Nous rejoindre

Nation

Deux ans après sa création, la CNSS a conquis les coeurs des prestataires.

Il y a deux ans, sous l’impulsion de sa très dynamique Directrice Générale, Agnès Mwad Nawej, l’Institut National de Sécurité Sociale devenait officiellement Caisse Nationale de Sécurité Sociale, en vertu de la loi n°16/009 du 15 juillet 2016 relative au régime général de la sécurité sociale en RDC, qui venait remplacer la Loi organique de la Sécurité Sociale du 29 juin 1961. Même si cette dernière a permis à cette entreprise qui s’occupe de la prise en charge des retraités, de se hisser parmi les meilleures de la République Démocratique du Congo, elle était, cependant, sujette à de nombreuses critiques devenant quasiment obsolète comparée aux politiques de sécurité sociale développées sous d’autres cieux.

Published

on

Photo: Shutterstock

La loi créant la CNSS est plus globalisante et adaptée aux besoins en présence, ceux surtout en rapport avec la couverture sociale, les prestations et leurs conditions d’octroi.

A presque deux ans depuis l’entrée en vigueur de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, le bilan est plus que satisfaisant, à en croire de nombreux bénéficiaires qui trouvent le nouveau régime plus adapté aux conditions des travailleurs et aux impondérables entourant la vie professionnelle.

C’est donc une loi plus souple qui place la CNSS au diapason des Caisses d’autres pays, membres de l’Association Internationale de la Sécurité Sociale (AISS) et qui prend en compte les principes de la Conférence internationale de la Prévoyance Sociale (CIPRES), elle élimine les disparités et offre un meilleur accès à la protection sociale pour tous.

Une loi innovante !
• La politique de sécurité sociale à l’époque de l’INSS était déjà une aubaine pour les prestataires et les retraités. La CNSS a, depuis sa mise en place développé des dispositifs tendant à permettre aux retraités de disposer de meilleures ressources.

• L’extension des allocations familiales donnant lieu, grâce à la nouvelle loi, aux allocations prénatales et de maternité ainsi que les indemnités journalières pour la femme travailleuse pendant le congé de maternité en vue de compenser ses éventuelles pertes de revenus.

• La nouvelle loi prend également en compte les principes d’égalité entre l’homme et la femme. L’âge de départ d’office à la retraite est fixé à 65 ans tant pour l’homme que pour la femme, avec possibilité d’opérer un rachat de la carrière pour tout assuré âgé de 60 ans au moins qui ne totalise pas 180 mois d’assurance. Il en est de même de l’allocation de vieillesse pour l’assuré ayant moins de 15 ans d’assurance et la pension d’orphelins et de survivant aux ayants-droit d’un assuré.

• Les dispositions de la nouvelle loi ont étendu la couverture sociale à plusieurs autres catégories, à savoir : les mandataires de l’Etat, les personnels de l’Etat, les employés locaux des missions diplomatiques accréditées et établies en RDC, les associés actifs des sociétés, les assurés volontaires et les détenus exécutant un travail périlleux victimes d’un accident survenu à l’occasion de ce travail. De quoi remédier aux erreurs du passé où des citoyens congolais travaillant pour le compte d’organismes internationaux ou des sujets expatriés se sont retrouvés presque abandonnés au soir de leurs vies. C’est dans cette perspective que la CNSS a obtenu l’appui du Gouvernement et des partenaires sociaux afin de doter ses actions de pouvoirs de coercition.

• La prise en charge, en plus des accidents du travail et des maladies professionnelles, des maladies d’origine professionnelle ; l’allongement à 60 jours du délai de déclaration de l’accident de travail ; l’allongement à 120 jours du délai de déclaration de l’accident de travail.

• La nouvelle loi prévoit également la mise en oeuvre d’un programme de prévention des accidents de travail et des maladies professionnelles ainsi que la promotion par le nouvel établissement public de toute action tendant à éduquer et à informer les employeurs et les assurés afin de les prémunir contre les risques éventuels.

Championne du social en RDC !
Le 18 mai 2020, en guise de réponse à l’appel lancé par le Chef de l’Etat, Agnès Mwad Nawej, la Directrice Générale de cet établissement public de premier rang a cassé la tirelire en remettant 1 million de dollars au Comité de gestion du Fonds national de solidarité contre le coronavirus (FNSCC). Une façon de marquer d’une pierre blanche la lutte contre la COVID-19 en République Démocratique du Congo. Un acte o combien généreux qui est venu répondre à l’appel du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, celui d’alimenter le FNSCC, lancé aux hommes de bonne volonté, aux entreprises publiques ou privées, ainsi qu’aux bailleurs de fonds. En effet, l’ex-INSS n’est pas à sa première action depuis que le premier cas de coronavirus a été détecté en RDC. Elle venait, en avril, de faire un don d’une ambulance aux Cliniques Universitaires de Kinshasa, véhicule que la ministre d’Etat Néné Ilunga Nkulu avait remis aux responsables de l’hôpital. Une autre façon d’appuyer l’effort national de lutte contre la pandémie à coronavirus.

« CNSS a obtenu l’appui du Gouvernement et des partenaires sociaux afin de doter ses actions de pouvoirs de coercition »

L’intervention de la CNSS dans la lutte contre la propagation de la pandémie covid-19 ne vient pas comme un cheveu dans la soupe, elle rentre dans ses attributions des plus inaliénables concernant l’action sociale et sanitaire. L’article 2 de la nouvelle loi relative au régime général de la sécurité sociale énumère les différentes prestations sociales prises en charge par la CNSS. Dans la même logique, un autre article, 123, stipule que l’action sanitaire et sociale consiste à l’amélioration de l’état sanitaire et social des assurés ainsi que de leurs ayant-droits. Une aide financière ou encore des contributions auprès des institutions publiques ou privées agissant dans les domaines sanitaire et social sont des actions inhérentes au fonctionnement optimal de la CNSS, qui, depuis l’avènement de la Directrice Générale Agnès Mwad Nawej à sa tête, a fortement développé sa responsabilité sociétale au point d’être championne en la matière en RDC.

Une souscription plus que jamais urgente !
L’expérience du coronavirus a présenté un tableau sombre de la prise en charge des personnes dans les structures de santé. L’Etat ne prend pas toujours en charge sauf cas de force majeure. D’où la nécessité de souscrire à la politique de sécurité sociale que propose la CNSS avec l’assurance d’une prise en charge dans des centres hospitaliers respectables sur le plan national et international.

Le large éventail de vertus contenues dans le nouveau régime de la CNSS offre également une panoplie des choix de prise en charge. L’avenir se prépare chaque jour, souscrire à une politique de sécurité sociale met à l’abri au soir de la vie.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Economie

EUSTACHE MUHANZI, CE QUE L’ON SAIT DE SES ACTIONS

Au-delà de ses occupations d’Etat, Eustache Muhanzi Mubembe mène aussi plusieurs actions sociales à travers une fondation qui porte son nom. Portrait d’un homme qui aime agir sans tambour ni trompette en faveur de la population, particulièrement celle du Sud-Kivu.

Published

on

Dans la province du Sud-Kivu, précisément dans le territoire de Kabare, les empreintes des œuvres sociales du ministre d’Etat Eustache Muhanzi sont visibles. En septembre 2022, des sacs de ciment et tôles ont été offerts à Kabare Nord pour participer à la construction des écoles, une salle polyvalente et une salle de formation en informatique.

Ceci dans le but de contribuer au développement durable de cette partie de la province du Sud-Kivu. A Lugendo, l’Ep Ishungu a bénéficié d’un lot de tôles, alors que l’institut Nyamukola de Birava a reçu des sacs de ciment pour l’aménagement d’une salle d’informatique afin de faciliter l’éducation des enfants dans cette partie de la province du Sud-Kivu. 

De Lugendo en passant par Ishungu, Birava, jusqu’à Luhihi, la population avait réceptionné des dons des mains propres du président de la Fondation Muhanzi Mubembe Eustache. Au total, sept écoles protestantes et certaines dans le secteur catholique ont bénéficié de l’appui de cette fondation.

En juillet 2023, d’autres actions ont été initiées par le ministre d’État, ministre de la Décentralisation et Réformes institutionnelles, Eustache Muhanzi Mubembe. Ce dernier a posé, le 8 juillet, devant une foule en liesse, la première pierre qui va lancer les travaux d’érection des nouvelles salles de classe de l’E.P. Mugobe. Il s’agit de l’agencement de 14 salles de classe en dur et répondant au standard international pour l’école primaire Bugobe, toujours dans le territoire de Kabare, au Sud-Kivu. L’initiative et le financement sont l’œuvre de sa fondation qui répond aux besoins de formation dans sa communauté.

Muhanzi, discret mais efficace… 

Effacé à dessein, croyant plus aux œuvres qu’aux discours, père d’une famille croyante et chrétienne, l’homme se distingue par la cinquantaine révolue – 55 ans exactement. Ancien du petit séminaire de Katudwe Cibimbi à Nyangezi et du très célèbre collège Alfajiri des Pères Jésuites de Bukavu, il y entreprit et y acheva ses études secondaires en chimie-biologie. Friand de connaissances, il fréquentera successivement l’Université de Kinshasa et l’Université Protestante du Congo. Il a ensuite fait des études en pharmacie, en droit et aussi en développement, pour lesquelles il justifie des diplômes universitaires conséquents.

 Discret, peu connu du grand public, Eustache Muhanzi Mubembe est pourtant actif dans les réalisations de développement au profit de sa communauté. Sur le plan politique, son dévouement et son sérieux démontrés aussi bien dans le cadre de son parti Union pour la Nation Congolaise (UNC) qu’au sein du gouvernement lui décerne les mérites d’homme de confiance.

Cette confiance amènera le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, à lui accorder la gestion du portefeuille des Ressources Hydrauliques et Électricité dans le premier gouvernement de l’alternance pacifique puis le portefeuille de l’Entrepreneuriat, Petites et Moyennes entreprises dans le gouvernement Sama Lukonde I et ensuite le ministère de la Décentralisation au sein du gouvernement actuel Sama Lukonde II. Avant ce parcours comme ministre d’Etat, Eustache Muhanzi a été tour à tour, chef de département médico-pharmaceutique de la Police nationale congolaise puis directeur général du Fonds de promotion culturelle.

Il a également été conseiller dans quelques cabinets politiques au niveau national. Proche collaborateur de celui que d’aucuns appellent « Mwalimu », Vital Kamerhe, Eustache Muhanzi est l’un des piliers et pionniers de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), parti qui lui est cher. Il en a été successivement, dès sa création, le secrétaire politique national adjoint chargé de l’organisation, pour devenir, au plus fort des enjeux, coordonnateur de la cellule nationale des élections. Sa touche personnelle s’y est vite fait remarquer. Comment en aurait-il d’ailleurs été autrement quand on connait la méticulosité, le volontarisme et l’amour du travail bien fait qui sont quelques traits dominants de sa personnalité.

Un des ministres les plus actifs… 

Par rapport à ce qu’il a accompli, Eustache Muhanzi demeure depuis quatre ans l’un des membres du gouvernement de la République les plus actifs. Depuis sa prise de fonction à la tête du ministère de la Décentralisation et Réformes institutionnelles, il ne baisse pas les bras. En juin 2023, il a participé à des travaux relatifs à la problématique de la décentralisation organisés par le Centre international pour la promotion de l’Afrique (CIPA) à Saint Gilles, en Belgique. 

Le 17 août 2023, Eustache Muhanzi, conscient de ses tâches liées aux entités décentralisées, a rencontré le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Denis Kadima. Ensemble, les deux personnalités ont travaillé sur la question des échéances électorales qui pointent à l’horizon, très spécifiquement, en ce qui concerne les entités territoriales décentralisées, sur les élections provinciales, urbaines et locales, qui devront sensiblement contribuer à la mise en œuvre effective du processus de décentralisation en RDC, et l’autonomie de gestion des ETD voulue par la Constitution de la République.

Des empreintes aux PME…

 Le 27 avril 2021, lorsqu’il procédait à la remise et reprise au ministère de l’Entreprenariat, Petites et moyennes entreprises (E-PME), il avait indiqué que son action serait axée sur cinq objectifs principaux. Il s’agissait de mettre en œuvre le Programme national de développement de l’Entrepreneuriat au Congo (Pronadec) pour promouvoir l’émergence des classes moyennes congolaises, doter le pays d’un cadre légal et réglementaire sur l’entrepreneuriat, l’artisanat et les startups…

A cette époque, il avait abattu un travail de qualité avec les structures dépendant de ce ministère, parmi lesquelles l’Autorité de régulation de la sous-traitance dans le secteur privé (ARSP), le Projet d’appui au développement des micros, petites et moyennes entreprises (PADMPME), le Fonds de garantie pour l’entrepreneuriat au Congo (FOGEC), et l’Agence nationale de développement de l’entrepreneuriat congolais (ANADEC). Il avait aussi réalisé une kyrielle d’actions notamment le Programme de l’implémentation des incubateurs des PME et des startups lancé dans 17 provinces, l’obtention des financements pour plus d’une centaine de PMEs…

Passage remarquable à l’Energie 

Le ministre d’Etat Eustache Muhanzi n’est pas à sa première expérience. A l’instar de l’EPME, il avait déjà marqué d’une empreinte indélébile son passage au ministère des Ressources Hydrauliques et Electricité, portefeuille qu’il avait occupé au sein du premier gouvernement de l’alternance politique pacifique. En 2020, période pendant laquelle le risque de la pandémie à coronavirus était le plus sévère, il avait veillé sur la stricte application de toutes les mesures ou décisions prises par le chef de l’Etat relative à cette pandémie, consistant à desservir la population en eau potable et en électricité gratuitement pendant deux mois.

Il avait contribué à l’amélioration de la production et de la distribution d’eau potable, dans le cadre du projet d’alimentation d’eau en milieu urbain (PEMU), financé par la Banque mondiale en partenariat avec la société chinoise WTC. Sous son leadership, la construction de deux nouvelles usines de production d’eau potable avait démarré dans le but de résorber le déficit, à savoir l’usine de Lemba Imbu et celle de Binza-Ozone. D’une capacité de production finale de 220 000 m3/jour, l’usine de Lemba Imbu a été inaugurée le 23 août 2022. Quant à celle de Binza-Ozone, qui produira au finish 300 000 m3/jour, les travaux continuent.

Concernant le secteur de l’électricité, il est le premier des ministres à avoir facilité la mise en œuvre de l’Autorité de régulation du secteur de l’électricité et de l’Agence nationale de l’électrification et des services énergétiques en milieux rural et périurbain (ANSER), deux établissements créés dans le cadre de la libéralisation dudit secteur, dont le travail est aujourd’hui remarquable sur le terrain.

En février 2020, le ministre d’Etat Muhanzi avait été parmi les signataires d’un protocole d’accord entre le gouvernement congolais et General Electric, dans lequel la société américaine s’était engagée à investir plus d’un milliard de dollars en RDC, particulièrement dans le barrage d’Inga. 

Aussi avait-il présenté le 08 février 2021, avec le concours de l’Agence Nationale de la Promotion des Investissements (ANAPI), un recueil de textes légaux et réglementaires d’opérationnalisation des activités du secteur de l’électricité… Ce quinquennat aura donc été jalonné par ses résolutions dans les trois portefeuilles dirigés successivement tout au long du mandat du président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi. Avec ses interventions sociales au côté des responsabilités ministérielles exécutées durant cette période, Eustache Muhanzi Mubembe pourrait bien figurer sur la liste des personnalités ayant marqué le premier quinquennat du chef de l’Etat.

Une radio communautaire Conçue comme instrument de promotion des valeurs intrinsèques des habitants, opérateurs économiques et autres acteurs du développement de Kabare et ses environs, la radio communautaire ENYANYA FM _Projet inspiré des attentes légitimes des populations de cette partie du territoire est opérationnelle depuis le 22 août 2023 dernier et est présentement en phase de test sur la FM 98.2 MHz. C’est ici l’occasion de saluer toutes les opportunités de communication efficiente qu’offre la FMD aux forces vives de Kabare en général et de Miti en particulier étant donné la possibilité de partager la ressource matérielle que représente le pylône type commercial érigé à cet effet. 

 Heshima

Continue Reading

Decouverte

KINSHASA LA PLUS GRANDE VILLE FRANCOPHONE AU RYTHME DES JEUX

Comme en 1974, lors du combat (du siècle) qui avait opposé Mohamed Ali à Georges Foreman, Kinshasa se prépare à vibrer au rythme de la 9e édition des Jeux de la Francophonie.

Published

on

 À partir de ce 28 juillet 2023, Kinshasa sera sous les feux de la rampe avec le début des IXe Jeux de la Francophonie. Non seulement que des délégations venant de l’étranger vont envahir la capitale congolaise, mais, plus de 400 journalistes représentants des médias du monde vont relayer en temps réel l’ambiance festive qui va y régner. Trônant à la première place du classement depuis 2016 comme la ville la plus francophone du monde, Kinshasa va pendant dix jours offrir son hospitalité légendaire à ses hôtes, leur proposant ce que le Congo a de mieux, notamment sa culture. Etant sur les terres de Chancel Mbemba, de Trésor Lualua et de bien d’autres sportifs congolais de renom, les participants à cet événement haut en couleurs ne pourront pas s’ennuyer. Le pays de Papa Wemba et de Patrice-Emery Lumumba leur ouvre ses bras en guise de signe d’accueil. 

Quid de Kinshasa ? 

Capitale et plus grande ville de la RDC, Kinshasa s’étend sur 9 965 Km². La ville est située sur la rive sud du fleuve Congo, au niveau du Pool Malebo et fait face à Brazzaville, capitale de la République du Congo. Avec une population estimée à 17 millions d’habitants, Kinshasa est la plus grande agglomération francophone du monde – le français y est parlé comme langue officielle.

Selon les chiffres de l’OIF, près de 51% de la population de la RDC parle le français, ce qui la place à la première place du Top 10 des villes les plus francophones du monde, à savoir : Abidjan, Yaoundé, Bamako, Casablanca, Ouagadougou, Alger, Dakar et Montréal. Occupé depuis plusieurs siècles par des peuples bantous dont les Teke et les Humbu, Kinshasa est le cœur économique et politique, voire culturel de la RDC. Cette ville qui s’appelait Léopoldville avant 1966, est une mosaïque des quartiers typiques congolais incarnant plusieurs facettes.

 La culture congolaise 

Terre d’avenir, la RDC, ce géant d’Afrique entouré de neuf pays, est une nation accueillante. Au-delà des compétitions des IXe Jeux de la Francophonie qui se dérouleront dans sa capitale, les délégations étrangères auront l’opportunité de s’intéresser à la riche et variée culture congolaise dont la peinture, la sculpture, la musique, le théâtre, la littérature, la peinture, le cinéma… Après avoir participé aux concours organisés dans les foyers culturels tels que l’Académie des Beaux-Arts et le Centre Wallonie-Bruxelles de Kinshasa, ils pourront, sûrement, baigner dans la grande ambiance festive qui caractérise le Congo : savourer la diversité culinaire congolaise, s’informer sur l’aspect linguistique (environ 400 langues parlées), ou s’intéresser à la danse et à la musique congolaise. Terre des rythmes, le Congo place la musique au centre de toute activité humaine, pour célébrer différents événements, malheureux tout comme heureux. La ville de Kinshasa, en effet, a reçu le prestigieux titre de ville créative dans le domaine de la musique par l’UNESCO, parce que considérée comme un véritable laboratoire créatif de la musique, particulièrement de la rumba. Par ailleurs, ils pourront visiter les sites touristiques urbains.

Moment mémorable 

Tout bien considéré, l’organisation des IXes Jeux de la Francophonie en RDC est un événement qui sera marqué d’une pierre blanche du point de vue sportif et culturel. Il y a 49 ans, Kinshasa organisait le combat du siècle entre Muhammad Ali et Georges Foreman, qui avait eu lieu le 30 octobre 1974. Evénement resté immortel, si ce combat de boxe fut une occasion favorable de marketing pour le Zaïre et pour le Président Mobutu, son parrain, ce fut le jour où Muhammad Ali entra dans la légende.

 Hubert MWIPATAYI

Continue Reading

Nation

Jeux de la Francophonie Isidore KWANDJA, la touche d’un fin connaisseur de la Francophonie

Depuis sa nomination en octobre 2021 au poste de Directeur du Comité national des IXèmes Jeux de la Francophonie, Isidore Kwandja Ngembo – la cinquantaine révolue – excelle dans la conduite des travaux préparant ce grand événement culturel et sportif prévu à Kinshasa du 28 juillet au 6 août 2023. Portrait d’un homme en passe de réussir son challenge !

Published

on

Les préparatifs des 9èmes Jeux de la Francophonie avaient débuté en dents de scie. Trois comités se sont succédés à la suite du constat de dysfonctionnements à même d’hypothéquer la réussite de ces jeux. Pour rectifier le tir, le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi avait décidé de nommer Isidore Kwandja Ngembo à la tête du Comité national de ces Jeux. Pour sauver les meubles face au retard déjà accumulé, en octobre 2021, le chef de l’Etat a jeté son dévolu sur un fin connaisseur de cette organisation francophone. Proche de l’ancienne secrétaire générale de la Francophonie, Michael Jean, Isidore Kwandja maitrise les rouages de cette organisation culturelle. Il convient de préciser que cette maîtrise s’apprécie d’abord du faite d’un parcours académique de qualité couronné par une expérience professionnelle.

 Parcours académique 

Isidore Kwandja, ce natif de Banga, localité située dans le territoire d’Ilebo au Kasaï, a effectué ses études secondaires à Tshikapa, l’actuel chef-lieu de sa province d’origine. Il a poursuivi ses études universitaires à l’Université pédagogique nationale (UPN), à Kinshasa où il a obtenu une licence en histoire. Ensuite, Isidore Kwandja est allé ensuite à l’Université catholique de Kinshasa où il a décroché un diplôme d’études supérieures en économie du développement. Avide d’approfondir ses études, il ne va pas s’arrêter là. Il s’est envolé pour la Belgique où il a emporté deux masters, dont l’un en développement international à l’Université catholique de Louvain et un autre en droit international, à l’Université SaintLouis de Bruxelles. Après son passage en Belgique, toujours dans sa quête de perfection, il s’est retrouvé au Canada où il va gagner haut la main deux autres masters dont, l’un en administration publique, à l’École nationale d’administration publique et l’autre en sciences politiques, à l’Université d’Ottawa. Son ambition ne se limitant pas là, il a également obtenu un nouveau diplôme en éthique publique à l’université Saint-Paul à Ottawa. Il parfait actuellement ses connaissances au cycle doctoral, toujours dans cette même université. Et c’est bardé de tous ces titres universitaires, qu’il entame sa carrière au Canada.

 Une expérience professionnelle solide

 Dans ce pays, où il a évolué pendant plus d’une décennie, Isidore Kwandja a accumulé une grande expérience professionnelle. Il a travaillé pendant 15 années au sein de l’administration publique canadienne. Il a notamment exercé comme analyste des politiques publiques à la Direction des Affaires internationales du ministère de l’Environnement et du Changement climatique du Canada.

 Il a été également chargé d’analyse des politiques environnementales de dix pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), à savoir l’Angola, le Burundi, le Cameroun, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République démocratique du Congo, la République Centrafricaine, le Rwanda, Sao Tomé-et-Principe et le Tchad. Spécialisé en management des organisations publiques, en gestion axée sur les résultats et réforme des administrations publiques, Isidore Kwandja a aussi travaillé comme analyste des politiques publiques dans plusieurs autres ministères du gouvernement fédéral du Canada. 

Il a été mandaté par la Francophonie notamment comme expert en droits de l’homme et analyste politique pour l’observation des élections présidentielles de novembre 2016 en Haïti. En 2017, il a été nommé par l’Organisation Internationale de Francophonie (OIF) pour le suivi du processus électoral en République démocratique du Congo, le plus grand pays francophone, dans le cadre de l’accompagnement de cette institution pour des élections transparentes et apaisées. A ce titre, il a effectué des missions en RDC, pour rencontrer les plus hautes autorités politiques et institutionnelles, les responsables de la police nationale et de services de sécurité, les membres de la société civile, les responsables de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO), pour s’assurer de la bonne tenue des élections présidentielles et législatives de 2018. Ces scrutins ont marqué une alternance pacifique du pouvoir en RDC.

A deux doigts de réussir

 Ainsi, après le report de la tenue des IXèmes Jeux de la Francophonie en 2022, le comité dirigé par Isidore Kwandja devait accélérer les préparatifs. Depuis qu’il est aux commandes de l’organisation de ces jeux, les choses s’accélèrent et l’homme est en passe de réussir sa mission, à quelques jours de leur ouverture. Il se montre également rassurant quant aux infrastructures sportives encore en construction. « Toutes les infrastructures seront prêtes pour les jeux », a-t-il martelé, le 28 juin dernier, au cours d’une conférence de presse devant une cinquantaine de journalistes des médias nationaux et internationaux réunis au Stadium de Basketball du Stade des Martyrs, nouvellement réhabilité. Isidore Kwandja tenait cette conférence de presse à côté de la ministre de la Culture, Arts et Patrimoine, Catherine Katungu Furaha. 

Sur le plan de l’organisation, il s’assure de toutes les questions qui touchent à la santé, la sécurité, l’hébergement, la restauration et au transport des participants à ces jeux. Il a annoncé, dans un média africain, qu’un contrat a été signé avec une société de sécurité privée pour escorter les athlètes. 4500 policiers formés seront déployés pour sécuriser les lieux d’hébergement des athlètes et artistes ainsi que les sites de la compétition. 

Isidore Kwandja promet aussi un bon déroulement de ces jeux en République démocratique du Congo. Dans ce contexte, on serait tenté de dire que placé sur les starting-blocks, Isidore Kwandja qui a pris ses marques, est déjà prêt pour que soit lancé un événement tant attendu en RDC.

HESHIMA

Continue Reading

NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

Trending

You cannot copy content of this page
WeCreativez WhatsApp Support
Notre rédaction est là pour répondre à toutes vos préoccupations. N'hésitez pas !
👋Bonjour, comment puis-je vous aider ?