Nous rejoindre

Economie

Willy Kitobo Samsoni, le profil idéal

En République Démocratique du Congo, des voix s’élèvent un peu plus pour réclamer les bonnes personnes à la tête des différents portefeuilles, des techniciens et non simplement des politiques ; parmi lesquels le secteur des Mines vient assurément en tête de gondole du fait de son importance incontournable, depuis des plusieurs décennies, dans le développement du Congo. L’exploitation, la commercialisation ou encore l’exploration des métaux précieux tels que le cobalt, le cuivre, le diamant industriel, le coltan dont la RD Congo possède des réserves importantes d’envergure mondiale, requièrent une expertise et une compétence avérées que d’aucuns reconnaissent en Willy Kitobo Samsoni, l’actuel Ministre des Mines au sein du Gouvernement Ilunga Ilunkamba.

Published

on

Le 26 août 2019, à l’occasion d’un direct très attendu sur les antennes de la Radiotélévision Nationale congolaise (RTNC), lorsque le nom de Willy Kitobo est cité dans la configuration du premier gouvernement d’alternance, les Congolais avertis saluent la nomination d’une valeur sûre de la classe politique congolaise, cadre de premier rang au sein du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) et d’un technicien dont toute la vie est intimement rattachée au secteur minier, en étant professeur d’Université et exerçant également de hautes fonctions étatiques dans son secteur de prédilection.

Prédestiné pour les Mines, la bonne pointure !

Sa naissance à Kipushi en 1970 dans la riche province du Katanga autre fois Shaba, réputée essentiellement minière, est sans nul doute un signe divin qui prédestinait le jeune Willy Kitobo à une vie autour des métaux précieux. Et cela va très rapidement se confirmer lorsque le jeune garçon effectue ses premiers pas dans ses études.

Il débarque dans la ville de Kolwezi dans l’actuelle province du Lualaba, capitale du cobalt pour y suivre ses études secondaires à l’Institut Technique de Mutoshi. Diplôme d’études décroché en chimie industrielle (ndlr : équivalent du bac européen), Willy Kitobo Samsoni doit entamer les études universitaires. Alors que la plupart des jeunes des provinces considèrent les études universitaires comme un moyen tant attendu pour rallier Kinshasa en vue de squatter les homes du Campus de l’Université Lovanium, cette assertion a du mal à passer pour Willy Kitobo, non pas parce qu’il ne croit pas en la qualité des enseignements de cette université, classée parmi les meilleures du continent africain à cette époque, mais parce que c’est plus fort que lui. Il se sent attiré par l’Université de Lubumbashi (Unilu) dans sa province natale du Katanga, démembrée depuis 2015 en quatre provinces à sa – voir le Haut-Katanga (Lubumbashi), le Lualaba (Kolwezi), le Tanganyika (Kalemie) et le Haut-Lomami (Kamina).

Il sera donc inscrit dans la grande et terrifiante faculté de Polytechnique de l’Unilu d’où il sort Ingénieur civil en Chimie industrielle. Déjà à ce stade, l’avenir du néo ingénieur Kitobo n’est plus ambigu, il est conscient de ce qu’il fait et sait surtout ce qu’il veut être. Fort de cette conviction et d’ores et déjà séduit par la filière qu’il a suivie, Willy Kitobo décidera de poursuivre des études approfondies en Sciences de l’environnement minier, un plaisir qu’il a voulu continuer à éprouver au sein de l’Unilu. Une expérience qui sera conclue une nouvelle fois par un master brillamment décroché.

Le Professeur Willy KITOBO SAMSONI, Ministre des Mines (au centre) avec la délégation de l’entreprise Africa Branding Corporation, ABC en sigle.

La RDC est certes génitrice des matières premières dont l’avenir scellé d’avance est l’exportation vers des terres étrangères notamment la Belgique, suite à l’absence d’infrastructures de transformation sur le sol congolais. Rien de pire que cette écharde pour pousser l’actuel ministre des Mines à effectuer un voyage d’études dans la ville belge de Liège pour un cycle d’études approfondies en génie minéral. Il partira finalement de l’Université de Liège avec un titre de Docteur en Sciences de l’Ingénieur.

Pas un cheveu dans la soupe, une vie pour les Mines !

Le Congo a plusieurs fois surpris son monde dans sa manière d’affecter les gens dans la profession. Les emplois se font rares, se négociant quelques fois par des subterfuges que certains arnaqueurs prendraient pour des coups de génie. Il n’est donc pas aberrant de croiser un ingénieur en bâtiment œuvrant dans le commerce du mobilier ou encore un infirmier transformé en secrétaire administratif, etc. Face à cette réalité paralysante, Willy Kitobo a bénéficié de la main de Dieu qui l’a confortablement posé dans le domaine de ses études aussi bien dans le domaine scientifique que dans la pratique.

Successivement l’homme a été : 

  • chef de département des Sciences de base de la faculté de Polytechnique à l’Université de Lubumbashi;
  • directeur de l’Ecole d’Ingénieurs industriels de l’Université de Lubumbashi ;
  •   doyen de la faculté de Polytechnique de l’Université de Lubumbashi ;
  •   directeur provincial du service d’anti-fraude ;
  •   ministre provincial des Mines, Environnement et Affaires foncières de la Province du Haut-Katanga.

Un bilan élogieux à l’image de son auteur !

Loin de sa couleur politique ou d’une récompense basée sur une succession des djalelo (ndlr : des louanges à la gloire d’hommes politiques), ce technocrate a déclenché le développement économique de la RDC plongée dans une léthargie indescriptible. Le Président Tshisekedi a certainement levé la meilleure des options en nommant à la tête de ce secteur des Mines, Willy Kitobo Samsoni, un homme dont toute sa vie n’est faite que de l’expérience autour des mines. D’ailleurs depuis sa nomination, il y a plus d’une année et six mois, le ministre Willy Kitobo a décroché de nombreux succès de haut vol, affichant ainsi un bilan élogieux dont voici les indicateurs :

  • la relance des activités de développement du secteur des mines notamment grâce à la recherche de nouveaux gisements ; 
  • la régularisation et la validation des titres avec le Cadastre minier ; 
  • la lutte contre la fraude minière et les activités illicites dans le secteur minier et le renforcement de la réglementation des activités minières artisanales des substances minérales stratégiques ; 
  • l’amélioration du climat des affaires dans le secteur des Mines notamment grâce à un dialogue permanent entre le Ministère et les grands groupes miniers œuvrant en RDC par la vulgarisation du Code minier promulgué depuis fin 2018 ; 
  • le maintien des activités minières par des mesures fortes en temps de Covid-19, notamment le confinement des travailleurs sur les sites d’exploitation, l’évacuation des produits marchands, la facilitation d’approvisionnement des intrants miniers, etc

Olyncia MUHONG

Economie

Go-pass : escroquerie aéroportuaire ?

Créée en 2009 dans le but de permettre à la Régie de voies aériennes (RVA) de disposer des fonds pour le développement des infrastructures aéroportuaires, la redevance qu’est le Go-pass a été gérée dans la plus grande opacité. Environ 225 millions de dollars détournés des objectifs initiaux.

Published

on

Depuis son instauration, la taxe Go-pass a été un moyen de détournement de deniers publics mis en place, malgré les multiples dénonciations et appels à sa suppression.

C’est ce que démontre, chiffres à l’appui, le Groupe d’étude pour le Congo (GEC) dans son rapport rendu public le 5 mai 2021. D’après cette structure, sur les 225 millions de dollars générés, 37 millions ont été affectés à la construction du pavillon présidentiel à l’aéroport international de N’Djili et 6 millions investis dans la société Congo Airways à titre de participation au capital. En outre, une partie de la somme a été utilisée pour le paiement du personnel de la RVA. Cependant, la réalité de l’argent alloué aux infrastructures aéroportuaires est toute autre.

Une taxe dénoncée dès le départ mais…

Sans le Go-pass, pas d’embarquement ; 10 dollars pour toute personne prenant un vol national, 50 dollars pour tout vol international. Telle est l’exigence que tout voyageur doit remplir, observée depuis 12 ans. Pourtant, pendant toutes ces années, de personnalités et associations ont dénoncé la mauvaise gestion et le détournement de cet argent perçu, mais sans succès. D’après Clément Kanku, député national honoraire, une mission parlementaire avait été initiée au début de la législature 2011, malheureusement celle-ci n’avait jamais amené un rapport.

Le rapporteur de la chambre basse de l’époque, Ezadri Eguma, avait reconnu l’existence de ladite commission, laquelle aurait produit son rapport d’enquête, mais que lui n’avait jamais vu. La même année, le ministre congolais de la Justice et droits humains, Luzolo Bambi avait instruit le procureur général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete d’ouvrir une information judiciaire sur la gestion de l’argent perçu.

Pour sa part, l’Association africaine de défense des droits de l’homme (Asadho) avait en 2014 dénoncé l’opacité avec laquelle les fonds générés étaient gérés, mais rien n’avait changé. Une année après, soit en 2015, le Journal Le Potentiel titrera : « Gestion de la taxe IDEF : escroquerie institutionnalisée ». À son tour, le député national Claudel Lubaya qualifiera ladite taxe d’escroquerie à grande échelle. « La taxe de fonds de développement pour les infrastructures aéroportuaires appelé « Go-pass » est une escroquerie à grande échelle », avait-il indiqué en demandant sa suppression, en plus d’un audit de la RVA.

Financement de la BAD

Alors que la taxe Go-pass était régulièrement perçue, les travaux de l’aérogare de l’aéroport de N’Djili avaient été financés grâce à un prêt de la Banque africaine de développement (BAD). Selon Ernest Mpararo, Secrétaire exécutif de la Ligue congolaise de lutte contre la corruption (LICOCO) et point focal en RDC de l’ONG Transparency international, même là les travaux de construction du pavillon avaient été surfacturés. Albert Malukisa, professeur à l’Université catholique du Congo et chercheur au Groupe d’étude sur le Congo (GEC), estime que le DG n’est pas seul dans ce détournements, c’est toute une chaine de personnalités…

Or, une enquête réalisée en 2015 révèle que la cause de plusieurs crashs d’avions enregistrés en ce moment-là, était l’état des pistes d’atterrissage. Aucun aéroport de la RDC ne disposait de radar pour la surveillance du trafic, seuls quelques émetteurs permettant d’établir le contact entre les pilotes et les tours de contrôle au sol.

 En outre, les camions antiincendie de la RVA n’étaient visibles qu’à N’djili et à Lubumbashi, les quelques extincteurs qu’on trouve dans des aérogares étant inadaptés pour maitriser le feu des accidents d’avions.

Abdallah Bilenge derrière les barreaux

 La mauvaise gouvernance à la RVA ne concerne pas que le Go-pass. Abdallah Bilenge, son directeur général croupit depuis le 10 novembre 2020 à la prison centrale de Makala. Il est accusé de détournement de plus de 15 millions de dollars, fonds destinés à la paie des retraités de la RVA (Cotisations sociales des agents) .

 Hubert MWIPATAYI

Continue Reading

Economie

Les richesses de la RDC ne profitent pas aux congolais. Interview Albert YUMA Milimbi PCA GECAMINES sur FRANCE24.

Published

on

Dans une interview accordée à Alain Foka, journaliste de RFI, le Président de la Fédération des Entreprises du Congo explique le paradoxe de la RD Congo , pays au sol et sous-sol riche, mais ayant une population la plus pauvre de la planète qui vit en deçà de 1$ le jour.

A en croire , le Président du Conseil d’Administration de la Générale des Mines et Carrières ( Gécamines), les richesses minières de la RDC appartiennent majoritairement aux firmes étrangères.

Continue Reading

Economie

Budget 2021 : moins ambitieux, plus réaliste

La loi de finances 2021 de la RDC est évaluée à 6,9 milliards de dollars à cause du réalisme conseillé au gouvernement congolais par le Fonds monétaire international (FMI). Si ce pragmatisme ne l’avait emporté sur l’ambition, ce serait encore de la routine.

Published

on

P our l’exercice 2021, le budget voté au p a r l e m e n t et promulgué le 31 décembre par le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, est de 6,9 milliards de dollars, équilibré en recettes et en dépenses à plus de 14 000 milliards de francs congolais. Connaissant une régression de 23,2 %, par rapport au budget rectificatif voté pour 2020 s’élevant à 5,7 milliards, la loi de finances de l’exercice 2021 est en hausse de 20 %. L’Assemblée nationale l’avait revu à la hausse à 7,1 milliards de dollars, mais au finish ce sont les 6,9 milliards de dollars proposés par le gouvernement qui ont été retenus.

Un budget aux caractéristiques particulières

La particularité du budget de l’exercice en cours réside dans le fait qu’il a été élaboré dans un contexte international dominé par la pandémie à Covid-19, avec la collaboration du Fonds monétaire international (FMI), qui a exigé un budget permettant à la RDC d’être en programme avec lui. Ce réalisme, voulu par cette institution de Bretton-Woods, est dû à la situation de fragilité économique causé par le coronavirus et à la mobilisation des recettes internes qui doit être boostée.

« Pour l’exercice 2021, le gouvernement entend accélérer la lutte contre la corruption, les détournements des deniers publics tout en promouvant la culture fiscale en vue de renflouer les caisses de l’Etat et financer les politiques publiques » 

D’ailleurs, l’autre spécificité du budget 2021 est qu’il est placé sous le signe de la lutte contre la corruption. « Pour l’exercice 2021, le gouvernement entend accélérer la lutte contre la corruption, les détournements des deniers publics tout en promouvant la culture fiscale en vue de renflouer les caisses de l’Etat et financer les politiques publiques », avait déclaré le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba au sujet de ladite loi de finances.

Des appuis budgétaires extérieurs

Dans le cadre du même budget, le gouvernement attend de ses partenaires extérieurs des financements de l’ordre de 1,9 milliard de dollars dont 615, 238 millions de dollars d’appuis budgétaires et 1,285 milliard de dollars de financement, ce qui fait 27 % du budget national chiffré à 6,9 milliards de dollars. Concernant les appuis budgétaires attendus, ceux-ci viennent particulièrement de la Banque mondiale (157,5 millions de dollars) au titre d’emprunt programme, ainsi que 357, 6 millions de dollars de dons budgétaires. Quant à la Banque africaine de développement, elle y contribue à hauteur de 100 millions de dollars, comme dons budgétaires.

Parmi les secteurs sur lesquels l’accent est mis cette fois-ci dans l’application du budget, figurent le social, les investissements et la sécurité. Pour la société civile congolaise, il s’agit d’un budget essentiellement de consommation au regard de l’importante part allouée à la rémunération qui est de 42 % du budget général. Toutefois, on y retrouve une rubrique de 45 millions de dollars réservés à l’organisation des élections de 2023.

 HM

Continue Reading

NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

Trending

WeCreativez WhatsApp Support
Notre rédaction est là pour répondre à toutes vos préoccupations. N'hésitez pas !
👋Bonjour, comment puis-je vous aider ?
error: Attention: Le contenu est protégé !