Nous rejoindre

Nation

La RDC et ses institutions d’appui à la démocratie, quel bilan ?

Au terme du dialogue inter-congolais tenu en 2002, à Sun City, en Afrique du Sud, la République démocratique du Congo avait résolu de créer des structures pour appuyer le processus démocratique amorcé après les pourparlers. Mais où en est-on aujourd’hui ?

Published

on

Au lendemain de l’Accord global et inclusif obtenu le 19 avril 2002 par les belligérants congolais et le pouvoir de Joseph Kabila, près de la ville de Rustenburg, en Afrique du Sud, une Constitution de transition avait vu le jour en RDC. Cette Constitution écrite à la suite de ce dialogue inter-congo prévoyait, à son article 154, la création de cinq institutions d’appui à la démocratie. Il s’agit de la Commission électorale indépendante, l’Observatoire national des droits de l’homme, la Haute autorité des médias, la Commission vérité et réconciliation et la Commission de l’éthique et de la lutte contre la corruption.

Après le retour des négociateurs, ces institutions dites d’appui à la démocratie devraient toutes se mettre en place pour accompagner la transition (de 1+4), notamment vers les élections démocratiques. Seulement voilà. Une fois rentrée au pays, les parties prenantes au dialogue ne vont s’intéresser qu’à des institutions qui rentraient dans leurs calculs politiques immédiats. Sur les cinq institutions, deux seulement verront le jour sous la transition. Il s’agit de la Haute autorité des médias (HAM) dirigée, à l’époque, par l’éditeur du journal Le Potentiel, Modeste Mutinga. En janvier 2011, la HAM cédera sa place au Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC). Ce dernier a pour rôle de garantir la liberté et la protection de la presse dans le respect de la loi.

 Puis, à l’approche des premières élections pluralistes du pays, en 2006, le besoin de mettre en place une Commission électorale indépendante (CEI) s’était fait sentir. L’organe sera chapeauté par l’abée Apollinaire Malu Malu Muholongu. La Commission électorale nationale indépendante (CENI ou appelée CEI jusqu’en mars 2011) est l’une des « institutions d’appui à la démocratie » créée à l’esprit de la Constitution de transition et l’Accord global et inclusif.

Hollande exige la CNDH !

  La veille de l’organisation du 14ème sommet de la Francophonie à Kinshasa, une troisième institution d’appui à la démocratie va connaitre un coup de pouce dans le processus de sa mise en place. Le régime de Joseph Kabila a alors besoin de la présence du président français pour crédibiliser davantage ces assises déjà boudées par une grande partie de l’opinion qui n’avait toujours pas digéré les résultats électoraux de 2011. Un scrutin qui a vu le président de l’époque, Joseph Kabila, rempiler pour un second mandat.

Mais avant l’arrivée de François Hollande, le Français va exiger la mise en place de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH). Et à son arrivée à Kinshasa, Hollande n’avait pas fait mystère de cette question à Joseph Kabila. La situation en République démocratique du Congo est «tout à fait inacceptable (…) sur le plan des droits de l’homme, de la démocratie, et de la reconnaissance de l’opposition», avait-il asséné, provoquant   l’indignation de Kinshasa qui lui avait suggéré de «compléter son information» pour rendre son voyage dans la capitale congolaise «très utile». Qu’à cela ne tienne, cette pression a abouti à la création de la CNDH dirigée par Mwamba Mushikonke.

Les forces de ces institutions

Bien que les autorités politiques n’aient pas vidé l’instauration de toutes les institutions d’appui à la démocratie selon l’esprit de Sun City, celles qui ont été créées ont contribué, tant bien que mal, au jeu démocratique. Aujourd’hui, grâce à la Commission électorale nationale indépendante, le pays a connu trois cycles électoraux. Celui de 2006, 2011 ainsi que le dernier en date, celui de 2018. S’il faut dresser un bilan de ces institutions, leurs activités ou actions ont permis au pays d’avancer démocratiquement. L’existence de ces institutions fait qu’aucun président de la République, aujourd’hui, ne saurait faire fi des avancées démocratiques en privant le pays des élections de manière définitive. La présence de la CNDH parait être comme une sentinelle contre des violations des libertés fondamentales des citoyens.

Eternelle politisation…

Face aux forces de ces institutions, ces structures ont aussi bien leur talon d’Achille : la politisation. Voulue une structure à part, indépendante de la politique, la CENI se retrouve malheureusement au cœur de la bataille politique cherchant son contrôle. Si dans les vielles démocraties, c’est le ministère de l’intérieur qui s’occupe des élections, en République démocratique du Congo, le constituant a voulu en faire une question détachée du ministère de l’intérieur. Puisque ce dernier, sous les tropiques, est toujours sous la coupe du pouvoir en place. De son côté, la CNDH, ne fait pas véritablement son travail de monitoring des cas de violation des droits de l’homme comme il se doit. 

Dido Nsapu 

Nation

Kyungu wa Kumwanza : le «Baba wa Katanga» s’en est allé

C’est dans sa propre ferme privée, située non loin de la ville de Lubumbashi, que le corps d’Antoine-Gabriel Kyungu wa Kumwanza, surnommé « Baba wa Katanga », git désormais. L’Etat congolais, sa famille politique et biologique se sont convenus de l’y inhumer, après son décès survenu le 21 août 2021 à Luanda, en Angola, des suites d’une courte maladie. Retour sur le parcours atypique d’un politique à plusieurs casquettes, qui a résisté à l’usure du temps et qui a collaboré avec différents régimes avant de leur tourner le dos.

Published

on

Les hommages

C’est sur l’esplanade du bâtiment du 30 juin, siège de l’Assemblée provinciale du Katanga que les Katangaises et Katangais ont pleuré leur « Baba ». En effet, avec la mort de Gabriel Kyungu, le chef de l’Etat congolais a perdu un allié stratégique. En apprenant la nouvelle de sa mort, Félix-Antoine Tshisekedi a, dans un message de condoléances adressé à sa famille, salué la mémoire d’un homme dont l’héritage politique s’étend au niveau national. Pour Moïse Katumbi, la sentinelle du Katanga s’en est allé. « Le cœur vaillant de la sentinelle du Katanga s’est arrêté de battre. Baba Kyungu était un grand frère et un ami. Monstre sacré de la politique, nous conservons de lui le souvenir de son franc-parler. Son départ nous laisse inconsolables…L’un des hommes qui ont fait tomber la Kabilie » a-t-il dit. Pour Jean-Marc Kabund-A-Kabund, Gabriel Kyungu est «un homme qui a marqué l’histoire politique de la RDC par son courage exceptionnel ».

Un politique invétéré

 Fils de Marcel Kabulo Mwenda et d’Alphonsine Kibawa, Antoine-Gabriel Kyungu voit le jour le 24 octobre 1938, à Ankoro, dans le Haut-Katanga. En 1965, alors qu’il n’a que 27 ans, ce Luba du Katanga, enseignant de formation, commence la politique comme syndicaliste. Dans son parcours, il travaillera aux côtés d’Augustin Kibasa Maliba, ancien ministre des Sports.

Le « Baba wa Katanga » est l’un des rares hommes politiques congolais qui ont fréquenté les chefs d’Etat qui se sont succédé à la tête de la RDC. Cependant, il n’était pas le genre de personnes qui préfèrent rester dans le statu quo, raison pour laquelle il a plusieurs fois changé de camp politique. À cause de cela, ses détracteurs l’ont qualifié de traitre toujours prêt à tourner le dos à ses alliés pour ses intérêts.

Gabriel Kyungu wa Kumwanza a été, avec Etienne Tshisekedi, Ngalula Pandajila, Makanda Mpinga Shambuyi, Kapita Shabangi, Lusanga  Ngele…l’un des 13 parlementaires fondateurs de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), au début des années 80. A l’instar d’Etienne Tshisekedi, il fut arrêté par le pouvoir.

En 1997, il se rapprocha de Laurent-Désiré Kabila à l’entrée de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo (AFDL), mais, pour retourner vite dans l’opposition. Il se réconciliera avec Etienne Tshisekedi avant sa mort. Après avoir soutenu Joseph Kabila, il le lâchera. En 2015, après avoir écrit trois lettres au président Kabila pour s’opposer à sa tentative de prolonger son mandat, lui et ses pairs de G7 s’en allèrent. Membre de la Majorité présidentielle, il passera dans l’opposition à la tête du G7.

Plusieurs fois gouverneur et député

A deux reprises, le Marechal Mobutu a nommé Gabriel Kyungu gouverneur du Katanga. Premièrement comme gouverneur du Shaba de 1991  à 1995, et deuxièmement comme gouverneur du Katanga pendant un mois (de mars à avril 1995).


Par la suite, Laurent-Désiré Kabila le reconduira aux mêmes fonctions, avant de le nommer ambassadeur plénipotentiaire de la RDC aux Emirats arabes unis, de 1997 à 2001.

 Outre l’exécutif provincial, il a aussi exercé comme député provincial dont il a été président de l’Assemblée provinciale- deux fois sous Joseph Kabila. C’est aussi en tant que président de la même Assemblée qu’il est mort, fonction qu’il a exercée depuis le 20 février 2021, date à laquelle il avait succédé à Freddy Kashoba.

Sur le plan national, Kyungu wa Kumwanza a été plus d’une fois élu député national. En tant que doyen d’âge, il sera désigné président du bureau d’âges jusqu’à l’installation du  bureau définitif de l’Assemblée nationale qui sera présidé par Jeannine Mabunda. Toutefois, Antoine-Gabriel Kyungu a ainsi travaillé comme cadre à la Société Nationale des Chemins de fer du Congo (SNCC) dont il avait été nommé Président du Conseil d’administration le 3 juin 2019.

La mort du fédéraliste

Figure politique emblématique du Katanga, le président de l’Union Nationale des Fédéralistes Congolais (UNAFEC), Gabriel Kyungu wa Kumwanza, a été le porte-drapeau du fédéralisme au Congo. Son parti est très implanté dans la commune de la Kenya, à Lubumbashi. Ancien membre de l’Union des Fédéralistes et des Républicains Indépendants (UFERI), formation politique fondée par Jean Ngunz a Karl-I-Bond, il a perpétué le nom de Moïse Tshombe, que l’on considère comme le père de l’indépendance du Katanga.

C’est lui qui a rebaptisé la place de la Poste de Lubumbashi « Place Moïse Tshombe ».

Affaire d’« expulsion de Kasaïens »

En 1992, Kyungu wa Kumwanza fut cité comme instigateur lorsque les Kasaïens, accusés de voler les emplois des autochtones avaient été chassés. Cependant, les instants avant sa mort, il était curieusement considéré comme défenseur desdits Kasaïens qu’il protégeait contre les attaques de certains Katangais. Le 5 juillet 2021, il était le premier, lors d’une conférence animée à sa résidence, à mettre en garde ceux qui mettaient en avant la politique des autochtones, qu’il avait jugé de problématique et dangereuse pour le développement de la province.

Hubert MWIPATAYI

Continue Reading

Nation

Ces jeunes congolais déterminés à faire parler d’eux

Depuis quelques années en République Démocratique du Congo émergent des milieux politiques de jeunes politiques influents qui savent surfer sur le vent propulseur des réseaux sociaux. Ils sont très remarquables sur Twitter, Facebook… où ils n’ont pas besoin d’un encadrement ou d’un mentor.

Published

on

 Si le dénominateur commun reste les réseaux sociaux, certains jeunes congolais évoluent dans des partis politiques ayant pignon sur rue, d’autres agissent en indépendants, d’autres encore militent comme membres de la société civile. Sans doute, ils sont aujourd’hui nombreux ceux qui sont devenus célèbres grâce à leurs interventions à titre personnel sur les réseaux sociaux. Ted Beleshayi, secrétaire exécutif de la Ligue des jeunes de l’UDPS, Billy Kambale et Dr Yemba de l’Union pour la nation congolaise (UNC), Constant Mutamba de la Nogec, Jacky Ndala de l’Ensemble pour la République, Blanchard Mongomba du Nouvel Elan, Seth Kikuni… sont entre autres, les jeunes qui s’y distinguent et qui ont le vent en poupe.

Bataille pour se hisser dans l’opinion publique

Si une catégorie excelle en communiquant efficacement sur Twitter, une autre est sur Facebook… Patrick Nkanga du PPRD et Patrick Muyaya, ministre actuel de la Communication et médias, sont deux des jeunes politiques qui savent tirer profit de Twitter. Certains, à l’instar de Honoré Mvula, président du parti la Force des Patriotes (FP), se réclamant proche du président Tshisekedi, arrivent à réaliser jusqu’à plus de 1 millions de « j’aime » sur Facebook. D’autres comme Fils Mukoko et le pasteur Guily, deux combattants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), font souvent du buzz sur Facebook. S’ils ne sont pas très actifs sur les réseaux sociaux, d’aucuns savent néanmoins s’appuyer sur ceux-ci par le biais de ceux y ont une grande influence. Tel est le cas de l’avocatphilanthrope et homme politique Guy Loando.

Acteurs politiques à part entière

Des mouvements citoyens à la politique il n’y a qu’un pas. À l’instar de jeunes de Y’en a marre (Sénégal) et du Balai Citoyen (Burkina Faso), d’autres jeunes congolais évoluant dans  des mouvements citoyens, luttent notamment pour la préservation de la démocratie. Ces leaders de la nouvelle génération, habitués à titiller le pouvoir, « combattent » au sein de plusieurs mouvements citoyens dont les plus connus sont la Lucha et Filimbi. Parmi ses grandes figures on trouve Fred Bauma, Carbone Beni et bien d’autres. Individuellement, on trouve aussi de personnes qui trouvent à redire en politique. L’abbé Blaise Kanda, curé de la paroisse Notre Dame de l’Espérance, à Mbuji-Mayi et certains comédiens sont de ceux-là.

Journaliste ou propagandiste

L’autre catégorie est constituée de jeunes, au départ journalistes, mais qui sous le couvert de la corporation journalistique excellent dans la propagande politique. Ceux-ci vendent parfois leurs services aux politiques en mal de positionnement ou en déficit d’influence. Une fois le magot en poche, ces nouveaux « samouraïs » n’hésitent pas à mettre du feu sur les réseaux sociaux, en foulant aux pieds la déontologie et l’éthique professionnelle. On retient d’eux deux choses : dans les vidéos virales qu’ils larguent sur les réseaux, s’ils ne sont pas laudateurs, ils sont diffamateurs. Cela marche apparemment bien pour eux étant donné que les petites enveloppes qu’on leur glisse leur permettent de paraître…

De plus en plus de jeunes au sein des institutions

Contrairement à une certaine époque où les « vieux » dominaient la scène politique, les jeunes envahissent davantage les institutions de la République. A Kinshasa, ils sont nombreux qui ont su tirer leur épingle du jeu lors des élections de 2018. Parmi ceux-ci figurent les députés nationaux Daniel Safu, Eliezer Tambwe, Christelle Vuanga… Il y a au parlement, pendant cette législature, une cinquantaine de députés de moins de 40 ans dont la benjamine a moins de 30 ans. Patrick Muyaya, 39 ans, est le président du Réseau des jeunes parlementaires.

 Hubert MWIPATAYI

Continue Reading

Nation

Autopsie des processus électoraux en RDC: La lourde responsabilité de la classe politique et des confessions religieuses dans l’échec.

En jaugeant les différents processus électoraux de la RD Congo, on arrive à la conclusion que les difficultés rencontrées résultent de la volonté des acteurs politiques de caporaliser la CENI. Les confessions religieuses y contribuent malheureusement significativement.

Published

on

Il y a fort à craindre que le souci de garantir l’indépendance, la neutralité et l’impartialité de la CENI, de façon à rassurer tous les compétiteurs électoraux de la crédibilité des élections de 2023 ne soit qu’un vœu pieu. Les faits prouvent que la responsabilité de l’échec des processus électoraux est partagée entre les acteurs politiques dont les parlementaires qui n’arrivent pas toujours à voter des lois garantissant l’impartialité, et les chefs religieux. Pourtant, c’est sur le président de la commission électorale que l’on rejette toute la responsabilité après les élections.

L’histoire s’est répétée lors des précédents cycles électoraux et il y a fort à parier qu’elle se répète avec le processus électoral en cours. Depuis la désignation de l’abbé Apollinaire  Malumalu, précurseur et concepteur de l’architecture électorale de la RDC, les choses se déroulent toujours de la même manière. Ce qui arriva au moment de sa désignation, de celle de ses successeurs Daniel Ngoyi Mulunda et Corneille Nangaa ou de  Ronsard Malonda, est en train d’arriver aujourd’hui.  Les mêmes causes produisant les mêmes effets, si en 2006, 2011 et 2018 les élections ont été qualifiées de chaotiques, on se demande si ce ne sera pas pareil en 2023. Entretemps, avec du temps perdu, l’impératif du respect du délai constitutionnel des scrutins devient illusoire.

Plusieurs réformes pour rien

C’est après chaque processus électoral que la question de la réforme refait surface, même si les mêmes tares subsistent. Présentant devant les élus du peuple le 9 avril 2021 le rapport général du processus électoral, Corneille Nangaa avait déclaré ce qui suit au sujet de la réforme électorale : « Tout le monde parle aujourd’hui de réformes électorales. Mais il n’est pas évident que tous ceux qui en parlent en aient la même compréhension ». Le président sortant de la CENI a évidemment raison.

On a beauprocéder au changement de président de la centrale-électorale ou  réviser la loi sur la CENI et la loi électorale,  on est encore loin de sortir de l’ornière. Les velléités de la caporalisation de la CENI subsistent toujours. Du coup, les faiblesses relevées lors des cycles électoraux passés reviennent toujours.

La problématique de la caporalisation de la CENI

Corneille Nangaa et d’autres acteurs politiques ont recommandé la désignation des personnalités indépendantes, mais la démarche reste une équation difficile à résoudre tant les « désignateurs » sont eux-mêmes divisés.   Pour sa part, le Groupe d’étude sur le Congo (GEC) pense qu’au-delà de la désignation des personnalités indépendantes,  le président de la République devrait insuffler la dynamique de réforme du processus électoral ou avoir la volonté d’agir en ce sens. En tant que garant du bon fonctionnement des institutions, le président Félix Antoine Tshisekedi n’a pas à faire litière de la question.

Même, comme l’a suggéré la plateforme Lamuka dans sa proposition de loi, constituer le  bureau de la centrale électorale uniquement avec des membres de la société civile ne résoudra pas le problème. Aussi longtemps que la société civile elle-même sera politisée, la CENI sera toujours caporalisée. Il est ainsi difficile de ne pas transformer la désignation des membres de la CENI  et de son président en un lieu de conquête ou de conservation du pouvoir.

L’impossible dépolitisation de la CENI

Au début de chaque processus électoral, il y a toujours une controverse autour de la dépolitisation de la CENI. Cependant, une fois le projet de loi sur la CENI analysé et adopté par les  députés nationaux, on ne  voit finalement pas le travail de dépolitisation abattu. Encore que certains scientifiques-politiques ne croient même pas que ce soit possible. Tel est le cas du professeur André Mbata, député national de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et président de la commission PAJ de la chambre basse du Parlement, qui estime impossible  la dépolitisation de la CENI.

Le Groupe d’Etudes sur le Congo, lui aussi, pense que la dépolitisation totale de la CENI est pratiquement impossible dans un climat de méfiance entre les acteurs politiques  qui tiennent à avoir leurs délégués à la CENI considérés comme leurs yeux dans l’organe de gestion des élections. L’Accord de Sun City, adopté en 2003, préconisait la mise en place d’une CENI indépendante…Selon le GEC, le compromis politique trouvé portait les germes d’instrumentalisation politique de la commission électorale. Or, tant que la commission électorale ne sera pas réellement indépendante, parler des élections libres et démocratiques sera toujours utopique.   Bien plus, étant donné ce qui s’est passé lors des élections précédentes, il est difficile de dissiper le climat de suspicion, de manque de confiance entre les chefs religieux et de méfiance entre les acteurs politiques.

Les confessions religieuses ont déçu

Le processus ayant conduit à la désignation de Ronsard Malonda et celui qui est en cours, démontrent que les chefs religieux en général sont hypocrites, certains sont cupides et corruptibles.  Les agendas des uns et   des autres se sont finalement étalés au grand jour. Aussi, leur  charte n’encourage que des querelles d’Allemands, car élaborée comme pour ne pas permettre le consensus, ce qui,  inexorablement, renvoie au vote. Et lorsqu’il faut parler vote, chacun connait la suite.

Cette fois-ci encore, les représentants de la plateforme des 8 confessions religieuses (Eglise Catholique, Armée du Salut, Eglise Kimbanguiste, Eglise Indépendante, Eglise Orthodoxe, l’Eglise du Christ au Congo, Eglise du Réveil, musulmane) auxquelles revient la tâche de désignation du président de la CENI ont déçu.

L’indépendance et neutralité du candidat censé les représenter pose toujours problème et l’église catholique évoque un problème d’intégrité. Après plusieurs rounds improductifs, les 6 confessions religieuses ont dare-dare déposé leur PV de désignation du candidat président de la CENI au Bureau de l’Assemblée nationale.  Mais, les représentants de la CENCO et de l’ECC s’en moquent comme de leur première « soutane », estimant comme l’a dit Eric Senga, porte-parole de l’ECC, qu’il n’existe pas juridiquement une plateforme de 6 confessions religieuses.

Pour Donatien Nshole, secrétaire général de CENCO, le candidat qu’il appelle X, présenté par ces 6 confessions religieuses, pèche par rapport à l’intégrité et l’indépendance. En effet, la proposition de loi que Christophe Lutundula a soumise au parlement stipule que les membres de la CENI sont choisis parmi les personnalités indépendantes reconnues pour leur compétence, intégrité morale, probité, honnêteté…

D’aucuns se rappellent  qu’à chaque occurrence la CENCO vient avec son candidat et aucun jusqu’à présent n’a eu la chance de passer. Ses membres ont eu parfois à être en contradiction entre eux, le cas de la désignation de Malu Malu qui avait divisé les évêques en 2013. Contre l’avis de la CENCO, Malu Malu avait accepté de présider la CENI. Il avait le soutien de son évêque, Mgr Sikuli Paluku Melchisédech,  alors que la CENCO s’était opposée à la présence d’un ecclésiastique à ce poste, préférant comme candidat le laïc Botolo Magoza. Les évêques  avaient demandé des sanctions canoniques contre l’abbé Apollinaire Malu Malu et ce dernier avait perdu son poste de directeur général de l’Institut panafricain Cardinal Martino. Aujourd’hui, le candidat Cyrille Ebotoko qui jouit de son soutien, comme en 2020 face à Malonda, Denis Kadima et Sylvain Lumu, continue d’être à l’écart.   

Au terme du tamisage en 2020, les catholiques et les protestants n’avaient été pour le choix de Ronsard Malonda dont le président Tshisekedi avait refusé la validation de mandat après  l’entérinement de l’assemblée nationale.

En définitive, les confessions religieuses passent pour une plateforme fantoche, facilement manipulable par la classe politique. L’abbé Donatien Nshole, sur les ondes d’une radio locale, a eu à exprimer ses regrets par rapport à l’image qu’ils véhiculent tous dans l’opinion. Certainement, cela pousse d’aucuns à dire que, si l’on y prend garde, elles (les confessions religieuses) finiront par se voir déposséder de ce privilège leur reconnu dans l’Accord global et inclusif de Sun City. « Les hommes restent ce qu’ils sont. Qu’ils soient en soutanes, ils ont un cœur humain », conclut Jacques Djoli.

Le choix cornélien de Félix Tshisekedi

Monseigneur Marcel Utembi et le docteur André Bokundoa ne sont pas de ceux qui reculent. Malgré le jusqu’auboutisme de leurs pairs, ils tiennent à épuiser toutes voies nécessaires. Devant la décision implacable du groupe de l’évêque général Dodo Kamba, ils sollicitent l’arbitrage du président Tshisekedi, sous prétexte qu’il s’était adressé à Jeannine Mabunda lorsqu’il y avait mésentente  au tour de la désignation de Ronsard Malonda.  Le 17 juillet 2020, le président Tshisekedi avait effectivement  refusé d’investir Ronsard Malonda, dans un courrier adressé à la présidente de l’assemblée nationale, Jeannine Mabunda, soulignant que ladite désignation était fortement contestée par plusieurs des représentants des confessions religieuses, à savoir l’Eglise catholique, l’Eglise du Christ au Congo et l’Eglise Kimbanguiste.

La « jurisprudence Mabunda » existant, le président Félix Tshisekedi a tout intérêt à trancher pour éviter les manifestations qu’avaient initiées le Comité laïc de coordination (CLC) et Lamuka, lorsque Ronsard Malonda était désigné en 2020, lesquelles manifestations avaient occasionné la mort de plusieurs personnes. Si autre fois Lamuka, le CLC et l’UDPS étaient contre la désignation de Ronsard Malonda, actuellement Lamuka, FCC (PPRD) et les mouvements citoyens comme La Lucha  font un lever de boucliers. 

Des processus électoraux ayant les mêmes caractéristiques.

Ric à ric, tous les processus électoraux suivent ou presque le même schéma. Ainsi, après l’étape de la désignation des animateurs de la CENI, comme lors des autres processus, la classe politique va passer à une autre, celle des tiraillements portant sur la loi électorale dont le manque de compromis sur pas mal de points : mode de scrutin, seuil, machine à voter, enrôlement, fichier électoral, caution non remboursable…

Pour le processus électoral en cours, on peut dire que « les allemands arrivent » : il n’y a plus rien à faire. Autant en emporte le vent. Sinon, les questions demeurent. Devrait-on continuer à parler des élections chaotiques, fraudes massives, bras de fer ou résultat entaché d’irrégularités ? En réalité, les prémisses posées actuellement sont inévitablement celles qui produisent le cafouillage ou le tripatouillage. Comment dans ce cas précis ne pas s’attendre à la violence postélectorale ?

Hubert MWIPATAYI

Continue Reading

NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

Trending

WeCreativez WhatsApp Support
Notre rédaction est là pour répondre à toutes vos préoccupations. N'hésitez pas !
👋Bonjour, comment puis-je vous aider ?
error: Attention: Le contenu est protégé !