Nous rejoindre

Politique

PPRD : dans l’Opposition bon gré mal gré

Il a fallu du temps pour que le FCC reconnaisse que la majorité a changé de camp. Alors qu’il va mal en son sein, le PPRD va faire de l’Opposition. Tiendra-t-il lorsqu’on sait que, loin d’être une sinécure, celle-ci est un chemin de croix ?

Published

on


Le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), formation politique créée en 2002, pendant le règne de l’ex-président Joseph Kabila, va pouvoir évoluer dans l’Opposition. Tout laisse à croire que ce ne sera pas facile car le parti traverse une crise sans précédent et cela n’augure pas un bon lendemain pour plusieurs raisons.

 Premièrement, les violons ne s’accordent pas au sein du parti entres différents responsables. La cacophonie y a élu domicile au point qu’on ne sait plus qui dirige qui. Jadis l’homme fort du PPRD, le Secrétaire permanent Emmanuel Ramazani Shadary est aujourd’hui très contesté par les jeunes du parti qui lui demandent de déposer sa démission.

Ces jeunes qui se rangent derrière Jimmy Ngalasi, leur leader, exigent aussi la réhabilitation de Serge Kadima, président de la Ligue des jeunes du parti, que Ramazani avait suspendu. Devant l’imbroglio qui s’est installé, d’aucuns se demandent ce qu’en pensent les anciens secrétaires généraux que sont Chikez Diemu, Evariste Boshab et Henri Mova Sakanyi.

 Deuxièmement, au niveau de l’Assemblée nationale, 42 députés nationaux du parti parmi lesquels Jean-Pierre Lihau et Guy Mafuta Kabongo ont individuellement adhéré à l’Union sacrée de la nation. Face à une pareille situation, le PPRD n’influencera aucune décision à la chambre basse tout comme à la chambre haute du Parlement. Sinon, sans ses partis satellites et ses alliés, le PPRD ressemble à un steak à poivre, mais malheureusement sans poivre.

Troisièmement, le PPRD a besoin d’avoir un président qui le gère au quotidien comme cela est le cas avec les autres partis politiques. La gestion par procuration a affiché ses limites. Or, ce n’est pas ça l’ambition de Joseph Kabila qui est toujours discret, taciturne et indéchiffrable. Les opposants ont pourtant la grande gueule et sont taquins, provocateurs… Martin Fayulu a eu à traiter Félix Tshisekedi de marionnette et à qualifier l’Union sacrée de seconde grossesse de la coalition FCC-CACH. Cette nature ne sied pas à JKK.

Il faut reconnaitre que faire de l’Opposition dans le contexte africain ou congolais n’est pas facile. C’est même synonyme de souffrances et ça demande des nerfs solides pour supporter l’oppression, la pression, des arrestations et emprisonnements, l’exil forcé, l’interdiction de manifester ainsi que des tirs et gaz lacrymogènes… Maurice Kamto, au Cameroun, Diane Rwigara au Rwanda et Bobi Wine en Ouganda en savent quelque chose. Par exemple, l’opposant Severo Moto de la Guinée Equatoriale avait été jugé par contumace et reconnu coupable d’avoir voulu renverser le président Teodoro Obiang Nguema, avant d’être condamné à cent soixante-deux ans de prison.

Certes Joseph Kabila Kabange n’a encore rien dit, mais au Front commun on reconnait que la majorité appartient maintenant à l’Union sacrée. « La majorité a viré, nous sommes dans l’Opposition », constate Joseph Kokonyangi. Après sa tournée qui l’a conduit à Abou Dhabi, aux Emirats et au Zimbabwe, l’initiateur du PPRD est rentré dans le Grand Katanga.

 HESHIMA

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Politique

Affaire BUKANGA LONZO Quelle suite après le refus du Sénat ?

La chambre haute du Parlement a refusé de lever les immunités parlementaires des sénateurs Augustin Matata et Ida Kamoji cités dans la débâcle du parc agroindustriel de Bukanga Lonzo. Après ce revers, la justice a-t-elle encore des marges de manœuvre ?

Published

on

Humiliation de la justice ? Protection mutuelle des sénateurs ? Les questions continuent de se poser après ce qui s’est passé au Sénat. C’était pour le moins une sorte de douche froide que la justice a subie, le 15 juin dernier, au Sénat, après le refus des sénateurs de lever les immunités parlementaires de l’ancien Premier ministre, Augustin Matata Ponyo et de la sénatrice Ida Kamoji. Après un huis clos décrété à la chambre haute du Parlement pour l’examen du rapport de la commission spéciale chargée d’auditionner chaque sénateur concerné afin de présenter ses moyens de défense avant de procéder à la levée ou non de leurs immunités, la plénière a finalement tranché dans l’urne.

En effet, 46 sénateurs ont voté « Oui », 49 ont voté « Non » et un bulletin nul. « Par conséquent, le Sénat n’autorise pas les poursuites à charge du sénateur Matata Ponyo Augustin », a conclu le président du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo. Une décision, bien que souveraine, mais qui passe mal  au sein de l’opinion. Pour Luzolo Bambi, ancien conseiller spécial de l’ancien Chef de l’Etat, Joseph Kabila, en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption, le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, le Sénat a humilié le peuple congolais à travers sa justice.

«Je considère la décision du Sénat comme une expression démocratique. Mais, en réalité, c’est une humiliation du peuple congolais à travers sa justice. Sans l’expression de la justice, il n’y a pas d’Etat de droit. Le peuple congolais est allé aux élections à 3 reprises pour qu’à travers la justice le bien-être soit assuré par l’avènement de l’État de droit au sein duquel les gouvernants et les gouvernés sont tous mis de manière égale sous la loi en dehors de tous privilèges des poursuites et des juridictions conçues dans le sens négatif. C’est-à-dire, la consécration de la justice à deux vitesses», a déclaré Luzolo Bambi Lessa.

La justice a d’autres voies…

 Cet ancien ministre de la justice pense que la justice a d’autres voies à explorer pour que l’ancien Premier ministre indexé dans ce dossier de Bukanga Lonzo réponde de ses actes. Luzolo Bambi pense que la justice s’est souvent arrêtée aux portes de l’Assemble nationale et du Sénat. Car, ces deux chambres, par expérience, n’autorisent jamais la levée des immunités parlementaires. Ce qu’il qualifie de « dénie » de démocratie.

« Je demande à la justice de poursuivre toutes les procédures  parce qu’elles ne sont pas encore épuisées. Il appartient à la justice de défendre le peuple congolais en usant de toutes les procédures possibles pour que chaque Congolais quel que soit son rang puisse rendre compte devant la justice. Et que ce soit seule la justice qui déclare quelqu’un innocent ou coupable », a-t-il fait savoir.

L’Assemblée fait un pas…

 Pendant ce temps, l’Assemblée nationale a visiblement refusé d’entrer dans l’œil du cyclone de l’opinion publique après les critiques portées contre le Sénat. Dans une plénière diffusée en direct, l’Assemblée nationale a fait un pas en votant massivement pour l’autorisation de l’instruction contre la députée Louise Munga citée également dans ce dossier de Bukanga Lonzo ainsi que l’élu Lumbu Kiala. Mais la chambre basse du Parlement a pris le soin de préciser : ce n’est pas une levée des immunités. Selon cette chambre, il est accordé au procureur général près la Cour de cassation juste une autorisation d’auditionner les élus incriminés. Et que si la justice réalise qu’il y a des éléments qui peuvent permettre leur mis en accusation, le procureur devra encore retourner à l’Assemblée nationale pour solliciter la levée de leurs immunités en vue de leur poursuite judiciaire. Dieu seul sait si une telle demande sera autorisée.

La débâcle

 Pour rappel, l’Inspection générale des finances (IGF) a qualifié de « débâcle » la gestion du projet du parc agro-industriel de Bukanga Lonzo. Lors d’un point de presse tenu en septembre 2020, Jules Alingete a fait savoir que sur 285 millions de dollars américains décaissés par le gouvernement, l’enquête a révélé que 205 millions de dollars ont été perdus dans ce projet dont l’échec était planifié dès sa conception. Les inspecteurs ont noté dans leur rapport que parmi les causes de la débâcle figure le choix des partenaires non expérimentés ayant bénéficié en plus des marchés passés de gré à gré. L’IGF constate aussi une surfacturation de 1 à 10 pour l’acquisition des équipements et intrants. Elle ajoute que 80% de paiements des surfacturés étaient logés dans un compte bancaire en Afrique du Sud.

 Dido Nsapu

Continue Reading

Politique

Comment Jean-Marc Kabund est devenu incontournable?

Contre vents et marées, le président intérimaire de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) s’impose comme un véritable faiseur de rois sur la scène politique, mettant souvent sur le carreau ses détracteurs à l’intérieur comme à l’extérieur du parti présidentiel.

Published

on

Qui pouvait parier que ce jeune b a r o u d e u r venu du Haut-Lomami, nommé à la grande surprise secrétaire général de l’UDPS en août 2016 par Etienne Tshisekedi, allait devenir moins de cinq ans après, l’une des personnalités les plus influentes de la scène politique congolaise? Devenir à seulement 35 ans la deuxième personnalité du parti phare d’opposition dans une période politique aussi décisive (on était à quatre mois de l’expiration du deuxième et dernier mandat du président sortant Joseph Kabila, sans aucune assurance de la tenue des élections dans le délai) est loin d’être un cadeau.

Il fallait donc plus rapidement faire ses preuves alors que son prédécesseur, Bruno Mavungu était jugé complaisant si pas mou pour mener le combat de la contestation. Et Kabund n’a pas loupé l’occasion de s’affirmer, incarnant une aile dure ponctuée d’un discours cru contre le régime de Kabila. Les combattants apprécient et l’adoptent plus rapidement.

Premier test

Kabund réussit son premier grand test de mobilisation un mois après, un certain 19 septembre 2016, lors de la marche de l’opposition exigeant la convocation du corps électoral. L’UDPS paie le plus lourd tribut lors de ces manifestations qui ont fait des dizaines de morts. La nuit de la manifestation, son siège de Limete 11 ème rue est attaqué par un commando, brûlant vifs des combattants à l’intérieur du bâtiment. Après avoir boycotté les discussions de la cité de l’UA entre le pouvoir et l’opposition, conduites par le Togolais Edem Kodjo et ayant abouti à la nomination de Samy Badibanga (président du groupe parlementaire UDPS et alliés) comme Premier ministre, l’UDPS accepte enfin de participer au dialogue du Centre interdiocésain sous la modération des évêques catholiques. Avec Félix Tshisekedi et Valentin Mubake, Jean-Marc Kabund représente la délégation du parti. Mais l’accord de la Saint Sylvestre souffre de son exécution. L’UDPS refuse la condition de proposer trois noms au poste de Premier ministre.

Le 1er février 2017, coup de tonnerre : Etienne Tshisekedi décède à Bruxelles. Le parti reste orphelin. C’est le moment que choisi le pouvoir pour semer la division, en débauchant encore un autre cadre, Bruno Tshibala, fraichement sorti de prison depuis son arrestation à la suite des évènements du 19 septembre 2016. « On savait que Tshibala fréquentait, à partir de la prison, les gens du pouvoir », nous confiera Augustin Kabuya, alors secrétaire général adjoint chargé de la communication. Lui, Kabund et Félix Tshisekedi restent fidèles à la ligne dure du parti et préfèrent se réorganiser à l’interne en vue des prochaines échéances.

Nouvelle légitimité

 Mars 2018, le parti organise son premier congrès de l’histoire qui aboutit à la désignation de Félix Tshisekedi comme président national en remplacement de son père décédé. Fatshi va reconduire Jean-Marc Kabund comme secrétaire général, douchant ainsi les espoirs de ceux qui ne voulaient plus le voir à ce poste. C’est une nouvelle légitimité qui va donner des galons à l’ancien président de la fédération de l’UDPS Kamina. Félix Tshisekedi remporte la présidentielle de 2018. Devenu chef de l’Etat, il doit pouvoir prendre congé de son poste de président national du parti. L’article 26 des statuts de l’UDPS stipule qu’en cas de décès, de démission, d’interdiction d’exercer ou d’empêchement définitif du président du parti, un directoire composé de trois personnalités, à savoir le président de la Convention démocratique du parti (CDP), le président de sa Commission électorale permanente (CEP) et le secrétaire général assument un intérim collégial avant l’organisation d’un congrès sous trente jours.

L’intérim contesté

Mais Félix-Tshisekedi prend tout le monde à contrepied. Il confère un mandat spécial à Kabund comme président intérimaire du parti. Le parti est divisé entre ceux qui saluent un acte politique nécessaire, le président voulant laisser le parti entre les mains d’un fidèle et ceux qui dénoncent une violation des textes sans toutefois s’attaquer au nouveau chef de l’Etat.

Victor Wakwenda Bukasa, président de la CDP, et Jacquemin Shabani, président de la CEP et ancien secrétaire général du parti, ne supportent pas cette situation. Mais leurs voix ne portent pas face à ce qu’il convient de considérer comme la volonté de l’autorité suprême, Félix Tshisekedi. « Jean-Marc Kabund se sert du mandat spécial qui viole les textes au mépris des Statuts et Règlement d’ordre intérieur, il use et abuse de ses attributions au point de réduire le parti à un cercle des clients et des fanatiques inscrits dans la logique de gangstérisme politique », rebondit Victor Wakwenda dans un communiqué daté du jeudi 20 mai. Tout le monde croyait pourtant à une accalmie trouvée avec la nouvelle hiérarchie du parti constituée du tandem Kabund-Kabuya. Rien de tout cela. Wakwenda est allé même loin jusqu’à accuser Kabund d’une démarche tendant à « écarter le Président Félix Tshisekedi avec l’intention de se positionner utilement pour les échéances de 2023 ».

Union sacrée

Ces accusations peuvent elles mettre Kabund en difficulté face à Tshisekedi ? Difficile de le croire, tant le premier-vice-président de l’Assemblée nationale continue de bénéficier de la confiance du chef de l’Etat.

En décembre 2020, il était celui qui a jeté le pont pour la traversée de l’écrasante majorité des députés vers l’Union sacrée de la nation, la plus grande victoire politique de Félix Tshisekedi sur son prédécesseur Joseph Kabila et sa machine politique, le FCC. Chef d’orchestre dans la déchéance du bureau Mabunda qui a conduit à la destitution de Sylvestre Ilunkamba et plus tard à la démission du bureau Thambwe Mwamba au Sénat, Kabund est présenté aujourd’hui comme celui qui a matérialisé sur le terrain l’union sacrée. Il en a profité pour se venger de sa destitution en mai 2020 au poste de premier vice-président après une sortie médiatique contre la tenue d’un congrès pour autoriser l’état d’urgence sanitaire décrété par le chef de l’Etat. Preuve que le rapport de force a depuis changé, les mêmes députés qui l’ont descendu de son piédestal, l’ont réélu à ce même poste dans l’actuel bureau Mboso.

Celui qui était déjà le chef de la délégation de CACH lors des discussions avec le FCC en 2019, a encore pesé dans le processus de désignation des membres de la nouvelle équipe gouvernementale dirigée par Sama Lukonde. Beaucoup l’ont même accusé de former, autour de quelques députés, une équipe gouvernementale parallèle à imposer à Sama Lukonde. Une chose est pourtant vraie : Kabund a parrainé la nomination de plusieurs ministres de ce gouvernement, surtout ceux venus de l’UDPS.

 Le président intérimaire de l’UDPS est devenu dans un laps de temps un véritable faiseur de rois sur la scène politique, mettant souvent sur le carreau ses détracteurs à l’intérieur comme à l’extérieur du parti présidentiel. Aujourd’hui, seul Félix Tshisekedi pourrait remettre en question l’influence acquise par JeanMarc Kabund dont la carrière politique pourrait se résumer à un conte de fées.

 Socrate Nsimba

Continue Reading

Politique

Présidentielles: ces contestations électorales musclées

A travers le monde et particulièrement en Afrique, la gestion de la période pré et post-électorale n’a jamais été aisée. Retour sur quelques contestations électorales les plus marquantes.

Published

on

Aux Etats-Unis d’Amérique, un cas récent a cristallisé l’attention de l’opinion internationale. Il s’agit de la présidentielle américaine ayant conduit Joe Biden à la Maison Blanche. Elu il y a quatre ans sur la promesse de « rendre sa grandeur à l’Amérique », le président sortant, Donald Trump, a achevé son mandat en la couvrant de honte.

 Ayant vu les suffrages filer entre ses doigts, Trump a engagé une contestation électorale quasi inédite aux Etats-Unis. Le 6 janvier 2021, par une foule de partisans extrémistes que le président lui-même avait incitée, le Capitole, ce sanctuaire de la démocratie américaine a été pris d’assaut, pour empêcher son adversaire démocrate Joe Biden, d’être officiellement déclaré vainqueur de l’élection du 3 novembre 2020.

Des violences ayant fait plus de deux morts et qui ont fini par diviser le pays en deux. Une partie du respect de l’ordre constitutionnel et l’autre qui vit dans un univers parallèle, nourrie par une théorie de complot.

Toujours dans ce même grand pays de démocratie, l’on se rappellera du duel Al Gore et George Walter Bush en 2000. Les deux candidats, le premier démocrate et le second républicain, sont allés jusqu’au recomptage des voix, notamment en Floride. Comme si cela ne suffisait pas, il a fallu attendre l’arrêt de la Cour suprême de justice pour mettre un terme aux recours et aux contestations électorales.

 Cet arrêt a donné pour vainqueur George W. Bush au détriment d’Al Gore.

Mais cette décision judiciaire fut aussi sévèrement critiquée car la Cour suprême s’était arrogée un rôle « inédit » dans ses attributions.

 Un sport national en Afrique…

Sous les tropiques, les contestations électorales deviennent presque un sport national. Dans la plupart des pays africains où la culture électorale au sommet de l’Etat essaie de s’installer, l’on constate très souvent des contestations musclées.

  La crise électorale la plus marquante de ces dernières années, c’est bien celle de la Côte d’Ivoire. Ce conflit qui débute après le second tour de l’élection présidentielle de 2010,un premier scrutin depuis 10 ans, qui a vu le président Laurent Gbagbo s’affronter à Alassane Ouattara. Un affrontement dans tous les sens du terme puisque le résultat amène à un différend électoral meurtrier, suite à des fraudes présumées. Gbagbo qui dit avoir gagné les élections est reconnu par le Conseil constitutionnel. Alors qu’Alassane Ouattara, victorieux de son côté, est reconnu par la Commission électorale indépendante (CEI) et est appuyé par la communauté internationale.

Après une tentative de médiation de l’ancien président sud-africain Thabo Mbeki, Abidjan sombrera dans la violence armée avec plus d’une dizaine de milliers de morts uniquement dans la capitale. Laurent Gbagbo sera envoyé à la Cour pénale internationale (CPI) en 2011.

 RDC, Kabila rempile

Une autre contestation électorale, c’est celle de novembre 2011 en République démocratique du Congo. Le président Joseph Kabila organise, contre l’avis de la communauté internationale, des élections sur fonds propres du pays. Il a, en face de lui, comme challenger principal, l’éternel opposant, Etienne Tshisekedi wa Mulumba.

Selon les résultats communiqués par le président de la CENI, le pasteur Daniel Ngoy Mulunda, Joseph Kabila, 40 ans à l’époque, a rempilé pour un second mandat avec 48,95 % des voix (8.880.994 voix), loin devant l’opposant de 78 ans, Etienne Tshisekedi, qui a totalisé 32,33% des suffrages (5.864.775 voix). Les deux personnalités seront talonnées par Vital Kamerhe, qui recueille 7,74% des suffrages.

L’UDPS, le parti d’Etienne Tshisekedi, crie à un hold-up électoral. Des contestations vont embraser le pays et faire 24 morts. Des dizaines d’autres personnes sont placées en détention arbitraire depuis le 9 décembre 2011, date à laquelle le président Joseph Kabila a été proclamé vainqueur de l’élection présidentielle, avait rapporté Human Rights Watch.

 Des violences qui seront calmées par Tshisekedi qui a refusé officiellement d’appeler à des contestations, mais s’autoproclame simplement président.

Kenya, un récidiviste

Au Kenya, les contestations de la réélection du président Uhuru Kenyatta en 2017 ont causé au moins 37 morts dans les violences qui ont suivi l’annonce de sa réélection. Et cela, avant que le scrutin ne soit annulé. Ces chiffres ont été fournis par la Commission des droits de l’homme, qui a pointé une répression surtout « concentrée dans les zones qui ont voté pour son concurrent, Raila Odinga ».

  Et le Kenya n’est pas à ses premières contestations électorales meurtrières. L’on se souvient du duel entre Mwai Kibaki et Raila Odinga. Le 27 décembre 2007, des émeutes avaient éclaté après la réélection contestée de Mwai Kibaki à la présidence face à Raila Odinga.

Dido NSAPU

Continue Reading

NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

Trending

WeCreativez WhatsApp Support
Notre rédaction est là pour répondre à toutes vos préoccupations. N'hésitez pas !
👋Bonjour, comment puis-je vous aider ?
error: Attention: Le contenu est protégé !