o m i q u e , de l’habitat, de bienêtre, socioculturelles… Le recensement de la population et de l’habitat vise à doter le pays des statistiques qui pourront être utilisées à des fins des études et de planification. L’identification par contre consiste à personnaliser, à individualiser, à donner une identité légale à chaque individu en partant de ses données biographiques et biométriques qui l’authentifient comme tel. Ce que l’on ne retrouve pas dans le recensement scientifique. Comme vous pouvez le constater : seule l’identification nous permet d’identifier les Congolais au pays et à l’étranger Quant à l’enrôlement, je suppose que vous voulez parler de l’enrôlement électoral. Il s’agit d’une identification dont le but est d’enregistrer les personnes de nationalité congolaise qui remplissent les conditions fixées par la loi électorale.


Lors de la rentrée parlementaire de mars, le Président de l’Assemblée nationale avait souligné  la nécessité de procéder au recensement de la population avant les élections de 2023 et le Président du Sénat l’a relayé en clôturant ladite session. En quoi cette opération est-elle importante aux autres missions de votre fonction ?


A l’Office National d’Identification de la Population, nous applaudissons cette volonté politique exprimée par les hautes autorités de notre pays qui ont pris la mesure des enjeux de cette opération tant sur le plan national qu’international. Au plan national, il n’y a plus l’ombre d’un doute que les congolais et les congolaises ont pris conscience de l’importance de détenir une carte d’identité comme un droit humain légitime dans un Etat de droit. L’Etat congolais d’avoir une réelle maîtrise de sa population sur laquelle il exerce sa souveraineté en plus du territoire national. C’est une question de souveraineté nationale. Au plan international, la carte d’identité sécurisée est l’un des objectifs de développement durable à l’horizon 2030. Aussi, voyez-vous que sur le plan régional, les pays africains se mettent de plus en plus d’accord sur la libre circulation des biens et des personnes. Il faut que chaque pays rassure les autres de ses citoyens contre la fraude à l’identité et des pratiques illicites qui peuvent résulter d’une identité usurpée par exemple. Les enjeux liés à la carte d’identité sont énormes.


Quelles sont les chances qu’on a à voir la population de la RDC identifiée ou recensée ?


Aujourd’hui, au moment où l’unanimité se dégage au sommet de l’Etat pour aller tous dans le même sens, l’ONIP a toutes les chances de procéder à l’identification de la population. SEM le Président de la République, Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, SEM le Premier ministre Sama Lukonde et tout son Gouvernement poussent la machine pour que cela arrive dans de meilleurs délais. Le Président de l’Assemblée Nationale Mboso Nkodia Mpuanga et tout dernièrement le Président du Sénat ont souligné l’importance du recensement. Tout récemment, le Premier Ministre a mis sur pied une commission interministérielle sur cette question. L’ONIP a pris part aux travaux en tant que structure attitrée du Ministère de l’Intérieur. Le Premier ministre avait imposé des délais très serrés et aujourd’hui les conclusions sur la solution technique, financière et opérationnelle se trouvent sur sa table. Le dossier est suffisamment avancé à ce jour et l’optimisme pointe à l’horizon.

Quel est le lien que l’ONIP a avec la CENI ?

Sur le plan administratif, il n’y a aucun lien entre les deux structures. L’ONIP est un établissement public sous tutelle du ministère de l’intérieur avec autonomie de gestion tandis que la CENI est une structure indépendante d’appui à la démocratie qui a pour mission principale l’organisation des élections. Sur le plan pratique cependant, on peut trouver des passerelles de collaboration entre les deux institutions. Ainsi par exemple, l’ONIP peut mettre à la disposition de la CENI un fichier électoral extrait du Fichier Général de la Population. La technologie moderne sur les questions d’enregistrement de la population le permet aujourd’hui; ce qui  ressemble à un exploit uniquement. Sur le terrain, les deux peuvent mener des opérations conjointes et chacune se préoccupant de ses objectifs. Mais cela relève de la volonté politique qui peut en décider ainsi car il y a un avantage certain sur le plan financier de réduction des coûts des opérations. L’ONIP pourrait aussi bénéficier de l’expérience et des infrastructures de la CENI qui a déjà procédé à trois cycles électoraux.


En mars 2021, vous avez vu le Président de l’Assemblée nationale en vue de plaider pour la mise sur pied d’un collectif budgétaire qui prendra en compte la question de l’identification générale de la population congolaise. Qu’en est-il ?


 L’initiative du collectif budgétaire relève de la seule compétence du Gouvernement. L’ONIP n’a aucun pouvoir en la matière. Tous les contacts que nous avons eus avec les institutions relèvent d’un plaidoyer bien pensé afin de sensibiliser ceux qui ont la décision à la nécessité de doter enfin l’ONIP des moyens afin de lui permettre de jouer pleinement son rôle et répondre ainsi aux  missions qui lui ont été assignées. Partout où le responsable de l’ONIP est passé, il a rencontré des oreilles attentives et des personnes qui partagent le même souci que nous. Aujourd’hui, nous pouvons nous réjouir quand nous entendons le Ministre des finances annoncer qu’un collectif budgétaire sera introduit au Parlement dès le mois de septembre. Notre espoir est que ce collectif rencontre nos attentes.


L’ONIP avait évalué à 300 millions de dollars le montant nécessaire pour l’identification de la population. Ce n’est pas exagéré ?

Exagéré par rapport à quoi ? Les chiffres que nous donnons, sont le résultat d’une étude minutieuse. D’ailleurs, nous parlions de 350 millions et non 300. Ce coût comprend l’achat des équipements ; de la technologie et de l’intelligence artificielle pouvant nous permettre de faire notre travail ; les coûts de fournitures sécurisées et de consommables ; le coût des opérations de terrain; etc. Ce ne sont pas des chiffres tombés du ciel. Tout est ventilé dans les détails.

Richard Ilunga Directeur Général de l’Office National d’Identification de la Population (ONIP)

Tenant compte du manque d’infrastructures en RDC, notamment les routes, de combien de temps avez-vous besoin pour identifier la population ?


Notre plan opérationnel est défini dans le temps. A l’ONIP, nous avions pris le pari de doter chaque citoyen congolais d’une carte d’identité nationale d’ici le mois de décembre 2022 mais pour cela, il faut que rapidement les moyens soient mis à la disposition de l’ONIP et que les opérations préalables commencent déjà cette année pour pouvoir tenir cette échéance. Plus tard, on commencera, plus il y aura de risques sur les opérations.


En 2014, lorsqu’on avait parlé du recensement de la population à l’approche des  élections, Vital Kamerhe avait dénoncé ce qu’il avait qualifié de moyen de prolonger le mandat de Joseph Kabila. Tente-ton d’utiliser aujourd’hui l’ONIP pour passer outre l’organisation des élections en 2023 ?

Je venais de vous dire que l’ONIP a mis le cap sur décembre 2022 pour délivrer la carte d’identité nationale à chaque citoyen. En quoi, cette échéance dérangerait-elle les élections ? Moi, je vous parle de ce qui se fait et va se faire sur le terrain. C’est un engagement pris au plus haut niveau. Pour le reste, les Congolais sont libres de s’exprimer mais il est préférable qu’on s’approche de l’ONIP pour bien comprendre les choses. Vous faites référence à 2014. Regardez votre calendrier, on est en 2021.


Parce que la carte pour citoyen devra être délivrée au terme de l’identification de la population, devra-t-on tenir compte des Congolais nés de père et de mère congolais et ceux nés d’un seul parent congolais ?


Je vous ai dit que la Carte d’Identité Nationale sera délivrée à TOUS les Congolais vivant sur le sol congolais et ceux vivant à l’étranger. Vous êtes Congolais, vous avez droit et vous aurez votre Carte d’identité.


Propos recueillis par Hubert MWIPATAYI

Economie

RDC : Tshisekedi relance la lutte contre l’exploitation illégale de l’or

Lors du Conseil des ministres du 12 août dernier, le chef de l’Etat congolais a réitéré son engagement à lutter contre l’exploitation illicite de l’or, notamment dans la province du Haut-Huele.

Published

on

L’orpaillage illégal continue à battre son plein en République démocratique du Congo. Pour y mettre un terme, le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi a relancé la lutte. Lors de cette réunion du gouvernement, le cinquième Président congolais a fait allusion àl’exploitation illicite de l’or au moyen des engins lourds par des sujets étrangers dans la province du Haut-Uélé.

« Ces activités minières illicites s’effectuent soit dans des zones d’exploitation artisanale en complicité avec des coopératives minières qui laissent les étrangers accéder avec des engins lourds sur le site, soit dans les périmètres de recherche non encore transformés en permis d’exploitation ou encore dans les aires protégées », a dit Félix Tshisekedi dans sa communication rapportée dans le compte-rendu de la réunion par le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya. 

Le Président a aussi instruit le gouvernement afin que cette exploitation soit stoppée « sans délai ». Car, selon lui, ces pratiques violent le code minier et la loi relative à la conservation de la nature. A cet effet, il ainstruit le vice-premier ministre, ministre de l’intérieur, sécurité et décentralisation à prendre des actions urgentes pour stopper sans délai ces exploitations illicites, ajoute le porte-parole du gouvernement faisant toujours référence au compte-rendu de la réunion.

Enquête et recommandations  

Dans ce dossier sur l’exploitation illicite de l’or, l’implication étroite de la ministre de la Justice et Garde des Sceaux ? Rose Mutombo Kiese ainsi que celle de la ministre des Mines, Antoinette N’samba a été requise par le Président de la République. Cela, afin d’initier une mission d’enquête sur les activités illicites dans cette partie du territoire national et de lui faire un rapport accompagné des recommandations au prochain conseil des ministres.Il faut noter que quelques recommandations avaient été déjà faites lors d’un conseil des ministres passé (29ème réunion).   

Dans la province du Sud-Kivu, précisément dans le territoire de Mwenga, le même problème est décrié. En 2017, le bureau de coordination de la société civile du Sud-Kivu dénonçait déjà l’exploitation minière qui se fait par sept sociétés chinoise qui, selon la source, n’est pas artisanale mais semi-industrielle, utilisant des engins lourds. « Elle se fait en l’absence d’agrément octroyant un permis de recherche ni d’exploitation, en violation des propriétés privées et en l’absence des statistiques de production et de traçabilité des minerais extraits », avait expliqué le Président du bureau de coordination, Adrien Zawadi​.

Des sociétés tenues par des étrangers avaient été pointées du doigt par la société civile qui citait des entreprises et coopératives comme Yellow Watterressources, Oriental Ressource Congo, Crystal (Blue Metal), etc. Ces sociétés sont considérées comme prédatrices des matières premières congolaises dans cette partie du pays. 

Plusieurs exploitants profitent également de la faiblesse de l’Etat pour continuer à opérer dans des sites miniers, parfois sans documents légaux. Cela est vécu également dans d’autres provinces du pays, notamment au Sud-Kivu et Nord-Kivu.    

Heshima 

Continue Reading

Nation

Visite de Blinken en RDC : espoirs déçus !

Le secrétaire d’Etat américain a douché les espoirs des Congolais de voir Washington condamner le Rwanda pour son agression contre la République démocratique du Congo. Antony Blinken a plutôt renvoyé les deux pays aux négociations de Luanda et Nairobi.

Published

on

Ce n’était pas un « super Tuesday » en République démocratique du Congo. Le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, qui est arrivé, mardi 9 août à Kinshasa, n’a pas rencontré les attentes des Congolais qui voulaient le voir condamner le Rwanda pour son agression avérée dans le territoire congolais. Le chef de la diplomatie américaine n’a ni condamné ni demandé le retrait des troupes rwandaises et de leurs supplétifs estampillés M23 des territoires conquis, notamment la cité stratégique de Bunagana, dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu.

Interrogé par RFI pour savoir si son pays allait sanctionner le Rwanda, comme l’exige Kinshasa après les fuites du rapport onusien sur l’implication de ce pays dans la déstabilisation de la République démocratique du Congo, Antony Blinken a carrément répondu par la négation. Les Etats-Unis entendent plutôt, selon lui, «soutenir les efforts entamés par la SADC, l’initiative de Nairobi» pour «faire baisser la tension et la violence». Ce diplomate américain compte surtout soutenir les initiatives du Président sortant du Kenya, Uhuru Kenyatta, pour le processus de Nairobi, en vue d’essayer de trouver une solution pacifique pour l’Est du Congo.

Même si les attentes des Congolais étaient diverses et variées notamment sur le climat, le dossier de l’Est de la République démocratique du Congo est plus préoccupant aux yeux de l’opinion publique congolaise. « Nous espérons plus de coopération économique à travers des investissements américains, en particulier dans le domaine des compensations pour notre écosystème qui permet la lutte contre le changement climatique, dans le cadre de notre partenariat stratégique PPPP », estime le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya. Mais l’épineux dossier reste celui du Rwanda.     

Au cours d’une conférence de presse animée conjointement à Kinshasa avec Anthony Blinken, à l’occasion de sa visite en RDC, le chef de la diplomatie congolaise, Christophe Lutundula a révélé que son pays a officiellement saisi le secrétaire général de l’Organisation des Nations-Unies (ONU), António Guterres, au sujet du rapport de ses experts qui confirme que le Rwanda a soutenu le M23 pour déstabiliser l’Est de la RDC. « Le Gouvernement a mis le cap sur l’examen de ce rapport et sa mise à contribution par tous les intervenants bilatéraux et multilatéraux, afin de lever le voile et certaines zones d’ombre qui ont été créées délibérément et trouver une solution durable. En fait, le rapport, c’est le diagnostic qui doit nous permettre de trouver le médicament qu’il faut », a déclaré Christophe Lutundula. En d’autres termes, la RDC a sollicité que ce rapport puisse être débattu au Conseil de sécurité pour tirer toutes les conséquences de l’implication du Rwanda.  

Espoirs déçus 

Malgré cet activisme du gouvernement congolais sur la question du Rwanda, seul Washington et ses partenaires occidentaux pourraient faire bouger les lignes. Mais l’administration Biden semble doucher les espoirs des Congolais. « Imaginez que c’était la RDC qui agressait le Rwanda, Washington n’allait pas avoir cette posture. Le gouvernement congolais doit tirer les leçons de cette hypocrisie et investir dans son armée et privilégier des partenaires sincères », estime un analyste.       

Sous l’administration de Barack Obama, Washington avait pris des sanctions contre le Rwanda, en 2013, pour des cas de recrutement d’enfants-soldats dans les rangs de la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23) dans l’Est de la République démocratique du Congo. Ces sanctions consistaient à couper «toute l’assistance en termes de formation et d’entraînement militaire pour l’année budgétaire 2014». Mais cette fois-ci, il est difficile de voir les Etats-Unis sanctionner le Rwanda pour son soutien avéré à ces rebelles et même pour avoir attaqué les FARDC sur le sol congolais. Il faut maintenant scruter ses propos à Kigali pour en avoir le cœur net, puisqu’il est aussi attendu au Rwanda. 

Même sur le tableau du processus électoralle soutien de l’Oncle Sam n’est pas de taille. Washington annonce consacrer un soutien financier de 23,75 millions de dollars dans un processus qui coûte près d’un milliard de dollars à la RDC. Dans un communiqué, les Etats-Unis ont aussi insisté sur la tenue des élections transparentes, crédibles et inclusives. 

Heshima 

Continue Reading

Nation

RDC-USA : Antony Blinken à Kinshasa, quels enjeux pour la RDC ?

Après l’étape sud-africaine, le secrétaire d’Etat américain arrive ce 9 août à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo. Il sera reçu par Félix Tshisekedi au Palais fraichement rénové du Mont Ngaliema. Plusieurs questions attendent le chef de la diplomatie américaine, particulièrement la crise sécuritaire dans l’Est du pays.

Published

on

Ayant  débuté sa tournée africaine par l’Afrique du Sud, Antony Blinken est attendu, ce mardi 9 août 2022 à Kinshasa, en milieu d’après-midi. « Le Secrétaire d’Etat américain  sera reçu en début de soirée, au nouveau Palais présidentiel du Mont Ngaliema, par le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Les deux personnalités auront un tête-à-tête de près d’une heure avant une rencontre bilatérale des délégations congolaise et américaine », annonce la presse présidentielle. 

Cette visite intervient à un moment de tensions sécuritaires entre la République démocratique du Congo et son voisin, le Rwanda, accusé de soutenir les rebelles du M23. D’où les enjeux sont de taille pour la RDC à travers cette visite. Il y a,avant tout, l’enjeu sécuritaire…

Crise sécuritaire 

Depuis près de deux mois, les rebelles du M23 se sont emparés de la cité frontalière de Bunagana, un coin stratégique dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu. Pour en arriver là, ces forces négatives ont bénéficié du soutien avéré de l’armée rwandaise, selon le rapport [encore confidentiel] du groupe d’experts des Nations-Unies destiné au Conseil de sécurité et dont les bribes ont fuité dans les médias la semaine dernière.

Face à cette question, Kinshasa via notamment son chef de la diplomatie, Christophe Lutundula, exige des sanctions contre Kigali. Et au menu des discussions aujourd’hui entre le Président Félix Tshisekedi et le secrétaire d’Etat américain, la question de l’implication du Rwanda dans la déstabilisation de la partie Est de la RDC ne devrait pas manquer. Kinshasa compte d’ailleurs voir une pression accrue des Etats-Unis sur le Rwanda pour le pousser à reculer dans sa politique agressive contre la RDC. Encore que Blinken se rendra immédiatement à Kigali après sa visite de deux jours en RDC. 

Dans ce sens, 17 organisations et des experts congolais et américains ont notamment appelé, lundi 8 août, le secrétaire d’État américain à affirmer des sanctions américaines contre le Rwanda et aux autres personnes qui soutiennent des groupes armés qui commettent des abus en RDC. 

Elections 2023

L’autre enjeu qui intéresse beaucoup plus l’opposition politique, c’est la question des élections de 2023. Le communiqué du Département d’Etat américain qui annonçait la visite de son chef en RDC avait d’ores et déjà planté le décor. Les discussions avec les autorités congolaises devaient aussi porter sur l’intérêt mutuel à « assurer des élections libres, inclusives et équitables en 2023, à promouvoir le respect des droits humains et à protéger les libertés fondamentales. »

Pour la directrice de la division Crises et Conflits de HumanRights Watch, Ida Sawyer, « le déplacement du secrétaire Antony Blinken en RD Congo devrait permettre de renforcer les efforts de mise en œuvre d’élections démocratiques, et de lutte contre la corruption et les violations des droits ». Cela, dans un contexte où il y a une forme de montée des arrestations ces derniers jours à Kinshasa.  

Un partenariat clair ! 

L’autre attente des Congolais, c’est de voir un partenariat clair entre les Etats-Unis et la RDC. Malgré le Partenariat privilégié pour la paix (PPP) conclue en 2019 entre la République démocratique du Congo et les Etats-Unis, rien de concret n’est perceptible en République démocratique du Congo. Par contre, Washington n’a pas soutenu Kinshasa dans la demande de levée des mesures de restriction imposées par le comité des sanctions du Conseil de sécurité des Nations-Unies à la RDC en matière d’acquisition d’armes à feu. Ce qui a énervé l’opinion publique congolaise qui, depuis un temps, force son gouvernement à se tourner vers la Russie et la Chine. Surtout que le partenariat américain avec le Rwanda n’aide pas Washington à sanctionner Kigali pour son soutien aux groupes rebelles en RDC. 

Entre les Etats-Unis et la RDC, on est encore très loin de ce qui peut être une coopération militaire robuste et opérationnelle. Et en RDC, des Congolais veulent voir du concret face aux groupes armés mais aussi face au Rwanda. Mais sur RFI, ce matin, Antony Blinken n’a pas vraiment été clair sur ce conflit. A en croire ce diplomate américain, le rôle des Etats-Unis, c’est d’essayer de trouver « une solution diplomatique parce que c’est une crise qui se répète ». Ce qui laisse entrevoir qu’avec Paul Kagame, il ne sera pas question de sanctions.

Levée de sanctions américaines… 

Le déplacement de Blinken en RDC est également un enjeu pour des anciens dignitaires du régime de Joseph Kabila restés encore sous sanctions américaines, notamment Corneille Nangaa. D’ailleurs, l’ancien Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), n’a pas caché sa volonté de faire le plaidoyer auprès de Blinken pour obtenir la levée de ces sanctions prises à son encontre. Dans une correspondance adressée au chef de la diplomatie américaine, le 5 août, l’ancien patron de la centrale électorale a fait mention de « la nécessité de réévaluer les sanctions américaines liées au processus électoral de 2018 ». 

Dans cette note, il rejette aussi la responsabilité du glissement des dernières élections. La validation, selon lui, par l’Assemblée nationale, du rapport interne de la CENI concernant le dernier processus électoral, ainsi que le fait qu’il n’occupe, à ce jour, plus aucune fonction dans le domaine électoral, devraient l’exclure des critères de désignation prévus pour ces sanctions. « Le processus électoral de 2018 a été définitivement approuvé et ses animateurs ne devraient donc plus faire l’objet de réprobation », a écrit Corneille Nangaa. 

Il faut souligner qu’en mars 2019, cet ancien Président de la CENI a été accusé par le Trésor américain de « corruption et d’entrave au processus démocratique » et ses avoirs qui se trouvent sur le sol américain ont été gelés. Il lui est aussi interdit d’effectuer des transactions avec toute personne se trouvant sur le territoire américain. 

Sur cette liste noire, Corneille Nangaa n’est pas le seul. Il y a également son adjoint à la CENI, Norbert Basengezi, l’ancien ministre de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary, l’ancien inspecteur des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), John Numbi et tant d’autres proches de Joseph Kabila.      

Heshima 

Continue Reading

NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

Trending

You cannot copy content of this page
WeCreativez WhatsApp Support
Notre rédaction est là pour répondre à toutes vos préoccupations. N'hésitez pas !
👋Bonjour, comment puis-je vous aider ?